[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : s'épanouir dans l'Aisne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
26 l'Aisne que j'aime l'Aisne 193 - Novembre/Décembre 2012 Mont Notre Dame « L’Aisne que j’aime » : les Greeters (guides bénévoles) vous font partager leur amour pour notre territoire. Entre coups de cœur, découvertes gastronomiques ou artistiques, circuits de balade et visites des joyaux du patrimoine, redécouvrez votre département aux côtés d’ambassadeurs passionnés. Par mont et merveilles Qu’est-ce qu’un Greeter ? Un Greeter est un habitant sélectionné par l’ADRT02 (Agence de développement et de réservation touristiques de l’Aisne) pour devenir un ambassadeur de notre département. Un Greeter (de l’anglais « to greet » : accueillir) est la personne qui vous accueille pour des visites thématiques. Ces guides bénévoles amateurs font découvrir leur coin à des touristes ou des Axonais, en toute convivialité. Passionnés par leur territoire, ils auront à cœur de vous faire partager leur vision de l’Aisne. Pour découvrir les différents Greeters et réserver une visite rendez-vous est donné sur le site www.greeters-aisne.com Soissonnaise d’origine, Stéphanie Lefebvre, née Zanutto, a travaillé dix ans dans l’automobile, dans le sud de la France puis dans l’est. « Après dix années passées sur les routes du lundi au vendredi j’ai souhaité changer de vie » confiet-elle. Ayant pris goût à ses passages dans les chambres d’hôtes, elle se reconvertit dans le tourisme. De retour dans l’Aisne, elle suit une formation de guide conférencier régional puis un certificat d’éleveur canin. « J’ai notamment travaillé au Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de l’abbaye Saint Léger de Soissons. Ce fut une expérience formidable ». Sac à dos et bottes aux pieds, Stéphanie Lefebvre Stéphanie Lefebvre - Mont Notre Dame Eleveuse de beagles Passionnée de chiens, de faune et de flore vous attendra au pied du colombier, pourquoi pas entourée de ses chiens, pour sillonner le Mont Banny et ses environs. « J’apprécie la chaleur des habitants du nord. Je voulais me lancer dans une activité qui me permettrait de rencontrer des personnes du cru ainsi que des touristes. Ce village mérite d’être connu et faire la promotion de mon département me tient à cœur ». Le clos des lices Stéphanie Lefebvre est devenue éleveur amateur il y a maintenant sept ans, alors qu’elle résidait encore à Osly-Courtil (à la frontière d’avec l’Oise). Tout a commencé lorsque Stéphanie a décidé de changer de vie. « Pendant mes dix années sur les routes ce qui m’a le plus manqué c’est la présence d’un chien à mes côtés. A mon retour dans l’Aisne, j’ai décidé de passer un certificat de capacité en espèce domestique. » Cette pétillante axonaise s’est alors interrogée sur le compagnon à quatre pattes idéal. « J’ai eu un bouvier bernois durant plus de quatorze ans, mais c’est un gros chien avec un pelage bien fourni. Je voulais davantage m’occuper de chiens de taille moyenne, à poil court et tricolores ». Le beagle, encore peu connu du grand public, s’impose. Stéphanie ouvre « Le clos des lices ». « La lice est le nom donné à la femelle reproductrice (le mâle étant l’étalon). Comme dans tous les élevages, je vends les chiots entre 8 et 10 semaines… Mais je garde un petit de chaque portée ». En outre la jeune femme propose également une pension pour ses anciens protégés. A n’en pas douter les petits beagles devraient également séduire les futurs invités de cette énergique Greeter !
l'Aisne que j'aime 27 Sable blanc et bruyères, le Mont Banny a des allures de cartes postales d’horizons lointains. « Entre le sable et les rochers, le dépaysement est assuré » nous explique notre guide. Un chemin caillouteux s’enfonce dans la forêt. Soudain vous débouchez sur un autre monde. Attention toutefois, certains chemins sont privés. Mieux vaut donc vous en remettre à notre Greeter. Cette balade nature est apaisante : des petits chemins de forêt de sable blanc, des bruyères colorées qui tapissent le sol de mousse, le chant des oiseaux et autres gallinacés… Et puis « la plage », un immense rocher plat, entouré de sable blanc. Quelques mûres s’offrent à la dégustation. « Evitez celles au ras du sol à cause des déjections de renard » nous avertit Stéphanie. Et soudain changement de décor, au détour d’un bosquet la bruyère fait place aux épaisses et denses fougères. « Ici on redécouvre la diversité des paysages axonais » raconte Stéphanie en empruntant le chemin Paris-Reims qu’aurait jadis parcouru Jeanne d’Arc. Le faisan doré est doté d’une queue plus longue que son corps. Au milieu de la forêt se cache un élevage de perdrix et perdreaux gris et rouges. « C’est une activité pas banale. Il y a quelques années c’était le plus gros élevage de France ». Il faut dire que le Mont Banny est la terre idéale pour l’élevage : le sable évite en effet la propagation des maladies. Ces galliformes, élevés pour les lâchers à destination de la chasse, grandissent dans des volières touffues sur des milliers de mètres carrés. « La végétation y est intacte pour que l’animal se familiarise avec son milieu naturel ». D’autres évoluent librement dans la forêt… et même dans les jardins ! Au détour d’un chemin, la forêt se révèle le lieu de belles rencontres. « J’aperçois régulièrement des faisans dorés. Avec leur longue queue et leur plumage coloré ils sont magnifiques et très faciles à observer ». Très peu craintif, le faisan vénéré se laisse approcher à à peine un mètre. « C’est pour cela qu’ils sont si rares, ils se font souvent attaquer par les renards ». Ce gallinacé est un camaïeu de couleurs : il est doté d’une tête blanche ornée d’un bandeau noir autour des yeux et d’un collier de la même couleur, d’un plumage brun doré et surtout d’une queue rousse et noire pouvant atteindre 1 mètre 80. Des perdrix et perdreaux par milliers à admirer.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :