[02] l'Aisne n°166 mai/jun 2008
[02] l'Aisne n°166 mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°166 de mai/jun 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la pub de l'Aisne dans le Center Parcs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Chateau- ˆ Thierry Consultations gratuites pour les enfants entre 6 et 18 ans. L’assurance maladie et les chirurgiens dentistes ont mis en place un dispositif de dépistage pour les enfants et adolescents entre 6 et 18 ans. Les familles reçoivent une convocation pour une consultation remboursée à 100% pour chaque enfant de 6, 9, 12, 15 et 18 ans. CDHBD de l’Aisne 03 23 68 05 55 www.mtdents.info 8 santé La peur du dentiste... Qu’à cela ne tienne, les dentistes de l’Aisne vont au-devant des enfants dans les écoles. Exemples avec une initiative locale à Château- Thierry et l’opération « M’T dents » dans les collèges du département. Il est 13 heures à l’école élémentaire La Madeleine à Château-Thierry. Les élèves demipensionnaires ont terminé de déjeuner. Dans le réfectoire, les petits quittent la table et se dirigent spontanément vers des casiers personnalisés. Là, chacun se saisit de son kit brossage (brosse à dents, dentifrice, gobelet). Direction, les lavabos. Ce réflexe quotidien de la mi-journée, les enfants le doivent à une dizaine de dentistes locaux qui mènent bénévolement depuis quatre ans une opération de prévention d’hygiène bucco-dentaire dans les écoles. « Cette action se fait en lien avec la municipa lité, l’assurance maladie et la Caisse régionale sanitaire et sociale. 25 interventions de dentistes sont programmées entre le 28 février et le 4 avril pendant le temps du midi. 700 enfants sont concernés sur neuf restaurants scolaires », indique Béatrice Chaussignand, directrice du service éducation-jeunesse de la ville. Il ne s’agit pas d’une campagne de dépistage à l’école. Aucun enfant n’ouvrira grand la bouche si ce n’est pour poser des questions aux dentistes. l'Aisne 166 - Mai/juin 2008 Il s’agit pour nous d’aller chercher les enfants qui ne viennent jamais nous voir. La brosse à dents fait ses classes L’intervention se limite à une leçon sur un thème bien précis : le brossage, les sucres cachés, le fluor, le nom et la fonction de chaque dent. Elle se terminera par une distribution d’un nouveau kit brossage. Une énorme mâchoire en plastique à l’appui, une brosse à dents de même échelle, le dentiste procède à une démonstration de brossage avant de questionner l’auditoire sur les habitudes alimentaires de chacun. Résultat, « les sodas et autres sucres cachés sont beaucoup trop présents dans l’alimentation de cette génération. Il y a un risque sanitaire important pour ces futurs adultes, assure un dentiste bénévole. Chaque année, il lance le même SOS : « moins de sucre, de l’eau ou du jus de fruit à table et brossage des dents après chaque repas ». Les praticiens rappellent également aux enfants et à travers eux aux parents combien il est important de ne pas attendre les dents définitives pour commencer à consulter. « Les caries chez les jeunes enfants sont particulièrement virulentes. L’émail des dents de lait est très fragile. Or, la dent de 6 ans est la clé de voûte de la dentition définitive », souligne Marc Eschard, dentiste à Charly Le dentiste énonce le nom de chaque dent et leurs fonctions. Brossage de dents : après la théorie, la pratique ! sur Marne et membre du bureau du Comité départemental d’hygiène bucco-dentaire de l’Aisne (CDHBD). Depuis la rentrée scolaire, le CDHBD de l’Aisne relaye la campagne nationale « M’T dents » auprès des enfants de 12 ans. « C’est la première vaste opération de prévention bucco-dentaire dans le département. Elle concerne 69 collèges du département, 288 classes de 6 e soit 6 802 élèves qui arrivent à un âge où les comportements à risques sont susceptibles d’apparaître. Il s’agit d’informer des dangers liés à la malbouffe, l’alcool, le tabac. En dehors de l’information, nous essayons d’aller chercher les enfants qui ne viennent jamais nous voir », indique Christophe Leman, dentiste à Saint-Quentin et président du CDHBD de l’Aisne. 24 dentistes axonais ont été formés et sont mobilisés pour cette opération qui a également pour but de dresser des statistiques sur la santé bucco-dentaire des jeunes axonais pour l’assurance maladie. « Huit classes témoins de 6 e seront soumises à un questionnaire après l’intervention des dentistes », précise Christophe Leman.
Saint- Gobain Les élèves sont séduits par le renfort de l’image durant les cours. 9 éducation Imaginez un nouveau service numérique dans les collèges qui permettrait aux élèves, aux professeurs et aux parents d’accéder via un ordinateur, aux programmes éducatifs, aux notes, aux absences et à tout ce qui fait la vie de l’établissement. L’Environnement numérique de travail (ENT) est expérimenté à Corbeny et Saint-Gobain. L'ère numérique en phase expérimentale Corbeny Dans le cadre du plan collège 2010, le Conseil général de l’Aisne étudie la possibilité de doter d’un environnement numérique de travail (ENT) l’ensemble des collèges du département. Depuis septembre, le collège Léopold Senghor à Corbeny et celui de Saint- Gobain expérimentent cette nouvelle façon de communiquer. « Nous nous sommes engagés dans une véritable révolution », confie Giovani Sorano, principal du collège de Corbeny. Il explique : « l’ENT est un portail web sécurisé dont l’accès est réservé à la communauté éducative à savoir les professeurs, les élèves, mais aussi les parents. Un mot de passe est attribué à chaque utilisateur pour accéder aux contenus ». Concrètement, depuis n’importe quel poste en classe comme chez eux, les collégiens peuvent consulter les cours de leurs profs, les exercices et d’autres ressources pédagogiques pour enrichir leurs recherches. Ils pourront également s’échanger des travaux voire travailler en équipe à distance sur un exposé. De leur côté, les professeurs peuvent accéder notamment aux moyennes de leurs élèves dans les autres matières ou encore consulter l’emploi du temps de leurs collègues. Autre service, toute absence, tout retard est saisi directement par les professeurs pendant l’appel. La vie scolaire peut en prendre connaissance en direct, les parents aussi. Dans d’autres rubriques, les utilisateurs accèdent à une foule d’informations comme les menus de la cantine, les comptesrendus des conseils d’administration, les prochaines sorties et voyages pédagogiques etc… « Les possibilités des services de l’ENT sont encore nombreuses. L’outil va offrir une plus grande transparence sur le fonctionnement de l’établissement et réduire considérablement la distance entre les parents et le collège », affirme le principal. Pour les familles qui ne possèderaient pas d’ordinateur, la consultation pourra se faire depuis une borne installée dans le hall du collège. La mise en place de l’ENT dans les deux collèges test s’est déroulée en deux temps : l’équipement des collèges et la formation du personnel. « Toutes les salles du collège ont été câblées. 50 ordinateurs supplémentaires ont été installés et un ordinateur portable a été attribué à chaque professeur. Les 2/3 des salles ont « L’Environnement numérique de travail offre un plus pour la réussite des élèves ». Reportage photo au collège de Corbeny, l’un des deux établissements qui, avec celui de Saint-Gobain testent l’ENT. été équipées en vidéo projecteur », énumère Giovani Sorano. La formation des professeurs se fait en interne par deux professeurs compétents et l’intervention régulière des agents de la Direction du service informatique du Conseil général de l’Aisne. « Nous apprenons à maîtriser tous les services de l’ENT y compris à créer notamment des présentations sous Powerpoint. Cela va nous permettre de proposer des cours plus interactifs », explique Karine Nauges, 34 ans, prof d’anglais. Un enthousiasme partagé par sa collègue Monique Roux, 60 ans, prof d’anglais également, « C’est un outil souple et accessible. Après l’étape de découverte, ça va tout seul. Je regrette de voir arriver ce dispositif aussi tard dans ma carrière. Je vais en profiter du mieux possible pour les trois mois qu’il me reste avant la retraite. La possibilité du travail en équipe à distance m’intéresse beaucoup ». Du côté des élèves de 6 e, les premiers à expérimenter l’ENT, on « trouve les cours plus marrants qu’avant. Ils sont plus illustrés et donnent plus envie. Il y a plus de choses que dans les livres », explique Clément Garnier, 11 ans. l'Aisne 166 - Mai/juin 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :