[03] Reflets d'Allier n°103 jan/fév 2020
[03] Reflets d'Allier n°103 jan/fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°103 de jan/fév 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : bonne année 2020.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 ◗ Le miroir des cantons DANS L’ALLIER Contrats locaux de santé La prévention santé se trouve au cœur des contrats. BASSIN MONTLUÇONNAIS DE L’OMBRE NAÎT LA LUMIÈRE MONEV, propriétaire-gestionnaire du Parc des expositions de Montluçon, et Photosol, producteur indépendant d’énergie photovoltaïque, réalisent une des plus grandes ombrières photovoltaïques de France. En 2021, le site du bassin montluçonnais produira près de 15,4 GWh/an, soit la consommation électrique annuelle (hors chauffage) de 12 000 personnes. Il est prévu de couvrir 5 200 places de stationnement (1 300 de plus qu’actuellement), réparties sur une superficie de 14,7 hectares. Visuellement, le projet de 15 millions d’euros financé par Photosol bénéficiera d’un traitement paysager afin de s’intégrer dans son environnement. Reflets d’Allier/Janvier - Février 2020 Le Conseil départemental est cosignataire des Contrats locaux de santé conclus dans l’Allier. Initiés par l’ARS, Agence régionale de santé, ils offrent aux Adobe Stock collectivités de nouveaux moyens pour travailler sur la médecine préventive et participative auprès de tous les habitants, afin de modifier les modes de vie, dès le plus jeune âge, jusqu’à un âge avancé. Les contrats permettent de réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, tout en proposant un panel de solutions adaptées aux besoins locaux. Une adhésion logique Le Département, engagé depuis plus de 10 ans dans l’accès à la santé (précurseur des bourses aux étudiants en médecine, cofinancement des maisons de santé pluri-professionnelles, aides à l’installation de professionnels…) ne pouvait donc qu’adhérer à la nouvelle démarche. Non seulement elle prône le sur-mesure mais associe aussi un large panel LIMOISE > BOURBON-L’ARCHAMBAULT Renaissance de l’auberge En reconversion professionnelle, Célanie Chaffraix et Simon Moutot se sont rencontrés alors qu’ils préparaient un CAP cuisine. Ils se sont retrouvés des années plus tard et se sont associés pour relancer l’Auberge des Ormes à Limoise. Épaulés par la Mission accueil du Conseil départemental, ils proposent une cuisine basée sur les produits biologiques et locaux, sous forme de menu les midis de la semaine (sauf mardi) et à la carte le week-end (midi et soir, sauf dimanche soir). Leur formule fonctionne bien puisque depuis leur ouverture en septembre dernier, ils ont déjà séduit une clientèle de fidèles. PLUS d’infos 04 70 67 04 70 f Auberge des Ormes - Limoise d’intervenants, conformément aux méthodes de travail du Conseil départemental autour de la santé, une préoccupation majeure des habitants. Suivi régulier En parallèle, les Contrats locaux de santé constituent un nouvel outil dont il est important de s’emparer pour faire face à un diagnostic sanitaire de plus en plus préoccupant, relevé dans le Projet régional de santé 2019. Dans l’Allier, la Communauté de communes du Bocage bourbonnais et Vichy communauté ont été les premières à s’inscrire dans la nouvelle contractualisation. En amont, elles ont pris soin de consulter l’ensemble des acteurs de santé du territoire pour définir leurs priorités. Depuis, elles ont été suivies par d’autres collectivités. ◗ Célanie Chaffraix et Simon Moutot ont repris l’Auberge des Ormes.
LES GITES DE FRANCE LOUENT LES SERVICES DE QUALITÉ V V V V Ç Le miroir des cantons Les Gîtes de France dans l’Allier, c’est 7 millions d’euros pour les propriétaires pour 5 millions d’euros d’investissements, 14 millions d’euros de retombées économiques indirectes et 5 millions d’euros d’entrées fiscales. Les montants donnent le tournis mais montrent à quel point leur activité pèse dans l’économie départementale. des Gîtes de France défend une approche L’association humaine des clients comme des loueurs de biens. En plus d’apporter à ces derniers un complément de revenu, elle leur permet de valoriser leur patrimoine. « Quand un propriétaire nous sollicite, nous réalisons très rapidement une évaluation du potentiel de sa maison, avec le nombre de chambres, les éventuelles nuisances… Nous étudions aussi sa capacité financière. Nous l’aidons à monter son dossier auprès de divers partenaires. Nous évoquons aussi les possibilités de subventions », détaille Régine Batillat, directrice de l’association. En fonction du projet, le Nous avons ouvert notre gîte sur notre exploitation agricole en 2007, puis nos chambres d’hôtes en 2012. C’était pour mon mari et moi un moyen de diversifier notre activité et de redonner une nouvelle fonction à des bâtiments non utilisés. C’est un travail quotidien qui demande beaucoup de disponibilité. Mais nous sommes contents d’avoir franchi le pas. Cela nous permet de rester ouvert sur le monde, d’échanger sur nos métiers, nos pratiques et de lutter contre l’agribashing. » Michèle Vagne, Souvigny Conseil départemental peut apporter une aide financière  : de 11 400 à 18 000 € pour un gîte et de 3 500 à 4 500 € par chambre d’hôtes (5 au maximum). L’Allier est l’un des derniers Départements en France à la faire. En amont et en aval Les Gîtes de France accompagnent les propriétaires en amont mais également en aval, avec la mise sur le marché, la rédaction d’annonces, le classement, les réservations, des formations… Quant aux clients, ils peuvent réserver sur internet mais aussi par téléphone. « C’est spécifique au Bourbonnais », annonce la directrice, avant d’ajouter  : « Cela n’est pas assez Régulièrement, les Gîtes de France proposent des moments conviviaux aux propriétaires. su, mais nos frais de service sont moins élevés que sur les plateformes internationales. » Avec 400 gîtes (70% 3 épis et +) et 250 chambres (plus de 90% 3 épis et +) pour 400 propriétaires, l’association et ses membres s’adaptent à l’air du temps, aux nouvelles exigences Je loue régulièrement des chambres d’hôtes avec les Gîtes de France. J’opte pour cette formule lorsque je recherche un hébergement haut de gamme pour un weekend avec mon époux. Je m’intéresse beaucoup à la décoration et je suis assez exigeante sur la question. J’apprécie de passer un moment dans un cadre privilégié avec des gens passionnés, partager un repas, discuter, en apprendre plus sur la région. Je n’ai jamais été déçue par mes locations avec les Gîtes. » Cynthia Guillon, Moulins V V ◗ 9 de confort, à la concurrence sans pour autant renoncer aux valeurs originelles définies en 1955. ◗ PLUSd’infos 04 82 75 68 56 www.gites-de-france.fr J’ai ouvert mon unique chambre d’hôtes en mai 2018. J’ai transformé mon ancien atelier de création devenu trop grand. J’ai toujours vécu dans cette maison, j’y suis même née. J’apprécie de rencontrer des personnes venues d’horizons très différents autour de bons mots. C’est presque un salaire quand mes hôtes m’invitent chez eux ou reviennent. Je trouve cela merveilleux. C’est très sécurisant pour moi de passer par les Gîtes de France. Je partage des valeurs communes avec leur clientèle. » Simone Mercier, Mariol Reflets d’Allier/#FierAllier Gîtes de France Allier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :