[02] l'Aisne n°217 jun/jui/aoû 2017
[02] l'Aisne n°217 jun/jui/aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°217 de jun/jui/aoû 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (210 x 250) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : destination Aisne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 dans nos villages Un foin de qualité #Aisnemag n°217 été 2017 Guy Leblond agriculteur et éleveur, Beautor « Valoriser les productions de cette zone préservée. » Pour Guy Leblond, installé à Beautor depuis 1983, tout change en 1992 quand ses prairies de bord de l’Oise sont classées en zone Natura 2000*  : « à l’époque cela représentait des contraintes importantes… nous ne pouvions plus utiliser d’engrais et d’herbicides comme nous le faisions jusqu’alors… » Guy et les autres exploitants de ces terres classées doivent revoir leurs pratiques en profondeur. S’adapter aux obligations européennes qui protègent ces sites. Guy choisit de ne pas subir ces contraintes ; il pressent qu’il peut en tirer bénéfice. « Nous avons décidé de valoriser la qualité des productions de ce périmètre protégé. Une prairie classique compte 3 à 4 espèces d’herbes ou de fleurs différentes, les nôtres une vingtaine, dont certaines ont des vertus médicinales bénéfiques pour les bêtes. » Apprendre à se vendre Pour promouvoir ce foin si particulier, Guy fonde l’association Agriculture Environnement en Vallée de l’Oise avec une vingtaine de ses collègues paysans. En 2014, ils répondent à un appel à projets pour les Groupements d’Intérêt Economique et Environnemental lancé par le ministère de l’agriculture. Ils font partie des 10 premiers projets retenus sur 300 déposés ! Décrochant une bourse de 90 000 € , ils s’offrent alors études de produits et de marché, communiquent, déposent la marque « Le foin de notre vallée », démarchent les clients potentiels… « Nous nous sommes aussi payés une formation en commerce. » La passion ne suffit pas toujours… Lors de leurs premiers rendez-vous pour promouvoir leur foin de en chiffres 1000 hectares de prairie en zone Natura 2000 qualité, ils n’ont ni flyer, ni carte de visite ou échantillon de produit… « Nous étions de bons paysans mais de mauvais vendeurs ! » Peu à peu ils se forment, s’organisent, ciblent mieux les clients susceptibles d’être intéressés par leur foin de qualité  : haras de chevaux de courses, graineteries ou zoos… « Ces derniers rencontrent quelques difficultés pour s’approvisionner, en foin adapté aux hippopotames par exemple. » 100 exploitants 4 500 tonnes du « Foin de notre vallée » 900 tonnes destinées à la vente Il y a fort à parier que, dans quelque temps, de nombreux animaux exotiques des zoos de France seront nourris par des producteurs de l’Aisne. Les productions locales, c’est bon pour nous, mais pas seulement ! * sites naturels classés pour leur grande valeur patrimoniale faunistique et floristique.
Parés pour la parade Les 17 communes de l’ancien canton de Moÿde-l’Aisne préparent activement les chars de leur grande parade programmée le 3 septembre. Organisée tous les deux ans, cette manifestation populaire et festive rassemble plus de 500 bénévoles à chaque édition. « Tout a commencé en 2001 à l’initiative de Bernard Testu, conseiller général nouvellement élu. Il réunit alors tous les maires du canton avec l’idée d’une grande manifestation qui traverserait les 17 communes, le journal local a d’emblée titré sur l’idée d’une « grande parade », on a pas été chercher plus loin pour se trouver un nom ! » A Mézières-sur-Oise, où le président de l’association « La Grande parade » Jean-Michel Laroche est également adjoint au maire, un défilé était déjà organisé chaque 13 juillet depuis le bicentenaire de la révolution française en 1989. « Et si on remonte encore dans le temps, avant guerre il y avait ce qu’on appelait « Les cavalcades » durant lesquelles défilaient des chars, c’était une vieille tradition dans pas mal de villages alentours. » Avec 200 bénévoles mobilisés sur le projet, la première édition rencontre un vrai succès et la décision est prise de renouveler l’expérience tous les deux ans. « C’est un bon rythme pour garder la motivation, la parade se produit toutes les années impaires en alternance avec une fête champêtre toutes les années paires. » Les communes rivalisent de créativité De nombreuses associations s’investissent dans la réalisation des chars pour lesquels le thème choisi est totalement libre. « Les communes rivalisent de créativité, nous avons eu jusqu’à présent des chars vraiment magnifiques sur lesquels il y a beaucoup de travail. Il y a déjà eu « le cirque », les « métiers d’antan », certains films à succès comme « Les gendarmes de Saint-Tropez », il faut vraiment s’attendre à tout ! Les chars des premières années étaient assez statiques mais petit à petit ils sont devenus très vivants, on y joue de la musique, on jette des confettis et des ballons. » Le public réserve toujours un bon accueil au défilé de véhicules anciens et de nombreuses dans nos villages 15 fanfares se joignent également à la procession. Cette année, la grande parade de l’ancien canton de Moÿ-de-L’Aisne partira dès le dimanche matin à 11h de Châtillon-sur-Oise et fera une halte à Mézières-sur-Oise pour la pause déjeuner. Le cortège traversera ensuite Berthenicourt et Alaincourt avant de rallier comme toujours Moÿ-de-l’Aisne en fin d’après midi où les familles pourront se restaurer en musique avant l’embrasement de la mairie qui clôturera la journée. 06 08 26 84 02 été 2017 n°217 #Aisnemag



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :