[03] Reflets d'Allier n°102 nov/déc 2019
[03] Reflets d'Allier n°102 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°102 de nov/déc 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Allier

  • Format : (205 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 15,8 Mo

  • Dans ce numéro : un autre regard sur l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 ◗ La vie économique Fumage artisanal du Sichon Une entreprise au sommet de la vague Dans l’Allier, on a moins de saumons, mais on ne manque pas d’idées. En 15 ans, le Fumage artisanal du Sichon a su imposer son savoir-faire. La société vend ses produits dans toute la France et même bien au-delà. 2004, quand j’ai repris l’affaire, il y « En avait un employé, un atelier de 60 m² et 17 clients. » Daniel Bono, le copropriétaire-gérant du Fumage artisanal du Sichon a la mémoire intacte. En 15 ans, l’entreprise installée à Brugheas et spécialisée dans le poisson n’est plus la même. Quatorze employés permanents travaillent dans des locaux de 500 m². Le fichier clients compte 780 noms, de Metz à la Seine-sur- Mer  : des grandes surfaces, des boutiques bio, des restaurateurs, des collectivités et des transformateurs (Labeyrie, 3 Brasseurs). Il y aussi un magasin d’usine générateur de 10% du chiffre d’affaires annuel, s'élevant à 2 M € . Du bois de la Montagne bourbonnaise Les fêtes de fin d’année approchent, les ateliers vont tourner à plein régime. Les saumons frais et entiers, originaires d’Alaska, de Norvège, d’Ecosse et d’Irlande, afflueront pour atterrir dans les ateliers. Ils entameront leur dernier voyage avant les ultimes étapes de fumage  : la première à la suie de hêtre et la seconde à la suie d’un bois vert produit en Montagne bourbonnaise. La SARL familiale défend le « fait main » Reflets d’Allier/Novembre - Décembre 2019 Daniel Bono, copropriétairegérant. et la qualité. « Le sel, le fumage et le la maturation sont nos seuls agents conservateurs », détaille le gérant, qui a su retrousser ses manches pour endosser le costume de commercial afin de faire connaître ses marchandises. Positionnées haut de gamme, elles affichent quasiment les mêmes prix que les gros faiseurs pour des produits équivalents. Il a été également précurseur dans le domaine du bio, en assurant la distribution directe aux magasins spécialisés. « Dans une autre vie, j’ai été acheteur Jérôme Mondière pour les grandes centrales. Je connais leurs pratiques et je tiens à garder mon indépendance », confirme l’entrepreneur. À la conquête du pays du soleil-levant Le défi est réussi pour Daniel Bono, l’ancien apprenti boucher-charcutier-traiteur qui, à l’époque plein d’a priori, détestait le poisson. Les temps changent  : saumons, truites, flétans et cabillauds n’ont plus de secret pour lui. Son entreprise en fume 180 tonnes par an. Il envisage de diversifier son activité avec des produits plus élaborés  : saucisses et merguez de saumon, cakes, poissons en croûte… Il pourrait signer de nouveaux CDI, mais il peine à trouver de la maind’œuvre. Cela ne l’empêche pas de se projeter dans l’avenir et il ne manque pas de culot  : actuellement, il est en négociation pour vendre ses produits au Japon, le pays du poisson par excellence. ◗ PLUS D’INFOS Fumage artisanal du Sichon ZA « La Boucharde », 5, rue de l’Artisanat 03700 Brugheas 04 70 32 63 03 - www.sichon.fr Magasin d’usine ouvert du lundi au vendredi, de 7 à 12 heures et de 14 à 17 heures (fermé samedi et dimanche, sauf en décembre)
2MI Group 2MI, les salariés aux commandes 5 mois, nous avions déjà atteint 70% de notre prévisionnel annuel. Nous n’en « En espérions pas tant. » Cédric Bonnefoy, gérant de la Scop 2MI à Lavault- Sainte-Anne, confirme que c’est une bonne année. En avril 2019, avec d’autres collègues, il a repris l’entreprise placée en redressement judiciaire qui les employait. « Nous avons proposé aux 49 salariés de s’investir dans la Scop », se souvient l’ancien responsable de production. Au final, 13 salariés ont relevé le défi en investissant chacun trois fois leur salaire net. « En moyenne, cela faisait 17 ans qu’on travaillait dans la société. On peut dire « qu’on a fait les murs ». Connaissant son potentiel, ce n’était pas possible pour nous de la voir disparaître », poursuit Cédric Bonnefoy. Désormais, grâce à une gestion assainie et un nouvel état d’esprit « la boutique tourne bien ». Les clients historiques IEQT 30 ans de performance L’IEQT de Vichy fête, le 29 novembre, au Palais des Congrès-Opéra de la cité thermale, ses 30 ans. La remise des diplômes aux étudiants de la dernière promotion se déroulera à cette occasion. Ils seront 150. Lors du lancement de l’IEQT, ils étaient 16 à s’inscrire dans l’établissement d’enseignement supérieur créé par la CCI, Chambre de commerce et d’industrie, en partenariat – à l’époque – avec l’Université et la Manufacture Michelin. L’Allier se positionnait en pionnier avec son école de management des risques et de la performance. Aujourd’hui, elle compte 9 campus en France. Le dernier s’est implanté à Amiens et d’autres ouvertures sont attendues. Tous les sites se pilotent du Bourbonnais. L’institut propose des formations de Bac+3 à Bac+5, accessibles aux étudiants et aux professionnels pour devenir leader qualité, risk manager, responsable qualitésécurité-environnement, etc., des métiers plébiscités par les entreprises. PLUS D’INFOS 04 70 30 41 46 – www.ieqt.org Les associés salariés de 2 MI dans l’entreprise. des secteurs de l’automobile (Peugeot, Citroën, Renault) et de l’aéronautique (Airbus, Helicopters, etc.) n’ont pas lâché l’entreprise spécialisée dans les études et l’outillage de contrôle, ainsi que dans l’assemblage des pièces et des prototypes. Une activité fluctuante Aujourd’hui, la société compte 18 personnes mais pas question de s’enflammer  : « On se donne trois ans pour asseoir la société. Si la charge de travail continue d’augmenter nous embaucherons. Mais nous devons rester vigilants, car nous sommes dans une activité très fluctuante dépendant totalement des constructeurs », confirme Cédric Bonnefoy. Avec les associés salariés, ils défendent une prudence éclairée et des choix stratégiques raisonnés, à même de protéger les emplois et leur(s) investissement(s). ◗ La vie économique ◗ 19 Salon de l’entrepreneur et du numérique Mardi 19 novembre, de 10 à 18 heures, le Parc des expositions de Moulins-Avermes accueille la 1 re édition du Salon de l’entrepreneur et du numérique. Il s’adresse à tous ceux qui entreprennent dans l’Allier  : porteurs de projet, créateurs ou repreneurs d’entreprise, dirigeants et cédants confrontés à la transmission. Plus de 50 partenaires sont présents autour de questions clés  : financement, locaux, réglementation, digital, micro-entreprise, protection de données, dépôt de marque, recrutement, formation, gestion, développement international, aides, etc. Le volet numérique est consacré à la transformation digitale. Il donne à tous les clés, les sites, les applis et les outils pour faciliter la nouvelle vie de l’entrepreneur. Pour cela, Masolutionnumerique, Orange, mais aussi l’atelier numérique Google et d’autres sont présents. À 18 heures, le jury remet les prix du concours « Création/reprise en Allier » aux nouveaux entrepreneurs du département. Retrouvez le Conseil départemental sur le salon, dans l’espace « Collectivités ». L’événement est organisé par la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre de métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture de l’Allier, regroupées au sein de l’interconsulaire. Il se déroule en partenariat avec la Région, le Département, Moulins Communauté, Vichy Communauté, Montluçon Communauté, l’Ordre régional des experts-comptables, Pôle emploi, le CACF et Groupama. Plus d'infos 04 70 35 40 00 – www.entreprendre-en-allier.fr Reflets d’Allier/#FierAllier



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :