[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
[02] l'Aisne n°193 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : s'épanouir dans l'Aisne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 développement durable l'Aisne 193 - Novembre/Décembre 2012 portrait Mathieu Dautigny, chef cuisinier au collège Charlemagne de Laon Natif de l’Aisne, Mathieu Dautigny est diplômé d’une école hôtelière du Nord. Après une formation en restauration collective, il est entré dans la fonction publique et travaille depuis huit ans à Laon. « A Charlemagne, on a toujours travaillé des produits frais. Je me fournis ponctuellement auprès d’un maraîcher bio de Craonne. Il faut toutefois bien tenir les budgets, le bio est encore assez coûteux. Dans le cadre de la plateforme produits frais, nous allons sûrement travailler avec d’autres producteurs. Nous avons déjà rencontré des agriculteurs et visité des fermes. C’est important de faire travailler des producteurs du coin. » Mathieu Dautigny propose chaque année des animations. « L’an passé, l’Italie était à l’honneur. Prochainement je vais concocter un menu régional et un menu végétarien dans le cadre de la semaine du goût. Reste à savoir si les élèves apprécieront… C’est parfois difficile de leur faire manger des légumes mais j’essaie de leur faire découvrir autre chose ». Equilibre plaisir-nutrition Du bon, du frais, du bio. La restauration collective est amenée à évoluer pour proposer aux collégiens des menus équilibrés, de qualité, faisant appel aux producteurs locaux. En 2009, le Conseil général s’est lancé dans l’harmonisation des prestations offertes par les collèges, en matière de restauration, d’accueil, d’entretien technique et ménager. 71 objectifs opérationnels ont été définis, dont une vingtaine visant à harmoniser la restauration dans les collèges, tant au niveau tarifaire que qualitatif. Les repas sont préparés sur place par les équipes de cuisine dans 42 collèges. La finalité de la charte est d’une part d’aboutir à une offre alimentaire de qualité sur l’ensemble du territoire (organisation de repas à thème, menu constitué de 5 composantes, possibilité de choix) et d’autre part de privilégier les produits locaux et de saison. « Nous devons également assurer une introduction progressive du bio, ce qui nécessite une formation des équipes. On ne travaille pas ces produits frais comme des denrées Plateforme produits locaux Afin de favoriser l’approvisionnement en circuits courts, une plateforme internet est animée par la Chambre d’Agriculture de l’Aisne pour mettre en relation les professionnels de la restauration (dont les cantines) et les producteurs locaux. Une trentaine de producteurs sont pour le moment référencés. Les clients peuvent visualiser l’offre disponible à proximité et passer commande s’ils le désirent. surgelées, » explique Alain Caura, responsable du pôle missions et ressources des EPLE (établissements publics locaux d’enseignement) au Conseil général. Dans un premier temps, les tarifs ont été harmonisés pour mettre fin aux disparités territoriales. Ensuite, des formations thématiques ont été proposées : « réduction de l’impact environnement de nos choix alimentaires », « introduction de produits bio au sein de la restauration collective », « plaisir à la cantine ». Parmi les actions à venir : la mise en place d’un logiciel restauration. Il permettra d’élaborer des menus sur vingt jours, en croisant différents critères : teneur en lipides, en glucides, équilibre entre produits frais et congelés, etc. « Ce logiciel prend en compte la qualité nutritionnelle de chaque aliment et la quantité recommandée selon l’âge. Il faut servir une assiette adaptée aux élèves de primaire que nous accueillons ». Ce logiciel permettra également de gérer les stocks et les commandes. en chiffres 15 ME 60% des collégiens sont demi-pensionnaires. Le Conseil général alloue un budget de 15 ME par an pour la restauration au collège. Chaque jour 15 000 repas sont préparés dans les 42 restaurants scolaires, soit 2 millions de repas à l’année. Plus de produits frais dans l’assiette des collégiens pour des menus nutritifs gourmands. Sept collèges sont aujourd’hui inscrits (Château-Thierry, Condé en Brie, Laon, Crécy, Marle, Hirson, Saint-Michel). Si l’essai est concluant cette action sera étendue à l’ensemble des collèges, ce qui permettra en outre d’ouvrir de nouveaux débouchés aux producteurs. www.aisne-produitslocaux.fr
tourisme 11 l'Aisne 193 - Novembre/Décembre 2012 Le département de l’Aisne compte trois établissements d’hébergement touristique cinq étoiles : l’hostellerie du « Château de Fère » à Fère en Tardenois, le camping « La Croix du Vieux Pont » à Berny-Rivière et les appartements d’hôtes « Les Relais Héritage » à Droizy. L’Aisne 5 étoiles Berny-Rivière Droizy Fère en Tardenois Les Relais Héritage Le domaine de Droizy, a été le coup de cœur de Louis Bachoud, architecte de métier il y a trente ans. Les lieux étaient en ruine et ont été entièrement restaurés pour en faire en premier lieu une maison de famille. En 2008, le domaine de Droizy, qui a été classé monument historique, devient « Les Relais Héritage », avec 7 appartements d’hôtes offrant tout le confort estampillé 5 étoiles : cuisine équipée, télévision, internet haut débit et balnéothérapie dans les appartements ; plus le spa, la piscine chauffée et la salle de sport dans une bâtisse ancienne. Avant leur arrivée, le propriétaire prend contact avec ses clients et les incite à lui faire part de leurs envies. « J’ai des accords avec des guides touristiques, des club d’équitation et de golf, des restaurants… Ils peuvent louer une voiture, des vélos. Ici, c’est à la carte ! C’est comme une résidence secondaire mais avec les avantages de l’hôtellerie » résume Louis Bachoud. Elément remarquable par sa taille et son histoire : le donjon du domaine datant du XII e siècle. Il est aujourd’hui doté d’un toit en verre et d’un échafaudage hélicoïdal et il accueille des concerts de musique baroque. Les clients peuvent y dîner dans les échauguettes. La Croix du Vieux Pont A première vue, le site ressemble à un village boisé et fleuri avec des étangs bordés de pêcheurs. Un village avec tout le confort d’une petite ville. Mais c’est bien un camping ! Que les clients soient logés en mobil-home, en chalet, en caravane, dans les cabanes en l’air, en tente safari ou simplement sous leur propre tente, tous bénéficient des multiples prestations et activités proposées dans cet établissement 5 étoiles. Sur 34 hectares, les vacanciers ont de quoi s’occuper : piscines chauffées intérieure et extérieure avec parcours aquatique, toboggans et pataugeoire, un centre équestre, des pédalos, du tir à l’arc, des terrains de sport, un centre de coiffure et d’esthétique … Un camping très haut de gamme qui attire une clientèle principalement étrangère, séduite par sa proximité de la région parisienne. En haute saison, 125 salariés y travaillent. Philippe Lefèvre, le gérant, a pour son camping d’autres projets en plus du bowling et du laser game qui ouvriront l’année prochaine. Un cabinet médical et un centre de dialyse devraient voir le jour en 2013 à destination des vacanciers et des habitants de la région. Ce sera alors le seul établissement en France à proposer ces services. Le Château de Fère Près des ruines du Château de Fère en Tardenois, l’hôtel reçoit ses visiteurs dans un cadre historique. Olivier Roussellier, le Directeur, est arrivé en avril pour piloter cette 5 e étoile et ses nouveaux services : room service, conciergerie et bientôt un spa. « Ce sont les attentions envers nos clients qui font la différence ». Richard Bliah, le propriétaire vivant au Japon, a depuis quelques années investi 1,8 ME pour moderniser les 29 chambres et y installer des salles de bains à l’image de celles des hôtels mauriciens. Un spa est également en construction et complétera les prestations bien-être de l’hôtel : courts de tennis, piscine, le parc de 70 hectares… L’établissement est fréquenté principalement par une clientèle étrangère de passage et Olivier Roussellier travaille à accueillir des visiteurs de la région en proposant l’organisation d’événements privés et des séminaires d’entreprises. Côté table, le Chef, Philippe Colinet a l’ambition de décrocher un macaron au Michelin. 1 - Le Château de Fère 2 - L’espace aquatique du camping de Berny-Rivière 3 - Les Relais Héritage de Droizy en chiffres Dans le cadre du dispositif d’aide aux meublés et chambres d’hôtes, en 2004, le Conseil général a participé à hauteur de 107 100 E à la création de 7 meublés de tourisme aux Relais Héritage de Droizy. Depuis 2000, le Conseil général a contribué à hauteur de 319 266 E sur un total de près de 5,2 ME aux travaux d’amélioration, d’extension du camping de Berny-Rivière, la création de bâtiments accessibles aux personnes handicapées, l’installation de nouveaux chalets, la création d’un espace aqualudique… Le Conseil général a participé à hauteur de 25 000 E aux travaux de requalification d’une partie de l’hôtel de Fère en Tardenois en 2011 (sur un total de 766 087 E HT).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :