[02] l'Aisne n°220 mar/avr/mai 2018
[02] l'Aisne n°220 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°220 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : un pas vers l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 reportages Montée en gamme #Aisnemag n°220 printemps 2018 Le saviez-vous Piloter un bolide aux lignes racées sur un circuit dédié à la conduite sportive est aujourd’hui un rêve accessible à tous grâce au développement des offres de stage de pilotage auto et moto. L’Aisne dispose de 3 circuits proposant de telles prestations  : Folembray, Juvincourt et le circuit des Ecuyers situé à Beuvardes. De 74 € pour 3 tours au volant d’une Porsche Cayman jusqu’à 350 € pour 12 tours à bord d’une Ferrari 458 Italia, de nombreuses formules sont disponibles pour vivre le grand frisson… en toute sécurité. L’Aisne a bien des atouts pour se définir comme une destination de charme, ses qualités intéressent le tourisme mais aussi certaines implantations dédiées au luxe et aux prestations haut de gamme. Haute couture « L’idée de faire de la peluche française de haute qualité vient de ma sœur Hélène qui vit en Californie et qui y fait la promotion des produits français. Je me suis associé avec mon autre sœur, Sophie, pour créer Pamplemousse Peluches en 2015. » Ingénieur de formation, Laurent Dumoulin présente un CV qui passe par Arianespace et l’exploitation pétrolière… plutôt loin des nounours ! Installée dans un corps de ferme à Cerizy, Pamplemousse Peluches emploie aujourd’hui 4 couturières, détentrices d’un savoir-faire très peu partagé. Les fausses fourrures utilisées sont les mêmes que chez Gucci et Givenchy et les pièces rapportées, comme les yeux et le museau, sont brodées pour des peluches au top de la sécurité. Winston le hérisson, Robert l’ours et Martin le lapin sont les stars de la gamme qui propose aussi poupées, doudous et hochets. Haute qualité oblige, les prix vont de 62 € pour un lapin 1 ère taille, jusqu’à 140 € pour un ours « édition spéciale ». « Nous pouvons aussi personnaliser à la demande des clients, une peluche Pamplemousse est souvent la pièce maîtresse dans la déco de la chambre d’enfant. » En pleine expansion, le réseau des distributeurs de Pamplemousse Peluches compte notamment « Le bon marché » et « Bonton ». Très bien référencée aux USA et aux Emirats, la marque de linge de maison D. Porthault va également proposer les peluches fabriquées à Cerizy ainsi que l’enseigne japonaise Isetan. www.pamplemoussepeluches.com
La vie de château Construit à la fin du règne de Louis XIV, le Château de Courcelles est l’une des plus prestigieuses adresses de la région. Ouvert en 1989, l’hôtelrestaurant rejoint le réseau « Relais & Châteaux » en 1992 et voit sa table gagner une étoile au Michelin, distinction conservée pendant 15 ans ! « En hôtellerie 4 étoiles, nous sommes le seul établissement du département ouvert toute l’année » précise Morgane Anthonioz, maîtresse de maison. « Notre taux d’occupation est de 40% mais nous sommes complets en haute saison. » Pour une nuit dans la plus belle suite du château, comptez 475 € . Pour le restaurant et sa cave de plus de 700 références, la moyenne est autour de 120 € par personne. Quarante salariés font tourner les 80 couverts et les 18 chambres, dont de nombreux employés issus du Lycée Hôtelier de Soissons. La clientèle anglaise est la plus représentée à l’international mais la fréquentation des touristes nord-américains est en forte progression. L’établissement est d’ailleurs classé sur la liste d’or 2018 du très sélect « Condé Nast Traveler », une référence outre-Atlantique. www.chateau-de-courcelles.fr aisne.com Tables et hôtelleries de prestige  : retrouvez nos bonnes adresses reportages 13 A la française Implantées de longue date sur le territoire, les grandes marques ont parié sur l’Aisne  : LVMH  : Installée à Vervins en 1994 sur un ancien site de la société Houbigant, la société Parfums Givenchy devient LVMH Fragrance brands en 2011. Dédié à la production de parfums, le site compte 15 lignes de conditionnement et emploie plus de 150 salariés. L’Oréal  : Rachetée par le groupe L’Oréal en 1965, la société Soprocos de Gauchy est spécialisée dans la fabrication d’aérosols. En 1985, le groupe inaugurait Fapagau, un deuxième site dédié à la production de parfums. Les 2 sociétés font travailler plus de 500 personnes. Le Bourget  : Symbole du raffinement et de l’élégance, les bas Le Bourget se sont implantés à Fresnoy-le-Grand en 1926. L’activité se concentre aujourd’hui autour du pôle finition et expédition (130 salariés). Camille Fournet  : Cette maroquinerie est née à Saint-Quentin en 1945. Spécialisée dans les bracelets de montres de luxe, elle s’installe à Tergnier en 1991 et développe son activité après son rachat par son PDG actuel Jean- Luc Déchery. Le site, qui emploie 260 personnes, s’agrandit avec la construction d’un bâtiment de 2 000 m². printemps 2018 n°220 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :