[02] l'Aisne n°167 jui/aoû 2008
[02] l'Aisne n°167 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°167 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : des mains pour soigner les chevaux (portrait).

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Un syndicat en pleine transformation Dominique Duquesnoy préside le Syndicat du Maroilles qui réunit dix-huit producteurs de l’Aisne et du Nord, parmi lesquels les quatre manufacturiers axonais : Fauquet au Nouvion en Thiérache, Les Maroilles Leduc à Sommeron et au Petit Dorengt, Lesire et Roger à Mondrepuis et La Ferme Blanche à Eparcy. Le territoire de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Maroilles est en place depuis 1978. Il jouit de surcroît de l’appellation d’origine protégée (AOP) définie par l’Europe. Dans l’Aisne et le Nord, la filière Maroilles emploie 650 personnes (avec les emplois de la sous-traitance). Elle a fabriqué l’an passé 3 131 tonnes de Maroilles dont 80% ont été affinées dans l’Aisne. La nouvelle loi d’orientation agricole contraint le Syndicat du Maroilles à rassembler en son sein les dix-huit affineurs de Maroilles et les 260 éleveurs et producteurs qui les approvisionnent en lait de vache. Le dossier de mutation du Syndicat du Maroilles, qui sera contrôlé dans l’avenir par l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO), sera bouclé en juin. 8 économie L’Aisne produira cette année 80% du Maroilles fabriqué en France. Parmi ses principaux affineurs, la filière compte la fromagerie Fauquet du Nouvion en Thiérache (marque fondée en 1925). Elle appartient à l’entreprise Les Fromagers de Thiérache qui emploie sur place 220 salariés et qui collecte chaque année, parmi 240 éleveurs de l’Aisne et du Nord, quelque 88 millions de litres de lait de vache. « Il faut dix litres de lait pour fabriquer un kilo de Maroilles, explique Dominique Duquesnoy, directeur de la production de la fromagerie Fauquet. Nous produisons ici 6 000 tonnes de fromage par an dont 1 900 t de Maroilles ». Plus de 80% de cette production de Maroilles est vendu principalement dans le Nord Pasde-Calais et la Picardie dans les grandes et moyennes surfaces (GMS) commerciales. La zone de chalandise du Maroilles Fauquet s’étend à la Belgique, à la Bretagne, au Pays de Loire, à la Région Centre, à l’Ile de France, à la Champagne-Ardenne et à la Lorraine. « C’est exactement notre zone de chalandise touristique, souligne Stéphane Rouziou, le directeur du CDT de l’Aisne. Nous avons eu l'Aisne 167 - Juillet/Août 2008 Le Maroilles promoteur du patrimoine axonais Valoriser le produit et le pays l’idée de coller un sticker d’un jeu-concours sur les emballages des Maroilles Fauquet pour promouvoir la Thiérache qualifiée de « petite Normandie dans l’Aisne ». Le Comité départemental du tourisme s’est occupé de l’impression de 20 000 autocollants qui comportent cinq volets. Le fromager les a collés sur autant de fromages de Maroilles de 200, 360, 575 ou 750 grammes. « Quel produit n’est pas fabriqué en Thiérache ? Le cidre ou le Champagne ? » Telle est la question du jeu-concours qui permet de gagner un weekend de randonnée d’une valeur de 284 E, dix topoguides et dix clefs USB sur la randonnée en Thiérache. Le tirage au sort des bulletins se déroulera le 18 août chez un huissier. Le jeu, sous le slogan « l’Aisne it’s open », assure la promotion « de cette région d’élevage et berceau du goûteux Maroilles », des points forts de son patrimoine (Familistère Godin, Château fort de Guise, Abbaye de Saint-Michel en Thiérache, églises fortifiées) et de ses quatre cents kilomètres de sentiers de randonnée pédestre (25 circuits). « Le Maroilles associe très bien la randonnée pédestre au terroir thiérachien. C’est un mariage Le Nouvion en Thiérache La production de Maroilles Fauquet ; 1 900 tonnes par an, selon le directeur Dominique Duquesnoy. Sur les fromages Fauquet vendus en grandes et moyennes surfaces, le Comité départemental du tourisme (CDT) de l’Aisne place l’autocollant d’un jeu-concours qui vante la Thiérache, ses produits, ses monuments et ses 400 km de sentiers de randonnée. efficace pour le consommateur, un mariage qui valorise à la fois le produit et son pays », confie Dominique Duquesnoy. Sur les emballages des fromages, à leurs dégustateurs, le jeuconcours du CDT rappelle en effet que l’Aisne est le premier producteur de Maroilles en France, devant le département du Nord. Ce que ne dit pas le film de Dany Boon, « Bienvenue chez les ch’tis » qui a tout de même généré dans la filière une augmentation de 20% de la production. Les Fromagers de Thiérache 28 rue de la Croix 02170 Le Nouvion en Thiérache 03 23 98 35 70 dominique.duquesnoy@chaumes.fr www.randonner.fr
Virades de l’Espoir à Laval en Laonnois et Epieds Le 28 septembre 2008 - journée de mobilisation nationale contre la mucoviscidose- 450 « Virades de l’espoir » se dérouleront dans toute la France. Dans l’Aisne, la manifestation sera relayée à Lavalen-Laonnois près de Laon et à Epieds près de Château-Thierry. Les « Virades de l’espoir » sont des marches de solidarité qui ont pour but de sensibiliser le grand public à cette maladie (1) et de recueillir des dons par le biais de parrainages auprès de son entourage. Chaque kilomètre parcouru est financé par un ou plusieurs parrains. Ces dons sont intégralement reversés à l’association « Vaincre la mucoviscidose » pour aider la recherche. L’édition 2007 des « Virades de l’espoir » organisée dans le Laonnois avait permis de collecter 31 000 €. La commune d’Epieds se mobilise pour la première fois. De nombreuses animations sont prévues en complément de la marche de solidarité notamment un lâcher de ballons, symbole de souffle et porteur d’espoir. Rens. Epieds : Mélanie Logette au 03 23 69 22 99 Laval en Lannois : Daniel Wathier au 03 23 20 25 27 www.virades.org (1) La mucoviscidose est une maladie génétique sévère atteignant le pancréas et les bronches et entraînant des troubles digestifs et respiratoires chroniques. 9 solidarité Hirson Le CLIC de Thiérache, installé à Hirson, accueille désormais une antenne de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées). Un nouveau service de proximité pour les personnes handicapées qui rejoint celui qui existe pour les personnes âgées. Personnes âgées et handicapées : deux services en un à Hirson C’est une première dans le département de l’Aisne. Sont aujourd’hui regroupés à Hirson, à l’espace économique de la Bonne source, dans les mêmes locaux que le Centre communal d’action sociale, le CLIC (Centre local d’information et de coordination gérontologique), et un service d’accueil et d’information des personnes handicapées, qui travaille en lien direct avec la MDPH, située à Laon. C’est un rapprochement que la loi de 2005 sur les personnes en situation de handicap permet de mettre en œuvre. Après évaluation de ce type de structure « double », une réflexion sera menée au niveau national avant d’envisager sa généralisation à l’ensemble du territoire. A Hirson, est ainsi en quelque sorte expérimentée l’une des premières maisons de l’autonomie. « Entre les dispositifs et services mis en œuvre pour les personnes âgées, et ceux à destination des personnes handicapées, il y a convergence », indique Vincent Spakowski, animateur de cette maison de l’autonomie. Ainsi, par exemple, la prestation de compensation du handicap concerne les personnes handicapées de moins de 60 ans. Ensuite, c’est l’APA (allocation personnalisée à l’autonomie), qui prend le relais. Dans le premier cas, c’est à la MDPH que l’usager doit s’adresser pour constituer le dossier - il devait donc jusqu’à présent se déplacer à Laon. Dans l’autre, c’est au CLIC qu’il peut trouver conseils et informations. La création de cette antenne a été rendue Les habitants de 98 communes L’antenne MDPH d’Hirson : un accès plus facile à l’information pour les personnes handicapées de la Thiérache. possible grâce aux projets d’aménagement entrepris par le CCAS d’Hirson pour héberger les services du CLIC. « Puisque nous avions des travaux à réaliser, explique Bernard Villain, directeur du CCAS, nous avons rendu le rez-dechaussée parfaitement accessible aux personnes handicapées et avons aménagé des locaux qui permettront d’accueillir les permanences d’associations en lien avec le handicap. » Bien que les travaux soient encore en cours d’achèvement, la maison fonctionne déjà. Le premier accueil, téléphonique et physique, est commun à l’ensemble des structures réunies sur le lieu (CCAS, Clic/Mdph). Le personnel CLIC a reçu une formation spécifique pour être en mesure d’accueillir, d’informer les personnes handicapées et les aider à remplir leurs dossiers. Le traitement et le suivi de ces dossiers sont toujours assurés par la MDPH dont c’est la compétence. Néanmoins, la maison de l’autonomie sera bientôt, via un partage par réseau Internet, en mesure d’informer en temps réel les personnes handicapées sur l’état d’avancement de leurs demandes. Depuis la mise en œuvre de ce dispositif « croisé », 40 personnes en situation de handicap ont pu en bénéficier. « Nous avons déjà commencé à informer nos partenaires socio-médicaux, les services sociaux du territoire, mais nous comptons, à l’occasion de l’inauguration officielle de cette nouvelle structure, renforcer la communication sur les différentes missions qui seront exercées ici », précise Vincent Spakowski. Pourront s’adresser à cette maison de l’autonomie les habitants de six cantons : Hirson, La Capelle, Le Nouvion en Thiérache, Vervins, Sains-Richaumont, Aubenton, et de deux communes du canton de Wassigny, Etreux et Oisy, soit au total 98 communes. Un numéro vert commun 0800 86 39 39 est mis en service pour les personnes âgées, les personnes en situation de handicap et leurs familles. l'Aisne 167 - Juillet/Août 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :