[02] l'Aisne n°166 mai/jun 2008
[02] l'Aisne n°166 mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°166 de mai/jun 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la pub de l'Aisne dans le Center Parcs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 dossier 476 500 Clovis Episode du vase de Soissons Participez à l’ambiance « Laon’biance médiévale » est une association composée notamment de couturières bénévoles qui se réunissent pour confectionner des costumes d’époque. Chaque année, à l’occasion des Euromédiévales les petites mains cousent près de 300 habits pour les commerçants et les habitants de la cité médiévale. Contact : 03 23 20 38 01 Laon Le trésor des Templiers, à Laon ? Les Templiers se sont installés à Laon vers 1100. Lors des différentes manifestations médiévales organisées aujourd’hui dans l’Aisne, une association « L’ordre des templiers, hospitaliers du Pic du jour » témoigne de la présence de ces chevaliers dans la cité au Moyen Age. 600 700 800 900 10 Mérovingiens Carolingiens Nécropole de Goudelancourt les Pierrepont Village franc de Juvincourt et Damary Agent SNCF et gardien de préfecture la semaine, ils se font appeler Frère Guillaume de Lodecèny et Frère Jean de Boulogne le week-end. Hervé Martin et Jean-Charles Merlin deux amoureux du Moyen Age sont respectivement président et membre de l’association ternoise « L’ordre des templiers, hospitaliers du pic du jour ». « Notre objectif est de raconter et de mieux faire connaître la présence templière à Laon entre les XI e et XIII e siècles. La chapelle des Templiers à deux pas de la Cathédrale témoigne encore aujourd’hui de cette présence. C’est un des édifices les plus visités de la cité médiévale », explique Jean-Charles Merlin avant de rappeler : « les templiers étaient les membres de L’ordre du Temple, un ordre religieux et militaire international issu de la chevalerie chrétienne du Moyen Age. Ils accompagnaient et veillaient à la protection des pèlerins pour Jérusalem dans le contexte des croisades ». L’association créée en 2005 et composée d’une vingtaine de bénévoles intervient le plus souvent à Laon. Lors des Médiévales, notamment, (voir pages 14/15, les manifestations), Frère Guillaume de Lodecèny et Jean de Boulogne avec leurs amis cathares (1) et hospitaliers (moines docteurs) dressent leur campement militaire sur les remparts de la montagne couronnée. « Nous disposons de sept tentes et de plus de 900 kg de matériel. Chaque tente restitue au travers d’ateliers ludiques et pédagogiques des scènes de la vie de l’époque : l’hygiène et la vie des femmes avec notamment la fabrication de baumes et de teintures, la chirurgie sur les champs de bataille, la cuisine, l’artisanat et l’armement avec des ateliers de fabrication de cottes de maille qui pesaient à l’époque 25 kg », indique Jean-Charles Merlin. Les savoir-faire de l’époque sont fidèlement reproduits d’après des recherches Charlemagne Raids Wikings Laon : les Templiers lors des médiévales. « à la bibliothèque de France, sur les sites Internet officiels ou encore par le bouche-àoreille entre les compagnies médiévales ». L’association est présente sur d’autres manifestations sur l’ensemble de la France mais aussi dans les écoles. « Le Moyen Age est au programme d’histoire en 5e. Nous nous rendons dans les collèges en habit et avec notre matériel pour donner un cours plus vivant », ajoute Frère Jean de Boulogne. (1) adeptes d’un mouvement religieux du Moyen Age. Prêchant un retour à la pureté originelle du christianisme, les cathares menaient une vie austère et chaste. Contact : association de l’Ordre des Templiers, Hospitaliers du Pic du jour 8, rue des grands rayons 02700 Tergnier www.ordre-du-pic-du-jour.wifeo.com Hugu Cape Château de bois et mottes féodales
Chateau-Thierry ˆ Ils font vivre le château de Thierry Depuis 1989, date de sa création, l’association de reconstitution historique « Virges Armes » développe l’habitat castral de l’an mil « Domus castri » sur le site du vieux château à Château-Thierry. « Domus Castri » est la copie presque conforme de la basse-cour du seigneur à l’endroit même où elle se trouvait sur l’esplanade du château, il y a mille ans. « Presque conforme » parce qu’il faut bien composer avec l’archéologie expérimentale et les normes d’accueil du public. Notre objectif est de mettre en valeur le château mais aussi d’en faire un site attractif », explique Armelle Corbier, directrice artistique de l’association. Et des visiteurs, il en vient beaucoup et de partout au château de Thierry. « La saison dernière, nous en avons enregistrés 10 000 », indique Armelle. L’habitat castral de l’an mil est constitué de plusieurs bâtiments plus ou moins importants couverts d’un toit de chaume. « Nous sommes dans l’unité de production du château. C’est là, que les gens au service du seigneur transformaient les ressources naturelles nécessaires à la vie du château. Chaque bâtiment correspond donc à un atelier pour le tissage, le filage de la laine, les teintures, la poterie, la cordonnerie, le bois, la forge, l’armurerie... Au centre, il y a le four banal où chacun venait cuire son pain », explique la jeune femme. Les ateliers, les outils, les procédés de fabrication, tout est reproduit fidèlement dans les moindres détails d’après des relevés archéologiques. « Nous disposons d’une muséographie très importante. Chaque bâtiment expose quantité de matériels (vaisselle, outils, mobilier, armes…), c’est ce qui nous différencie des autres archéo-sites de l’Aisne », souligne encore Armelle Corbier. En saison, de juin à septembre, Domus castri s’anime pour reconstituer la vie quotidienne de la basse cour en l’an mil. Des journées à thème et des ateliers de manipulation invitent petits et grands à s’essayer à la cuisine médiévale, au filage de la laine ou encore à la calligraphie. L’occasion de faire une balade dominicale dans le temps et de découvrir les autres vestiges du château toujours sur pied, le donjon du X e siècle, la cuisine monumentale (la plus grande d’Europe) et les celliers. 17 dossier 00 1100 1200 1300 1400 1500 es t Eglises et abbayes romanes Philippe Auguste Capétiens Saint-Louis Louis XI Cathédrale de Laon Châteaux de pierre Château de Guise Cathédrales gothiques Château de Coucy Château de Septmonts En l’an mil, Charles Martel attribuait un château au roi Thierry IV qui, selon les historiens, donna son nom à la ville : Castrum theoricum. Château-Thierry était né. Mille ans après, le château s’anime toujours grâce au centre médiéval d’interprétation « Domus castri » géré par l’association « Virges Armes ». L’association Virges Armes utilise des objets et habits parfaitements reproduits. 1492 Contact : Contact : 03 23 83 73 69 www.virgesarmes.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :