[02] l'Aisne n°219 déc 17/jan-fév 2018
[02] l'Aisne n°219 déc 17/jan-fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°219 de déc 17/jan-fév 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : agir pour l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 l’Aisne en action La RAPT, vous connaissez ? La Réponse Accompagnée Pour Tous n’est pas un nouveau dispositif destiné aux personnes en situation de handicap, mais une petite révolution des pratiques d’accompagnement. Pour comprendre de quoi il s’agit, revenons quelques années en arrière  : Amélie Loquet, jeune femme en situation de handicap mental, est renvoyée pour des problèmes de comportement de l’établissement qui l’accueille. Pendant plusieurs mois elle retourne vivre chez ses parents. En l’absence de solutions, ces derniers assignent l’état en justice. Et gagnent. Depuis, le cadre législatif a évolué, établissant qu’aucune personne en situation de handicap et surtout de polyhandicap ne doit rester sans solution. « Pour les personnes cumulant plusieurs difficultés ou handicaps, il n’y a pas forcément de réponse unique qui corresponde aux besoins, que ce soit en établissement ou à domicile » explique Patricia Génard, directrice de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). « Désormais, il est possible de proposer une solution à la carte, d’établir un suivi sur-mesure qui permette une prise en charge globale et continue #Aisnemag n°219 hiver 2018 pour les situations les plus complexes. Ce n’est plus un seul service, ou un seul établissement, qui apporte la réponse, mais plusieurs qui travaillent ensemble. » Une solution partagée Patricia Génard prend l’exemple d’un petit garçon autiste et malentendant  : aucun établissement ne proposait l’accompagnement de ces troubles. « Nous avons élaboré une réponse adaptée avec des temps de prise en charge en établissements et de l’accompagnement à domicile. Plusieurs La parole à... En chiffres 15 026 personnes ont déposé un dossier à la MDPH en 2016 79,4% de ces demandes concernent des adultes 20,6% des enfants 135 situations ont été suivies dans le cadre de la RAPT 114 ont trouvé une solution aisne.com Retrouvez toutes les informations sur la RAPT équipes travaillent ensemble pour accompagner cet enfant en fonction de ses besoins. » C’est un changement profond des pratiques. « Tous les acteurs des secteurs sanitaire, médicosocial, éducatif… sont mobilisés autour de la mise en place de la RAPT. Ce nouveau cadre reconnaît qu’aucun service, isolément, ne peut apporter de réponse globale à des situations complexes. La MDPH jouera le rôle de chef d’orchestre pour la mise en œuvre des interventions » conclut Patricia Génard. Marie-CHRISTINE PhilBERT Présidente de l’Union des associations de personnes handicapées (regroupant 28 associations du département). « Les décisions prises par la MDPH peuvent ne pas être suivies d’effets, faute de places disponibles ou en raison d’une trop grande complexité de la situation. La Réponse Accompagnée Pour Tous permet désormais aux personnes en situation de handicap et leurs familles d’avoir une réponse en fonction de leurs besoins. Puisque la solution « idéale » n’existe pas nécessairement, une solution possible est mise en œuvre. C’est un changement pour les personnes, leurs familles, mais aussi pour les professionnels. Cette démarche crée une synergie nouvelle et innovante. Les associations que je représente sont satisfaites et proposent un accompagnement tout au long de la demande, par le soutien d’une personne ressource formée. »
Voiture avec chauffeur De la maternelle aux études supérieures, le transport des élèves en situation de handicap demeure une mission du Conseil départemental. Plus de 600 jeunes Axonais sont concernés. Depuis la rentrée 2017, le transport des scolaires est dévolu aux nouvelles grandes régions conformément à la mise en œuvre de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République). Ces nouvelles dispositions n’incluent pas les élèves en situation de handicap dont le déplacement, de leur domicile jusqu’à leur établissement scolaire, reste une compétence obligatoire du Département. Dépendant de la Direction des politiques d’autonomie et de la solidarité du Conseil départemental de l’Aisne, le « Service offre d’accompagnement à domicile » (SOAD) trouve des solutions adaptées à la situation de chaque usager. « Il faut obligatoirement une notification favorable de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) » pose d’emblée Isabelle Le Borgne, chef du SOAD. « La nécessité d’une prise en charge est décidée en Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), il y en a deux par mois et le nombre de bénéficiaires évolue donc tout au long de l’année. A l’heure actuelle, 638 enfants sont concernés. L’offre d’accompagnement à domicile représente un budget de 6 M € pour 2017. » Cas par cas Il faut trouver un transport adapté tout en optimisant les circuits quand il est possible de regrouper plusieurs élèves d’un même établissement. « Si les horaires sont compatibles, il peut y avoir du biquotidien ou des demi-journées » l’Aisne en action 19 précise Claudine Demortier, gestionnaire des frais de transport. « Nous avons aussi une trentaine d’élèves en stage en entreprise, c’est vraiment du cas par cas. Le transport peut être assuré par la famille, nous appliquons alors un remboursement de 0,25 € du kilomètre, mais pour la grande majorité des usagers nous passons par des sociétés spécialisées. » Tous les matins, un chauffeur de la société JL International vient ainsi chercher la petite Lou, 4 ans, pour l’emmener de son domicile à Jumigny jusqu’à l’école de Beaurieux où elle a fait sa rentrée l’an dernier. Atteinte d’une amyotrophie spinale, Lou se déplace dans un fauteuil électrique qu’elle dirige très facilement à l’aide d’un joystick, mais qui pèse 140 kg et nécessite un véhicule équipé d’une rampe. « Je travaille à Reims et mon mari dans le Nord » explique sa maman, Virginie. « Sans cette prise en charge, l’un de nous aurait dû arrêter son activité. Ce service permet à Lou d’aller à l’école comme n’importe quelle autre petite fille et c’est très important dans le combat que nous menons contre la maladie. » Ecole inclusive Le Département intervient également dans les collèges publics pour le financement des Unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) où sont pris en charge par petits groupes des élèves présentant différents handicaps et troubles du développement comme l’autisme. Il y a 34 ULIS dans l’Aisne, chacune bénéficiant d’un complément de dotation de 2 300 € , soit un financement total de 78 200 € . hiver 2018 n°219 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :