[02] l'Aisne n°219 déc 17/jan-fév 2018
[02] l'Aisne n°219 déc 17/jan-fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°219 de déc 17/jan-fév 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : agir pour l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 dans nos villages Le futur de #Aisnemag n°219 hiver 2018 en chiffres 1 300 kilos de viande vendus au personnel et aux particuliers 770 kilos consommés par les élèves l´agriculture Au lycée agricole de Fontaine-les-Vervins aussi on expérimente la vente directe. Une voie d’avenir pour l’agriculture et les futurs agriculteurs. Au lycée agricole de Fontaine-les- Vervins, les élèves apprennent leur futur métier en travaillant sur l’exploitation agricole de l’établissement qui compte  : 55 vaches laitières (432 000 litres de lait produits par an ; la cantine du lycée en consomme 150l. par semaine) 200 brebis 80 truies et 1 500 porcelets 55 ha de grandes cultures 42 ha de prairies permanentes et 12 de prairies temporaires 1 verger bio de 1,3 ha (production de 4 000 bouteilles de jus de pomme) A son arrivée à la direction de l’établissement il y a deux ans, André Grimault s’étonne que les productions de l’exploitation du lycée ne soient pas valorisées en interne. « Nous vendions notre lait aux coopératives et achetions plus cher des briques pour notre cantine… » se souvient Gwendoline Dubray, formatrice en charge du projet. La réflexion est amorcée… Première étape  : alimenter la cantine avec le lait produit par les élèves. L’équipe n’en reste pas là, la vente directe est dans l’air du temps. De nombreux agriculteurs, maraîchers, éleveurs, producteurs laitiers s’y sont mis. Vente à la ferme, casiers en libreservice et autres drives fermiers fleurissent un peu partout dans l’Aisne et en France. Et ça marche. « Nous avons décidé d’expérimenter la vente directe pour nos autres productions  : la viande de porc et d’agneau, ainsi que notre jus de pomme » poursuit Gwendoline (notre photo). La vente directe  : une voie d’avenir Une première phase test auprès des 90 salariés de l’établissement est lancée. Le succès est immédiat  : saucisses, crépinettes, paupiettes et autres filets mignons s’écoulent rapidement. « Nous sommes passés de 2 à 5 cochons par semaine. Mais nous ne pensions pas vendre aux particuliers à ce moment-là. » La démarche initiée par le lycée agricole éveille l’intérêt de la presse locale, les premières demandes de particuliers arrivent très vite. « Nous avons profité de l’occasion et réalisé nos premières ventes auprès des consommateurs. » L’objectif pour l’équipe pédagogique est double  : valoriser les productions du lycée au même titre que n’importe quelle entreprise agricole et former les agriculteurs de demain à la vente directe. Le lycée envisage d’installer prochainement un magasin au sein de l’établissement et l’équipe pédagogique a relancé l’élevage de poulets pour proposer de la volaille. « Nous sommes convaincus que la vente directe est une voie d’avenir pour nos élèves et l’agriculture de demain » conclut Gwendoline. 03 23 91 34 00 alafermedefontaine@gmail.com
L’Aisne inspire au-delà de nos frontières  : 45 fermiers australiens ont visité la ferme des Vecten pour découvrir l’agroécologie. Il y a 15 ans Gaëtan Vecten quittait le monde de l’industrie pour celui de la terre. Celui qui préfère s’appeler « paysan » plutôt qu’agriculteur ou cultivateur s’est lancé depuis quelques années dans une agriculture de conservation des sols  : « je ne retourne plus la terre afin de préserver les micro-organismes présents en surface ». Gaëtan limite aussi au strict nécessaire l’utilisation de produits phytosanitaires  : « je veux que mes sols vivent par eux-mêmes, que l’écosystème s’autorégule ». Ce passionné d’agronomie se forme plusieurs fois par an, lit, enrichit ses connaissances en permanence, échange avec ses collègues, « notamment au sein de l’association Sol, agronomie et innovation qui compte 93 membres aujourd’hui, contre 15 à sa création, il y a cinq ans ». De plus en plus d’agriculteurs s’intéressent à ces nouvelles formes de cultures moins consommatrices en produits chimiques, plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité. « Je travaille aussi avec les plantes compagnes » explique Gaëtan. Au colza il associe fenugrec, féveroles, lentilles, pois fourragers, « des plantes qui attirent ou repoussent les insectes parasites du colza ». Des solutions moins coûteuses que les produits phytosanitaires  : « j’économise 5 000 € par an environ auxquels s’ajoutent quelques milliers d’euros en carburant et en dans nos villages 15 Gaëtan Vecten Agriculteur et meunier, Berzy-le-Sec « J’ai le sentiment de recréer de la vie. » investissement. Comme je ne travaille plus ma terre je n’ai pas besoin de machines puissantes et gourmandes en carburant ». Paysan et meunier Parallèlement à ses nouvelles méthodes de culture, Gaëtan s’est lancé dans la fabrication de farines. Dans le petit magasin aménagé sur son exploitation trône un imposant moulin en bois blond. La machine est jolie  : « les clients qui viennent à la ferme s’intéressent au moulin ! C’est un bon moyen pour amorcer le dialogue et créer des échanges ». Le moulin permet de produire 15 tonnes de farine par an. Blé, sarrasin, petit et grand épeautre, Gaëtan produit des farines différentes des farines industrielles distribuées en grandes surfaces. « Mes farines sont nettement moins chargées en gluten. » Paysan et agronome passionné, Gaëtan voit dans les circuits courts et l’agriculture de conservation des voies possibles pour l’avenir de la profession. « Ces méthodes de culture répondent aussi à la demande croissante des consommateurs pour des produits sains. D’une certaine façon les consommateurs sont responsables de leur agriculture. Ils nous demandent de produire mieux et de meilleure qualité, soit, mais il faut nous acheter nos produits à des prix qui nous permettent de vivre de notre travail. » hiver 2018 n°219 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :