[02] l'Aisne n°165 mar/avr 2008
[02] l'Aisne n°165 mar/avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°165 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : arts plastique... ça s'apprend !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
A lire « Fermes de l’Aisne à travers l’histoire » de Guy Marival Photographies de Nicolas Vinceneux Diffusion SETA Prix : 24 E Guy Marival, historien chargé du projet Mémoire 2000 à la Chambre d’agriculture de l’Aisne et chargé de mission Chemin des Dames au Conseil général, s’est associé avec le photographe Nicolas Vinceneux pour proposer une plongée dans un patrimoine agricole historique d’une richesse et d’une variété qui laissent rêveur le citadin du XXI e siècle. Cet ouvrage, qui conte l’histoire d’une trentaine de fermes de l’Aisne, établit un pont entre le cœur des hommes de la terre d’avant et l’âme des hommes d’aujourd’hui. L’histoire de l’agriculture dans le département commence avec la ferme néolithique de Cuiry lès Chaudardes voici six mille ans. Elle se perpétue au fil des siècles au travers des fermes d’abbaye et des exploitations contemporaines, souvent reconstruites après les désastres de la première guerre mondiale. Outre les photographies de grande qualité qui charpentent le récit, le grand charme de ce livre est de croiser l’histoire de ces bâtisses avec quelques grands personnages de l’histoire, mais aussi d’évoquer des anecdotes de la vie quotidienne au cours des temps et quelquefois de rappeler ses drames, comme l’ouragan du 30 juin 1905. D’une violence inouïe, il ravagea des centaines d’hectares et détruisit de nombreuses fermes dans les cantons de Neufchâtel et de Rozoy sur Serre. Un ouvrage à lire assurément, pour le plaisir d’abord, mais aussi pour se reconnecter aux racines profondes de notre histoire locale. 28 culture Guise La fête du travail a été célébrée de façon brillante au Familistère dès 1867. Avec le lancement du programme de valorisation d’Utopia en 2000, le 1er mai s’est naturellement imposé pour l’organisation d’une manifestation populaire permettant chaque année de (re)découvrir le site. Au programme de cette édition, des expositions et des visites avec en nouveauté l’ouverture de la buanderie-piscine restaurée depuis février 2008 et d’autres visites insolites, « le Familistère au fil de l’eau » et « le chantier de restauration du pavillon central ». Des spectacles d’art de rue et des concerts animeront la journée. Programme sur www.familistere.com ou 03 23 61 35 36 17 et 18 mai l'Aisne 165 - Mars/avril 2008 Le 1er mai du Familistère Laon 9 èmes rencontres Jeune théâtre Cette manifestation organisée à la MAL par Axothéa, la Fédération des troupes de théâtre amateur de l’Aisne, a pour objectif de promouvoir l’expression théâtrale auprès du jeune public. Elle s’adresse à toutes les troupes de jeunes Axonais âgés de 6 à 18 ans. La rencontre leur permet de présenter leur dernier spectacle, d’assister aux créations des autres troupes mais aussi à une représentation d’un spectacle professionnel, « Bistouri » par la Cie belge Tof Théâtre. Les jeunes participeront également à des ateliers animés par des comédiens professionnels de la région. 180 jeunes sont attendus des compagnies Saltimbanques 02, l’atelier Théâtre à Coulisse de Vorges, l’école du Centre de Soissons, la Compagnie Topaze de Tergnier, le club du collège de Sissonne, la MJC de Saint-Waast et Saint-Médard de Soissons, la MJC de Villeneuve Saint-Germain. Rens. 03 23 23 71 67 ou www.axothea.fr Voies Off Du 30 avril au 4 mai Soissons Pour sa 4 ème édition le festival Voies off en Soissonnais célèbre Jean-Pierre Siméon. Le poète et dramaturge français animera deux conférences à l’auditorium du Mail et au cinéma Le Clovis. Deux pièces de l’auteur seront également jouées, « Stabat Mater Furiosa » au Mail et « Sermon joyeux » au théâtre du Petit bouffon à Villeneuve Saint-Germain. Comme chaque année le festival soigne le jeune public avec « L’œil du loup » de Daniel Pennac au Mail, « Bistouri » de la Cie Tof Théâtre à la salle de la Mutualité à Soissons et un spectacle poétique dansé « Haïku » dans le parc du château de Septmonts. (voir page 32) Rens. 06 80 45 06 57 Amin Toulors Hirson 12 ème rencontres trans’frontalières Du 3 au 12 mai Au programme de cette 12 ème édition : concerts, ballets internationaux, théâtre, sports, feu d’artifice. Les « Kozaki Volnia » (ballet russe international) : hautes voltiges, scintillement des sabres, romantisme et fougue, par les danseurs de Volgograd. Lio, la pop modèle, avec Tekilatex, le rappeur : entre Lio, l’icône des amoureux solitaires, et le rappeur « Tekilatex », membre du collectif T.T.C, une complicité aussi belle qu’inattendue a vu le jour pour un spectacle inédit. Poï Poï Circus : danseurs et jongleurs : création dansée à partir des techniques de jonglage modernes. Cavalcade No Piot : No Piot et No Piote déambuleront avec trois nouveaux géants dans les rues d’Hirson. L’orchestre de Schramberg (Allemagne) et l’Harmonie d’Hirson célèbreront l’anniversaire du jumelage entre les deux villes. Le Mondial de Guitare, avec le Quatuor de Champagne Rens. www.transfrontalieres.eu
Le film regorge d’effets spéciaux absolument saisissants. Les costumes sont d’un réalisme à couper le souffle. 29 sur le net Sans aucun moyen, mais avec beaucoup d’astuce et de créativité, deux Saint-Quentinois réinventent le cinéma de science-fiction façon « années 1950 «. C’est l’histoire de deux copains de bahut, Jérôme Lahaye et François Laleu. Ils se sont rencontrés dans les années 1990 sur les bancs du lycée Henri Martin à Saint-Quentin, en section A3, celle des « artistes «. Déjà à l’époque, ils avaient en commun la passion du cinéma et un goût prononcé pour la science-fiction des années 1950. Comme bien souvent, chacun est parti de son côté après le bac et ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que les deux compères se retrouvent par hasard, à la sortie du ciné. Entre-temps, le premier est devenu animateur multimédia à Bohain, pour le compte de l’association « Devenir en Vermandois « et le second a, bien malgré lui, rejoint la capitale où il travaille comme développeur informatique. Les années de lycée sont loin, mais l’envie de créer et de faire des films est toujours là, si possible sans se prendre au sérieux, dans un esprit potache assumé et revendiqué. Ainsi commence l’aventure de « Projet X from the moon «, premier film produit par les studios Zpiktures, dont la devise, « jamais comment les films devraient être faits «, annonce clairement la couleur. « Tout est fait dans un esprit « débrouille et bricole «, explique Jérôme Lahaye. Nous avons démarré le tournage au cours de l’été 2003, en pleine canicule. Les maquettes et les décors étaient composés avec des matériaux de récupération, les acteurs, c’était nous, le Allô, la terre ? studio, c’était le garage de mes parents et les extérieurs ont été tournés dans leur jardin. Pour la musique, c’est François qui s’y est collé. » De fait, le film est tout à fait dans la veine d‘Ed Wood, cinéaste américain des années 1950, dont le célèbre « Plan 9 from outer space « est reconnu comme l’un des plus mauvais films jamais réalisés. Alors, oui c’est vrai, on voit parfois les ficelles qui tiennent les soucoupes volantes et l’on devine les pétards à corbeaux utilisés pour les explosions, mais tout cela est voulu, et même accentué s’il le faut. « Si ça a l’air kitsch et un peu raté, c’est parfait, » commente François Laleu qui signe la remarquable interprétation de l’agent du FBI Mitch Mac Nugget, ainsi que celle de plusieurs extra-terrestres très méchants. Il y a de quoi rester interdit devant l’ingéniosité des deux cinéastes dont l’imagination n’a d’égale que le sens de la dérision. Le film terminé, le site internet « zpiktures.com « est créé en septembre 2005, assorti d’un forum de discussion. Très vite, le bouche à oreille donne des échos positifs et le film commence à tourner sur les sites de partage. En 2007, la bande annonce est diffusée sur Canal+ dans l’émission « les films « Si ça a l’air kitsch et un peu raté, c’est parfait ». Saint-Quentin Pour la suite de « Projet X from the moon », Jérôme Lahaye (à gauche) et François Laleu ont installé leur studio dans une simple cave. faits à la maison. « La même année, il est même projeté sur grand écran au cinéma universitaire de Valenciennes devant les étudiants de la section vidéo. « France 3 est venu nous voir aussi, se souvient Jérôme. On se demandait si ce n’était pas pour se moquer de nous, mais en fait non, le reportage était plutôt sympa. » La suite du film est en préparation, toujours dans le même esprit mais avec un tout petit peu plus de moyens. Grâce à leur forum, les deux artistes se sont constitués un fan club dont les membres sont prêts à s’investir en tant qu’acteur ou en support technique. Ils ont également investi dans une Cadillac modèle réduit et une maquette d’avion, sans oublier le fer à repasser à vapeur, indispensable pour simuler les nuages à haute altitude. En attendant, le site internet propose le premier volet dans sa version intégrale (24 minutes) et une multitudes de petites choses savoureuses dans la même veine farfelue. Parmi ces merveilles, les œuvres de jeunesse de François Laleu en animation, comme « Globule & the box « ou « La limace de Neptune «, sont tout simplement irrésistibles. Contact : www.zpiktures.com l'Aisne 165 - Mars/avril 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :