[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : s'épanouir dans l'Aisne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 expression l'Aisne 193 - Novembre/Décembre 2012 Obligation prévue par la loi de 2002 relative à la démocratie de proximité. Les propos publiés ci-dessous le sont sous l’entière responsabilité de leurs auteurs. L’investissement public : un atout contre la crise La crise est toujours là ! D’une gravité et d’une ampleur qui plonge les Axonais dans une préoccupation constante. Dans le département elle est toujours amplifiée, surtout dans les domaines du chômage et du pouvoir d’achat. Face à cette réalité la pratique de l’austérité ne serait pas une solution. C’est pourquoi la Majorité départementale a tenu à conserver un bon niveau d’investissement dans son budget 2012. Les travaux et grands projets sont donc menés à terme. C’est vrai pour les collèges et la voirie. Le P.P.I (plan pluriannuel d’investissement 2012/2014) s’élève à 292 millions d’euros. Il intègre la poursuite du « Plan collège », l’espace aquatique de Château-Thierry, le démarrage du CRSD (contrat de redynamisation des sites de défense axonais) de Laon-Couvron, l’engagement sur la RN 2, le niveau d’intervention dans le social, le soutien aux territoires, une nouvelle ligne dédiée aux maisons de santé pluridisciplinaires… Alors que de nouveaux Conseils généraux renoncent à la gratuité des transports scolaires (en Isère notamment) nous maintenons cette gratuité qui est de nature sociale et éducative. L’exercice budgétaire est de plus en plus contraint. Nous attendons l’acte III de la décentralisation qui définira les compétences des collectivités territoriales, les dotations financières ainsi que les nouvelles modalités d’élection et de fonctionnement des Conseils généraux. Nous souhaitons que soit réaffirmé le rôle, l’importance de l’échelon départemental. Nos concitoyens y sont très attachés. Il faut réaffirmer la place que nos collectivités territoriales peuvent prendre dans la réussite du changement. Où en serait une croissance déjà faible sans la part de leur investissement public ? La Majorité de gauche au Conseil général est diverse. Cette diversité est, pour elle, source de richesse. Depuis quatorze ans elle dirige le département de façon sérieuse et solide. Les Axonais, qui n’ont cessé de la renforcer, peuvent compter sur elle. La Majorité de Gauche : groupes socialiste, progressiste et communiste Avenir et dette Tout comme un certain nombre d’autres collectivités, le Conseil Général de l’Aisne est confronté au problème de ses emprunts dits « toxiques ». Au-delà du fait d’avoir contracté de tels produits, dont la responsabilité incombe d’ailleurs tout autant aux établissements bancaires, ce qui est choquant, c’est le report sur 30 années des frais liés à la renégociation de ces emprunts. Conserver des possibilités d’investissement à court terme, en étalant davantage le remboursement de sa dette, permet sans doute à la majorité départementale de satisfaire à ses engagements du moment mais cela se fait au détriment des générations futures. En effet, peut-on encore croire aujourd’hui en un lendemain meilleur si l’on y reporte indéfiniment le poids de ses dépenses ? Avenir et Dette ne font pas bon ménage mais la majorité actuelle ne semble pas, pour le moment, disposée à en tenir compte ! Le groupe des Indépendants : A. Venet, N. Fricoteaux, M. Laviolette, B. Ronsin, E. Templier, P.Timmerman. Honte aux gaspilleurs ! Par manque de vigilance, la majorité de gauche du Département a laissé filer les taux de certains emprunts toxiques indexés sur le Franc suisse à près de 24% contre 6% de moyenne. Elle a donc dû les renégocier auprès des banques. Pourtant, le résultat est un véritable scandale. Nous allons devoir payer 23 millions d’euros d’intérêts supplémentaires en 30 ans sur un total de près de 105 millions, soit des conditions de remboursement bien pires que celles que nous avions initialement. Alors que nous courons tout droit vers le surendettement et que nos investissements vont être réduits de près de 10 millions d’euros par an, les Axonais doivent savoir aujourd’hui où vont leurs impôts : dans le remboursement d’intérêts aux banques ! La majorité de gauche aurait-elle oublié que l’une des missions fondamentales de toute collectivité est de s’assurer de la bonne gestion des deniers publics ? Face à un tel exemple d’argent jeté par les fenêtres, nous sommes en droit d’avoir de sérieux doutes. Le groupe UMP : C. Blériot, J. Lavrilleux, E. Mangin, F. Meura, H. Muzart, B. Noé, A. Rigaud, I. Vasseur
Balade d'antan patrimoine culture 13 l'Aisne 193 - Novembre/Décembre 2012 culture 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :