[02] l'Aisne n°218 sep/oct/nov 2017
[02] l'Aisne n°218 sep/oct/nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°218 de sep/oct/nov 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'Aisne en effervescence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 grand format En élévation Installé au Bois de la Choque à Saint-Quentin en 2015, Cosy-Home veut démocratiser l’accès aux équipements pour les personnes à mobilité réduite tels que monte-escalier et élévateur. On lui doit le premier élévateur pour particulier de conception et de fabrication 100% axonaise, en partenariat étroit avec son voisin Tecman. En mai dernier, Cosy-Home faisait le buzz en présentant la première plateforme mécanisée permettant aux personnes en fauteuil d’accéder au théâtre Jean Vilar. Chaud devant ! #Aisnemag n°218 automne 2017 « Actuellement, nous importons la majorité de nos produits, rapatrier la construction réduira les coûts, explique Stéphane Marcourel, PDG de Cosy- Home. Aujourd’hui, un monte-escalier importé, c’est 10 000 € , notre but c’est de le proposer à 6 000 € . » En terme d’innovation, Cosy-Home se démarque aussi par son type de management et le profil de ses 10 salariés qui ont tous connu des parcours difficiles, chômage de longue durée ou enchaînement de stages. « Le recrutement, c’est mon métier d’origine et je sais que c’est avant tout une rencontre. Les gens que j’ai recrutés ont connu des galères mais ils ont d’autant plus conscience de l’importance du travail qu’ils font. Et puis c’est une philosophie  : ici tout est transparent, que ce soit les salaires ou les comptes et d’ici quelques mois, les salariés pourront rentrer dans le capital de l’entreprise qui deviendra une Scop (société coopérative et participative). » Ce sens de la cohésion se retrouve également au sein de « Saint-Quentin Connexion », une association montée par Stéphane Marcourel et qui regroupe une vingtaine de chefs d’entreprises locales dans le but d’aider des porteurs de projets à se lancer. « La différence notable avec un réseau d’affaire traditionnel c’est qu’il n’y a pas de droit d’entrée, la cotisation est de 1 € . » http://cosyhome.site A Soissons, la société Ici et Maintenant propose des distributeurs de repas chauds. « Hôpitaux, halls de gare, hôtels sans service de restauration, les possibilités d’implantation sont nombreuses, » affirme Omar Gueye, créateur de l’entreprise. « J’ai patienté 36 h pour la naissance de mon premier enfant, j’aurais bien mangé quelque chose, mais il n’y avait rien sur place. » Désormais, les distributeurs d’Ici et Maintenant proposent des repas complets  : entrée, plat chaud, dessert, boissons. « Nous avons signé avec une chaîne hôtelière et sommes en négociation avec la SNCF. » Une trentaine de distributeurs devraient être installés dans les prochains mois.
Emery Fred Top synchroPour entrer corps et âme dans un spectacle, la parfaite synchronisation entre le son et le visuel est primordiale. Au moindre décalage, la magie disparaît. A Saint- Quentin, la société Chronix apporte de nouvelles solutions à ces problématiques. « Nous développons des outils spécifiques de synchronisation visuelle et sonore pour le monde du spectacle et pour la muséographie, » explique Pierre Kolle, fondateur de la start-up qu’il codirige avec Benjamin Balga. Férus d’informatique et d’électronique, tous deux ont suivi le cursus du master « Systèmes embarqués » à L’INSSET* de Saint-Quentin. Pierre Kolle a pour sa part commencé par un cursus en musicologie à Lille, ce qui l’a amené à travailler sur les instruments augmentés et les questions de temps de latence. C’est dans l’incubateur « Le garage » au sein de la pépinière d’entreprise Créatis que les deux jeunes entrepreneurs ont créé leur société en avril 2017. « Nous travaillons par exemple sur les combats de gladiateurs du Puy du Fou. Le spectateur éloigné de l’action n’entend pas le vrai bruit du choc des épées, il entend un son factice, un bruitage, qui doit parfaitement coller avec ce qu’il voit. Et ça marche dans l’autre sens  : avec la compagnie médiévale des Loups de Coucy nous avons développé le « canon connecté « pour donner l’illusion de l’impact d’un boulet alors que le canon tire à blanc. » Leurs compétences trouvent aussi à s’exprimer lors de spectacles pyrotechniques et nos deux créateurs d’entreprises prévoient sous peu de se former au métier d’artificier. « Pour le spectacle du 14 juillet sur le canal de Saint-Quentin, nous avons notamment collaboré avec Célesta pour concevoir le système de déclenchement des effets pyrotechniques placés dans le dos du pilote d’un flyboard qui s’élevait au-dessus de l’eau. » www.chronix.fr *Institut supérieur des sciences et techniques Territoire High tECh grand format 39 Fort d’une présence historique des industries mécaniques, d’un tissu dense de start-up numériques et de formations techniques de haut niveau (INSSET et IUT de l’Aisne), le Saint-Quentinois est devenu ces dernières années la plaque tournante de la robonumérique. La Communauté d’agglomération du Saint-Quentinois poursuit une stratégie d’accompagnement des entreprises de la filière tout en faisant la promotion du territoire sur les salons internationaux. Saint-Quentin est également membre du réseau French-Tech, fédération des acteurs engagés dans le développement numérique et dont l’objectif est de partager les connaissances, les expériences et les réseaux pour faciliter la conduite de projets innovants des TPE-PME locales autour de l’internet des objets et de la robotique. www.robonumerique.fr automne 2017 n°218 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :