[02] l'Aisne n°167 jui/aoû 2008
[02] l'Aisne n°167 jui/aoû 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°167 de jui/aoû 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : des mains pour soigner les chevaux (portrait).

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
A lire Guerlou de J-C Plessis Editions Bénévent. Prix : 19,50 E Guerlou, le héros du livre, a tout d’un gavroche des campagnes, vivant sa vie entre la chienne Biche et ses compagnons de galvaudage. Chef de la bande de son quartier des Tournelles à Coucembray, il mène une guerre à outrance contre celle de son ennemi juré, le Grand Mac. Mais l’amour veille, au travers des yeux de la belle Elsa… Originaire de Folembray, J.-C. Plessis nous livre ici un roman dans la tradition des grands romans populaires français du XIX e siècle. L’écriture est sobre mais vive, elle entraîne facilement le lecteur aux côtés des galopins et l’on savoure les descriptions de la nature et de vie des villages de l’époque. Souvenirs de certificat d’étude, odeurs de café-chicorée… mais brusquement, tout sombre, englouti par le drame de la fin du livre… Une œuvre qu’il fait bon lire. 26 culture Quatre-vingt dix ans après les faits, la réhabilitation juridique au cas par cas des « fusillés de la Grande Guerre » risque à tout le moins d’être compliquée, comme le soulignent certains historiens. En revanche, la demande de reconnaissance des « condamnés pour l’exemple » adoptée à l’unanimité par le Conseil général de l’Aisne, le 16 avril dernier, aura, elle, ouvert la voie à une réflexion nationale. Première exposition officielle sur ce sujet, accueil des descendants de fusillés, contributions d’historiens, vœu de l’assemblée départementale… en réalité, l’Aisne - où l'Aisne 167 - Juillet/Août 2008 "Condamnés pour l’exemple", l’Aisne relance le débat Le texte de vœu adopté le 16 avril par le Conseil général de l’Aisne. Aisne il y eut Vingré, la grève des tranchées après l’échec sanglant de l’offensive du Chemin des Dames… - explore cette question depuis plusieurs années. Un examen et des réflexions sans tabou, ni volonté d’instrumentaliser l’histoire ou encore de faire de ce sujet l’alpha et l’oméga de l’immense gisement de recherches que représente 14-18. On rappellera qu’en 1998, après la visite de Lionel Jospin à Craonne, Jean-Jacques Becker, aujourd’hui président de la commission en charge des commémorations du 90 e anniversaire de 1918, avait jugé « acceptables à 95% » les propos du Premier ministre appelant à la réintégration des « fusillés pour l’exemple » dans la mémoire collective nationale. La nuance de l’historien portait alors sur l’emploi du mot « fusillé » qu’il aurait alors volontiers remplacé par le mot « condamné » ; celui-là même que l’assemblée départementale de l’Aisne a choisi de retenir dans son vœu du 16 avril dernier.
1918-2008 Du Chemin des Dames au cessez-le-feu 27 culture "Je me réjouis d’apprendre aujourd’hui"... Louis Flourac (1893-1917), l’un des fusillés de Chacrise. Philippe Bovyn, instituteur, a travaillé avec ses élèves au cours de l’année scolaire 1998/1999 à la rédaction d’un projet de loi portant reconnaissance des soldats condamnés pour l’exemple pendant la Grande Guerre. Le 16 avril dernier, il prend connaissance de la démarche effectuée par le Conseil général de l’Aisne auquel il adresse aussitôt la lettre qui suit : Télégramme annonçant les exécutions de Chacrise au Grand quartier général de Compiègne (20 juin 1917). Service Historique de la Défense, (16N1521). « J’ai appris récemment qu’une des résolutions du Conseil général de l’Aisne portait sur la reconnaissance des soldats condamnés pour l’exemple pendant la Grande Guerre. Je viens par la présente porter à votre connaissance un projet de loi que j’ai mené en tant qu’instituteur avec mes élèves au cours de l’année scolaire 1998/1999 et qui portait sur le même sujet. Nous avions réalisé ce projet dans le cadre de l’opération « Le Parlement des Enfants ». Malheureusement, il n’avait pas reçu à l’époque l’approbation du jury et nous n’avions même pas pu le défendre devant l’Assemblée nationale des députés juniors. Sans doute arrivait-il trop tôt, juste après une période au cours de laquelle la question des fusillés de la Grande Guerre soulevait alors plus de polémiques que de consensus. Je me réjouis d’apprendre aujourd’hui, qu’une assemblée d’élus puisse proposer aux plus hautes instances de l’État de réfléchir à donner une suite favorable à cette question douloureuse de notre histoire. Notre porte-parole de l’époque était une enfant de 11 ans (Elsa Linossier) qui avait déjà parfaitement mesuré, avec ses camarades, les enjeux d’une telle demande. Elle a maintenant 20 ans et, quand je l’ai revue il y a quelques mois, je n’ai pu m’empêcher de lui poser la question suivante : « Et aujourd’hui, si tu avais la possibilité de porter ce projet devant une assemblée, serais-tu toujours aussi motivée ? » Sa réponse, sans appel, disait à peu près ceci : « oui, plus que jamais car je ne désespère pas qu’un jour on réhabilite en France les fusillés de la Grande Guerre. C’est une idée qui ne m’a plus quittée depuis le CM2... » Je ne sais si ma démarche peut être d’une quelconque utilité pour la défense de cette cause. Je ne réclame rien. Je me souviens simplement de l’état d’esprit qui avait présidé en classe lors de la rédaction de ce texte de loi. Nous non plus, nous ne voulions pas faire de la cause des fusillés une vision exclusive ni une manière tronquée de lire la Grande Guerre. Pas plus que nous ne souhaitions en faire une affaire personnelle. Cet état d’esprit, je l’ai retrouvé à la lecture des délibérations du Conseil général de l’Aisne ainsi que dans l’intervention du président du Conseil de votre département. Pour toutes ces raisons, je m’associe bien volontiers à votre démarche et notamment à tout ce qu’elle contient d’honnêteté intellectuelle en espérant de tout mon cœur qu’elle trouvera un aboutissement favorable ». l'Aisne 167 - Juillet/Août 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :