[02] l'Aisne n°165 mar/avr 2008
[02] l'Aisne n°165 mar/avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°165 de mar/avr 2008

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aisne

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : arts plastique... ça s'apprend !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Aisne Fête de la randonnée La Journée départementale de la randonnée organisée par le Comité départemental de la randonnée pédestre de l’Aisne (CDRP) se déroulera le dimanche 27 avril à Villers-Cotterêts. Thème de cette 7 e édition : la « Rando pour tous ». « Les randonnées en forêt de Retz seront accessibles aux enfants, aux personnes âgées et aux personnes handicapées avec notamment la mise à disposition de jœlettes », précise Caroline Brazier du CDRP de l’Aisne. Les départs sur les différents circuits pédestres, équestres et VTT se feront sur toute la journée à partir de 8h30 près du marché couvert. Rens. 03 23 79 09 35 Forum des associations Le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement des Pays de l’Aisne (CPIE) organise un forum des associations environnementales le samedi 17 mai prochain à la salle des Arts et loisirs de Tergnier. Cette rencontre a pour objectif de mieux faire connaître les associations qui œuvrent pour la protection de la nature. « Nous souhaitons que cette journée informe et favorise les échanges avec le public mais aussi entre les associations présentes », souligne Elise Bled, chargée de mission au CPIE. A partir de 10h : stands et visite d’une exposition sur le thème de l’agriculture. A 14h30 : conférence-débat sur le thème des OGM animée par Christian Vélot, chercheur en génétique moléculaire à l’université de Paris sud. Entrée libre. Rens. 03 23 80 03 03 ou www.cpie-aisne.com 20 environnement 5 000 amphibiens sauvés des pneus Depuis 1994, le réseau national des Conservatoires de sites naturels mène au printemps l’opération « Fréquence grenouille « dans le but de préserver la population des crapauds, grenouilles, tritons, salamandres et autres amphibiens qui se font écraser par milliers à l’approche du printemps. Le phénomène est très simple à expliquer : les amphibiens hivernent dans les zones boisées. Quand arrive la saison des amours, il leur faut rejoindre leur lieu de ponte, étang, mare, fossé ou simple flaque d’eau. Bien souvent, entre leur résidence d’hiver et le site de reproduction, passe une route. La grande traversée s’effectue dès la tombée du jour, à une heure où les véhicules sont encore nombreux à rouler. La lumière des phares, le bruit et la présence sur leur chemin de congénères déjà écrasés ne font que perturber davantage les grenouilles qui errent sur l’asphalte, amplifiant encore l’hécatombe. « Dès que les conditions climatiques sont réunies, la migration atteint un pic pendant une quinzaine de jours, précise Jérôme Jaminon de l’Office national des forêts (ONF). C’est durant cette courte période que la mise en place d’un crapauduc permet de sauver un maximum d’amphibiens. « Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, le crapauduc n’est pas une passerelle enjambant la route comme il l'Aisne 165 - Mars/avril 2008 Forêt de Retz Chaque année quand l’air se radoucit, les amphibiens de nos contrées rejoignent les étangs et c’est un massacre sur les routes. La mise en place d’un « crapauduc « permet d’éviter le carnage. Une barrière de 1,5 km a été installée le long de la D80 en bordure des étangs de la Ramée. en existe sur les grands axes routiers qui traversent une zone giboyeuse. « C’est une barrière temporaire le long de la route, avec à intervalles réguliers des seaux enfoncés dans le sol, explique Cécile Pochet de la Direction de l’aménagement et du développement durable (DADD) au Conseil général de l’Aisne. Les grenouilles cherchant à contourner la barrière finissent par tomber dans un de ces seaux. Il n’y a plus qu’à les ramasser au petit matin et à les déposer de l’autre côté de la route après un comptage qui permet de suivre l’évolution des populations. « Ils remontent vers les bois. En janvier dernier, une barrière a été déployée le long de la RD80, entre les villages de Corcy et Fleury, sur une distance de 1,5 km en bordure des étangs de La Ramée. Cette expérience est portée par l’ONF avec l’appui des services du Conseil général, du Conservatoire des sites naturels de Picardie (CSNP) ainsi que de deux associations locales, les Amis de la forêt de Retz et l’association « Loisirs culture et Outre les nombreux « crapauds communs » (1), les équipes de ramassage ont également rencontré beaucoup de « grenouilles rousses » (2) et quelques « salamandres tachetées (3). François Foumy (ONF) et Cécile Pochet (DADD) gastronomie «. « A la mi-mars, on dénombrait près de 5 000 amphibiens sauvés des pneus, assure François Fourmy de l’ONF. 4 396 crapauds communs très exactement, mais aussi des grenouilles rousses et grenouilles agiles, quelques salamandres tachetées, des tritons palmés et deux tritons alpestres. « En liaison avec le syndicat de l’Ourcq, le CSNP et les bénévoles de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) ont mené une opération similaire sur la commune de Beuvardes, le long des étangs de la Logette. « Les 300 mètres de barrière installés ont permis de recueillir entre 2 500 et 3 000 amphibiens, presque autant de grenouilles que de crapauds et quelques tritons, précise Christophe Anany de l’antenne axonaise du CSNP. Quand les amphibiens ont pondu, ils remontent vers les bois et peuvent se retrouver à nouveau coincés par la barrière. Il faut donc bien observer l’évolution de la migration pour ne pas la retirer trop tard. « 1 2 3
Saint-Eugène En voiture électrique dans les bois Laurent Omont, ancien agriculteur et forestier depuis 30 ans à Saint- Eugène, se consacre aujourd’hui aux visites touristiques. Du 22 avril à la mi-octobre il propose des promenades commentées à travers 70 hectares de bois et 12 hectares de prairies préservées. Une initiative originale et respectueuse de l’environnement puisque ces visites se font à bord de voitures électriques. Sur trois kilomètres de chemins spécialement aménagés, les visiteurs ont le loisir de découvrir la diversité de la faune et la flore de la forêt. Au hasard de la promenade, le véhicule électrique permet d’observer en silence chevreuils, renards, échassiers et hérons aux abords des trois étangs du site. Contact : Catherine et Laurent Omont Oxygène - La Charmoie Saint-Eugène Tél. 03 23 82 43 01 www.nature-aisne.com Merlieux Les journées de l'arbre Les 24 et 25 mai, journées découvertes autour de l’arbre par le CPIE. RDV au CPIE Pays de l’Aisne Rens. CPIE 03 23 80 03 03 ou www.cpie-aisne.com 21 tourisme Yourtes & Breakfast à la ferme. Evelyne et Dominique Oblet, agriculteurs céréalier à Cys la Commune près de Vailly sur Aisne, ont planté dans une pâture trois tentes mongoles qu’ils louent à la nuitée. Trois yourtes dans le pré L’aventure des yourtes à la ferme d’Evelyne, 44 ans et de son époux Dominique, 47 ans, céréalier de profession, a commencé par un coup de cœur télévisé. Un reportage sur la Mongolie, ses steppes, ses chevaux de Prevalsky, son peuple nomade, et ses yourtes jusqu’aux portes de la capitale Ulan-Bator, les a séduits. Deux ans après cette révélation, le couple n’a pas encore pu faire le voyage de ses rêves, mais il a importé un petit bout de là-bas. Trois tentes traditionnelles mongoles, une rouge, une bleue et une orange « la couleur porte-bonheur de ce peuple » trônent dans une pâture à proximité de la ferme. « Nous cherchions un moyen de nous diversifier. Nous ne pensions pas forcément nous orienter vers le tourisme à la ferme mais l’envie de posséder des yourtes nous a encouragés à franchir le pas ». Le couple a débuté sa nouvelle activité le 30 juin dernier « en espérant que le public allait adhérer ». Pari gagné : les trois seules yourtes de Picardie s’arrachent. « Le 1er juillet, nous étions complets, » indique Evelyne. Venus de la région parisienne, du Nord ou du Luxembourg, les premiers touristes à avoir testé un séjour sous la tente de feutre ont été complètement emballés. Les petits mots laissés dans le livre d’or en sont l’illustration : « c’est le bout du monde à deux pas de chez nous », « une invitation au voyage, la découverte d’un autre mode de vie », « c’est le dépaysement assuré », « sympa la tente en forme de gâteau d’anniversaire », peut-on y lire. Les toiles ont été montées par Evelyne et Dominique sur les ossatures de bois dans le respect de la tradition. « Nous avons Evelyne et Dominique Oblet, cet hiver, sous la yourte rouge. reçu une formation pour l’assemblage, c’est assez casse-tête. Nous avons achevé la première yourte en 8h30, les deux autres en 4h30 ». Un temps honorable. En comparaison, les Mongols dressent la leur en 2h30 ! Les trois yourtes de Cys la Commune font 29 m2 chacune et peuvent héberger jusqu’à 4 personnes. Elles sont meublées et décorées artisanalement. « Les tables et les lits sont en bois, ils sont peints à la main par les femmes de là-bas ». Un bloc sanitaire (douche/wc) a été installé à proximité pour répondre aux normes de confort en vigueur. Le couple a investi au total 50 000 E dans ce projet. Les yourtes ont coûté 5 000 E chacune. En plus de l’hébergement touristique, Evelyne et Dominique Oblet accueillent des enfants des écoles et des associations. « Nous recevons des groupes le temps d’une visite et d’un goûter sous la yourte. Nous leur expliquons le mode de vie du peuple nomade, « Circulez dans le sens des aiguilles d’une montre » Cys la Commune Les trois seules yourtes picardes se trouvent dans le Soissonnais. leurs traditions, leurs croyances ». Le savoir-vivre mongol veut que l’on circule à l’intérieur de la yourte dans le sens des aiguilles d’une montre. De même, il ne faut pas franchir les deux perches de bois qui soutiennent le sommet de la tente au risque de contrarier l’équilibre entre la terre et le ciel. A savoir également que le couchage s’organise ainsi : les patriarches dorment au fond, les femmes à droite avec les nourrissons et les animaux, les enfants à gauche avec les éventuels invités. Contact : 03 23 74 71 78 http://perso.orange.fr/yourtealaferme l'Aisne 165 - Mars/avril 2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :