[02] l'Aisne n°194 jan/fév 2013
[02] l'Aisne n°194 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°194 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : Investir au quotidien

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 portraits l'Aisne 194 - Janvier/Février 2013 Neuville/Ailette Claude Collange élève une trentaine de vaches. En 1992, Claude Collange décide de se lancer dans l’élevage et choisit la Salers : « c’est une bête plaisante, rustique et qui vêle facilement chaque année, c’est aussi une bonne laitière et sa viande est de bonne qualité ! » De nombreux atouts pour cette race qui, bien qu’originaire du Massif Central, s’acclimate parfaitement dans les prés axonais : le département compte environ 3 000 vaches Salers pour une soixantaine d’éleveurs. Claude Collange est exploitant agricole à Neuville sur Ailette. En 2012, il a reçu le Sabot d’Or, un prix qui récompense le travail et les choix de l’éleveur dans la conduite de son troupeau de Salers. Eleveur en or Le Sabot d’Or est la récompense d’un long travail qui ne laisse pas de place au hasard. Il concerne sept races de vaches allaitantes telles que la Blonde d’Aquitaine, la Charolaise, la Salers… Les critères d’attribution sont : l’index valeur maternelle (c’est-à-dire le potentiel génétique de la vache), le poids des veaux à 7 mois, l’intervalle vêlage-vêlage et le taux de mortalité des veaux. Chaque point est vérifié et validé par Bovin Croissance, organisme de conseil en élevage. Cette récompense remise au sommet de l’élevage à Cournon (près de Clermont- Ferrand) apporte de la reconnaissance à Claude Collange qui n’est pourtant pas un adepte des concours agricoles. « C’est vrai que c’est une certaine fierté de recevoir le Sabot d’Or. Cela permet à mon élevage d’être reconnu pour sa génétique approfondie. Django, un de mes taureaux, a été retenu par un centre d’insémination. » Du safran dans l’Aisne Rien ne la prédestinait à la culture de cette épice rare. Sauf peut-être sa détermination à changer de vie et « à monter son affaire » comme elle le dit. Rencontre avec Béatrice Verrier, productrice de safran à Chézy sur Marne. Parisienne pur jus, c’est dans l’Aisne que Béatrice Verrier a pu réaliser son rêve. « J’ai toujours souhaité avoir ma propre entreprise et ici c’est l’endroit idéal pour s’installer sans s’isoler. » De tempérament fonceur, Béatrice n’a pas hésité quand elle et son mari ont eu le coup de cœur pour Chézy sur Marne. « Ici il y a tous les commerces, l’école pour les filles et nous ne sommes qu’à une heure de Paris. Et surtout nous avons été très bien accueillis, les agriculteurs locaux m’ont même aidée à lancer mon activité. » Avant de vivre dans le département avec ses deux filles et son mari, Béatrice était assistante de direction à la Défense et cherchait à créer sa propre entreprise. Un reportage télévisé sur une safranière dans la Creuse, la Chézy/Marne Béatrice Verrier cultive des crocus sur 1000 m². convainc de tenter l’aventure. Soutenue par ses proches qui trouvent son « idée géniale », elle s’installe avec sa famille en juillet 2011, seulement trois mois après ses premières recherches. Elle récolte ses premiers pistils en octobre 2012. Avant cela, elle a suivi deux jours de formation dans la Creuse en octobre 2011 et deux autres journées en juillet 2012. La jeune femme a choisi le statut d’auto-entrepreneur et a investi environ 10 000 euros dont 5 000 pour l’achat de 10 000 bulbes. Comme elle aime à le préciser, la culture du safran reste accessible à chacun mais demande beaucoup de travail manuel. Il faut 150 fleurs pour un gramme sec de safran. Les crocus sont plantés à la mi-août et leur récolte s’étale de la mi-octobre à la fin novembre pendant la période froide. Après cueillaison, le pistil prélevé est séché dans un simple four de cuisine. Béatrice Verrier vend sa précieuse récolte en petits pots d’un demi ou d’un gramme et prévoit de le décliner en « produits dérivés ». A terme, elle proposera via son site internet et sa boutique, des confitures, du miel, des sirops maison… parfumés au safran.
portraits 23 l'Aisne 194 - Janvier/Février 2013 Le 8 février prochain, le Rugby Club de Laon accueille les féminines de l’équipe de France pour le 2 e match du Tournoi des Six Nations qui les opposera au Pays de Galles. Ovalie laonnoise Laon Le Rugby Club de Laon encourage la pratique féminine. « Accueillir un match du Tournoi des Six Nations, c’est un honneur et une belle reconnaissance pour notre structure, mais c’est aussi beaucoup de travail en perspective. » Pour le président du Rugby Club de Laon, Thierry Maes, comme pour tous les amateurs de rugby, le Tournoi des Six Nations c’est la compétition ovalistique à ne pas rater, celle qui offre les plus beaux matchs et les 3 e mi-temps les plus festives. Depuis de longues années déjà, le club laonnois organise des déplacements pour assister aux rencontres comme à Edimburg en Ecosse pour le tournoi de 2004, année du grand chelem pour les féminines françaises, ou à Dublin en Irlande en 2007 : « une 3 e mi-temps mémorable ! C’est là qu’on a vraiment sympathisé avec la délégation française, c’est aussi ce qui m’a poussé à demander à Pierre Camou, président de la fédération, s’il y avait possibilité d’accueillir un match. Quelques mois plus tard, je recevais le dossier technique ! » L’équipe féminine, soit une vingtaine de joueuses, sera accueillie à Laon pendant quatre jours avec en point d’orgue le match France-Pays de Galles au stade d’honneur Ferrari vendredi 8 février à 18h30. Durant ce laps de temps, c’est le Rugby Club Laonnois qui gère toute la logistique : trouver une vingtaine de chambres, mettre à disposition une salle de vie, salle de massage, salle de musculation et piscine, organiser tout le volet « social « de la venue des joueuses qui participeront à des rencontres et « Créer une équipe féminine des débats. Elles rendront également visites à des collégiens et lycéens de la ville. Une opération qui représente un budget de près de 20 000 E avec le soutien de la Ville, de la DDCS (Direction départementale de la cohésion sociale) et du Conseil général de l’Aisne. Le match étant retransmis à la télévision, les partenaires privés locaux manifestent également leur intérêt. « Nous espérons créer une vraie émulation autour de cette rencontre de haut niveau. Les 300 bénévoles de notre club sont prêts à s’investir à fond pour cet événement qui je l’espère va bousculer les idées reçues sur le rugby au féminin. Créer une équipe féminine est un objectif sur lequel nous sommes résolument engagés, mais passée la tranche des moins de 15 ans nos licenciées sont malheureusement en trop petit nombre, elles arrêtent ou doivent aller s’entraîner ailleurs » conclut Thierry Maes. contact www.rugby-laon.fr Le SQBB 100% pur l’Aisne Accédant à la Pro A dès 1988, champion de France en Nationale Masculine 1 de la dernière saison et engagé cette année dans le championnat Pro B, le Saint-Quentin Basket Ball sera un vecteur de notoriété revendiqué pour le département de l’Aisne, en particulier lors de ses déplacements à l’extérieur pour la saison 2012/2013. En assemblée plénière du 2 juillet, le Conseil général de l’Aisne a voté le principe d’un soutien financier exceptionnel au SQBB au titre de l’image du département. Ce soutien exceptionnel de 150 000 E engage le SQBB à valoriser l’image de l’Aisne lors de ses matchs à l’extérieur en déclinant le logo « Le talent 100% pur l’Aisne » sur ses différents supports de communication et sur les maillots de ses joueurs avec l’exclusivité pour le Département en terme de sponsor « collectivités territoriales » hors Ville de Saint-Quentin. La convention de partenariat signée entre le Département et le club s’intègre dans la mise en œuvre de la campagne de communication signée « L’Aisne it’s open » lancée en 2005 par le Conseil général. rendez-vous 20 janvier Fère en Tardenois : championnat de l’Aisne de cross-country. Rens. http://cd02.athle.com/26 et 27 janvier Laon : tournoi national de badminton au Palais des sports. Rens. 06 84 53 96 10 3 février Montescourt-Lizerolles : 5 e édition de la Lizerollette, circuits VTT de 20, 35 et 45 kms, circuits pédestres de 8 et 16 kms. Rens. 03 23 63 30 37 8 février Laon : Rencontre du tournoi des Six Nations, France/Pays de Galles. Dès 14h au stade Marcel Levindrey. Rens. 03 23 20 31 55 9 février Moy de l’Aisne : trail nocturne le Moybrisen, randonnée à 17h, trail de 7,5 kms, 15 kms et 25 kms à 18h30. Rens. 03 23 07 83 30 19 février Saint-Quentin : 11 e journée de championnat de tennis de table, pro A féminine : Saint- Quentin/Metz. Au palais des sports Pierre-Ratte à 19h15. Rens. 03 23 62 66 05 3 mars Morcourt : le Mile de Morcourt, 1609 mètres départ à 10h30 inscription sur place. Rens. 03 23 08 28 37 10 mars Marle : Liesse/Marle, 5 et 21 kms. Rens. 03 23 22 20 28 Retrouvez et annoncez les RDV sport sur www.aisne.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :