[02] l'Aisne n°194 jan/fév 2013
[02] l'Aisne n°194 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°194 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : Investir au quotidien

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 actualité l'Aisne 194 - Janvier/Février 2013 économie Fabricant de sièges et meubles, la société Rosello exporte depuis Villers-Cotterêts en direction d’hôtels et restaurants haute gamme à travers le monde. Assise axonaise Villers- Cotterêts François Rosello a fondé son entreprise en 1928 à Paris. Cette société vendait ses ossatures bois aux fabricants de sièges. En 1954, Rosello s’installe dans le sud de l’Aisne pour se rapprocher de ses fournisseurs de bois et étendre ses activités. « Depuis les années 80 nous garnissons nos ossatures pour vendre nos propres sièges aux magasins de meubles » explique Florent Rosello, l’actuel PDG. En 1983, la société participait à son premier salon destiné aux professionnels de l’hôtellerie. Rosello produit tout le mobilier nécessaire aux hôtels et restaurants hauts de gamme (chaises, fauteuils, poufs, consoles, bureaux, tables basses, etc.). Par exemple l’entreprise a aménagé le nouvel hôtel soissonnais du Parc Gouraud. Rosello réalise un chiffre d’affaires annuel de 3,4 ME et dispose d’un showroom à Paris. Cette société travaille également sur prescriptions d’architectes et de décorateurs, pour lesquels elle propose du sur mesure. Enfin, les résidences pour personnes âgées figurent parmi les marchés en expansion. La conception artistique est confiée à Dominique, le frère de Florent. La production (250 modèles) est centralisée dans les locaux de Villers-Cotterêts. Rosello y dispose d’une usine employant 37 personnes. « 20 000 pièces sont commercialisées à l’année dont la moitié à l’exportation. » Les carcasses de bois (principalement en hêtre ou chêne) sont réalisées au sein de l’atelier menuiserie. Pour chaque chaise, les ouvriers tracent les pièces avant de les découper. « L’assemblage se fait ensuite à la main, dans le savoir-faire traditionnel de la maison Rosello ». Les meubles sont vernis et laqués par « Vernis 3000 », une société indépendante installée sur le site. Un savoir-faire reconnu dans le monde entier… mais peu connu des Axonais. Enfin les fauteuils sont garnis et habillés. « Nous sommes référencés par de grands groupes tels que Accord, Disneyland Paris, Center Parcs, etc. Nous équipons en sièges l’ensemble des parfumeries Dior à travers le monde » conclut le petit-fils du fondateur. Deux décennies, ce n’est pas rien ! Pour fêter l’événement, Philippe Cornu, Directeur général de la SAS BIPA, a inauguré une unité de production à Vailly sur Aisne. Créée en 1992 à Soissons par Daniel Fresnay, BIPA est spécialisée dans la menuiserie Vailly sur Aisne Bipa : 20 ans PVC. Vendue au groupe vendéen Liébot en 2003, BIPA était à l’étroit dans le centre-ville. La société est en plein développement (le nombre d’employés est passé de 52 à 106 en 8 ans) et a besoin de s’agrandir. Le Directeur a racheté l’ancienne usine de valises Delsey à Vailly sur Aisne. 6 ME sont investis sur fonds propres pour rénover les locaux. « De nouvelles machines ont été acquises pour un coût total de 700 000 E. Je dispose ici de 12 000 m² mais j’ai encore une réserve foncière de 10 000 m² » se réjouit le chef d’entreprise. Les ouvriers disposent d’un atelier neuf et modernisé. La coquette façade orange et verte abrite une unité de production qui façonne 55 000 menuiseries à l’année (portes-fenêtres, portes d’entrée, lucarnes, baies vitrées…), à destination du marché français (menuisiers, maçons) pour un chiffre d’affaires de 21 ME. La force de BIPA : la fabrication de menuiseries sur mesure. Des arches, des fenêtres triangulaires ou cintrées, de toutes tailles et couleurs, en PVC imitation alu ou bois, etc. BIPA dispose d’ailleurs d’un atelier dédié à ces commandes spécifiques. Les autres menuiseries sont fabriquées par commande numérique. Les barres PVC sont tout d’abord percées (pour l’aération et le passage des serrures) puis découpées par une machine s’étendant sur 32 mètres. Les cadres sont assemblés par soudure et dotés de fiches (les gonds). Viennent ensuite la pose de la quincaillerie et l’assemblage des dormants (pièces fixes d’une fenêtre) et des ouvrants. Les ouvriers posent enfin les vitres de différentes formes, tailles, épaisseurs et transparences, en provenance pour 80% de Saint-Gobain.
L’Aisne it’s open for business* actualité campagne de notoriété l'Aisne 194 - Janvier/Février 2013 Retour en images 7 Une part du budget dédié à la campagne de notoriété est consacrée au développement économique. Nous vivons aujourd’hui dans un monde où la perception que l’on a des choses est parfois aussi importante que la chose elle-même. Alors que la concurrence entre les territoires s’amplifie en raison de la crise, pour attirer de nouvelles entreprises, pour maintenir sur son sol les entreprises existantes, l’image s’impose comme un élément déterminant et incontournable des politiques d’attractivité publiques. A l’heure du choix pour un dirigeant de s’installer quelque part, la notoriété d’une destination, les images qu’il en retient, peuvent être non pas un élément déclencheur mais un plus, à ne pas négliger. Tous les territoires investissent d’ailleurs massivement dans des campagnes d’image, même des territoires naturellement attractifs : campagnes OnlyLyon, Invest in Reims, Montpellier unlimited, Loire Valley… Le travail sur la notoriété de l’Aisne, initié depuis 2005 avec les différentes campagnes signées L’Aisne, it’s open, s’est jusqu’alors orienté vers le grand public. Il s’agit aujourd’hui de s’adresser directement aux dirigeants d’entreprises, aux investisseurs potentiels. La stratégie de communication a donc été élaborée en concertation avec les acteurs économiques eux-mêmes : chambres consulaires et agence de développement. Cette campagne de communication valorise les atouts de l’Aisne pour les entreprises : > la proximité de l’Aisne avec de grands bassins de consommation (l’Ile de France, bien sûr, mais également Lille, Reims ou l’Europe du Nord), > la disponibilité foncière, avec des zones d’activité bien équipées, la couverture adsl… dans un cadre de vie préservé, riche de son patrimoine Gérard brémond Président du GrouPe Pierre & Vacances « nous avons pu construire le center parcs de l’aisne avec des partenaires qui partageaient notre envie de réussir » for business de belles entreprises choisissent l’aisne, et vous ? www.aisne.com Gérard Brémond, Président de Pierre & Vacances : « nous avons construit le Center Parcs de l’Aisne avec des partenaires qui partageaient notre envie de réussir. » culturel et paysager et de ses villes à taille humaine, > des filières industrielles et agricoles « à portée de main », > un réseau pré-existant de partenaires facilitateurs des projets de création, reprise ou transmission d’entreprises Il a semblé aux concepteurs de cette campagne que la meilleure preuve de ces différents atouts étaient les entreprises axonaises elles-mêmes de grands groupes, de belles marques, installées depuis fort longtemps pour certaines dans notre département : Le Creuset, MBK, Le Bourget, Eberspächer, West Pharmaceutical, Bongrain, L’Oréal, Téréos, Bayer, Lu, Nestlé, Materne, Florépi, Intersnack, Volkswagen, Pierre et Vacances… La campagne de communication, qui se déploiera en plusieurs actions et sur plusieurs mois, s’appuie donc sur ces grandes marques et leurs dirigeants. Chacun d’entre eux explique pourquoi il est installé dans l’Aisne et comment son entreprise s’y développe, devenant en quelque sorte un ambassadeur du territoire axonais. * L’Aisne est prête à accueillir des entreprises. Dédié à la pratique du judo et des arts martiaux, le dojo départemental de Tergnier a été inauguré le 1 er décembre. Aires de combat et gradins fixes seront le théâtre d’entraînements, activités scolaires et rencontres départementales et régionales. Coût de l’opération : 5,5 ME (dont 927 700 E du Conseil général). Le Comité axonais pour le centenaire de la Grande Guerre a été installé sous l’égide du Préfet de l’Aisne et du Président du Conseil général. Il concentrera plus particulièrement ses efforts sur 2017 : le centenaire des combats sur le Chemin des Dames. Dans le cadre de la campagne de notoriété 2012 du Conseil général de l’Aisne, Parisiens et Axonais étaient réunis salle Wagram à Paris pour un concert exceptionnel de « La symphonie des Siècles » (réunissant musiciens professionnels et amateurs) sous la baguette de François-Xavier Roth. Une belle réussite !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :