[02] l'Aisne n°220 mar/avr/mai 2018
[02] l'Aisne n°220 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°220 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : un pas vers l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 l’Aisne en action Le Conseil départemental s’est engagé depuis quelques années dans la « gestion différenciée » des espaces verts avec la fauche tardive des accotements. Désormais, ce principe d’entretien « durable » s’applique aussi dans les collèges. Agir aujourd´hui, Préserver demain Accompagnement et conseil Les agents du Conseil départemental, spécialisés dans la gestion différenciée des espaces verts et la réduction des déchets, apportent leur expertise aux équipes des collèges intéressées par la mise en œuvre de ces actions vertueuses. Ils aident les agents techniques à élaborer un plan de gestion différenciée et les forment à de nouvelles pratiques plus respectueuses de l’environnement. Thomas Paitry, chargé de mission déchets  : 03 23 24 86 96 #Aisnemag n°220 printemps 2018 Qu’est-ce que la gestion différenciée ? Nous avons tendance à entretenir nos espaces verts sans discernement  : la pelouse est tondue, chaque mauvaise herbe est arrachée ou traitée à grand renfort d’herbicides. « Nous façonnons nos espaces en fonction de nos représentations du beau, du propre… Dans nos jardins tout est normé, cadré, contrôlé… » explique Christophe Ananie, spécialiste des espaces naturels sensibles au Conseil départemental. La gestion différenciée consiste à entretenir les espaces en fonction de leurs usages et à ne tondre, par exemple, que les endroits qui le nécessitent. Pourquoi la gestion différenciée ? Tout d’abord pour respecter la loi Labbé de janvier 2017 qui interdit aux personnes publiques d’utiliser des produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts et voiries accessibles au public. Ensuite parce que le développement durable est un enjeu majeur pour nos sociétés actuelles. « Nous reprenons conscience du lien qui existe entre l’homme et son environnement  : nous partageons notre espace de vie avec d’autres êtres vivants. La gestion différenciée participe à la richesse de la biodiversité. » Une pelouse tondue régulièrement produit une
végétation simplifiée. « Quand on relâche la pression, de nouvelles plantes s’expriment, poussent, fleurissent… » Avec les fleurs, les insectes pollinisateurs repeuplent ces espaces verts propices à leur développement. Puis, les insectes nourrissent les oiseaux. Et la vie revient, se développe, se diversifie. « Un écosystème très riche peut se développer sur des espaces réduits. » Quel est le rôle du Conseil départemental ? « La protection des espaces naturels sensibles est de notre compétence. Si tous les espaces ne sont pas « sensibles », tous accueillent de la biodiversité. De nombreux rapports scientifiques dressent le constat d’une perte considérable de biomasse [ensemble de la matière organique, végétale ou animale] à l’échelle mondiale. C’est un enjeu collectif de la préserver. » C’est la raison pour laquelle le Conseil départemental s’engage dans cette démarche vertueuse et durable. Au collège Pierre Sellier de La Capelle, la gestion différenciée fait partie du quotidien des élèves. Dans la mare aménagée, des espèces se développent sans y avoir été introduites. Une démarche globale l’Aisne en action 19 Au collège Louis Sandras d’Anizy-le-Château, enseignants, personnels techniques et administratifs sont engagés dans une démarche globale de « développement durable ». Gestion différenciée, réduction des déchets, recyclage, tout est lié. « Les déchets alimentaires sont triés puis recyclés dans nos composteurs rotatifs » explique le gestionnaire, Pascal Scoth. Ce compost est ensuite utilisé pour le potager et les espaces verts. « Notre club biodiversité, animé par trois enseignants, compte une quarantaine d’élèves. » Potager (notre photo), friches, ruches, poulailler, hôtel à insectes… Tout est fait pour recycler les déchets et favoriser la biodiversité végétale et animale. « Cette démarche nécessite l’engagement de tous mais donne des résultats. Nous dépensons moins en gaspillant moins  : nous avons réduit les frais de ramassage des ordures et produisons quelques kilos de légumes et de miel distribués aux élèves ! » aisne.com Découvrez les aménagements réalisés au collège de La Capelle printemps 2018 n°220 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :