[01] Notre Département n°9 sep/oct 2010
[01] Notre Département n°9 sep/oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de sep/oct 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : sapeuts-pompiers de l'Ain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
L es sapeurs-pompiers de l’Ain sont inquiets et ils ont raison. Les interventions sont en nette augmentation, les volontaires sont nombreux mais de moins en moins disponibles en journée, davantage de postes de professionnels seraient nécessaires pour renforcer les équipes. La sécurité de tous les habitants de l’Ain justifie l’engagement financier fort du Département : 30 millions d’euros en 2010. Toutefois, dans un contexte budgétaire difficile, une démarche de maîtrise des moyens et de rationalisation des interventions s’impose aujourd’hui. + 7% d’interventions en 2009 Les sapeurs-pompiers sont victimes de leur succès. Ils ont une bonne image et elle est méritée. Mais la qualité du service rendu pousse les habitants de l’Ain à les appeler au moindre incident : un nid de guêpes, une coupure en bricolant, de la tôle froissée au cours d’un accrochage, un garage inondé après un orage. « Les habitants de l’Ain doivent se responsabiliser. S’ils tiennent à leur sécurité, ils ne doivent composer le 18 qu’en cas de danger réel. C’est à ce prix que la qualité du service sera maintenue et la sécurité assurée quel que soit le lieu de l’intervention », explique Rachel Mazuir qui préside le Sdis en lien étroit avec le préfet. Des coûts qui explosent En effet, le budget du Sdis a augmenté de manière exponentielle ces dernières années : de 11,55 millions d’euros de fonctionnement en 1997 à 43,9 millions d’euros aujourd’hui. Dans le même temps, la contribution du Département est passée de 60 à 75% du budget. « Nous ne pouvons pas aller au delà. Nous finançons les hommes et les matériels, nous construisons les casernes. 30 millions d’euros de participation, c’est une somme important pour le Département. L’an passé, nous avons financé la création de 20 postes de sapeurs-pompiers professionnels. Aujourd’hui, nous n’avons plus les moyens financiers de recruter. Le Conseil général de l’Ain s’investit déjà bien au-delà de son obligation. Nous réfléchissons donc à la maîtrise des dépenses, en recentrant les sapeurs-pompiers sur leur vrai métier : l’incendie et l’assistance aux personnes en danger. Intervenir pour une entorse sur un stade de foot, c’est faire payer très cher la collectivité. Nous voulons aussi étudier la possibilité de mutualiser des services du Sdis avec ceux du Conseil général. » Sapeurs-pompiers de l’Ain… 8 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°9 septembre 2010 Sdis 01 EN CHIFFRES 73 € par Le Conseil général prend en charge habitant les trois quarts des dépenses pour la sécurité civile. Interventions : pas que les incendies... Secours aux personnes 763 5 332 Accidents routiers appels par jour au 18 dans l’Ain. sapeurs-pompiers volontaires. Opérations diverses Incendies
sapeurs-pompiers 259 professionnels et 93 personnels administratifs et techniques. Une efficacité avérée Pour autant, la sécurité civile est assurée. Aucune défaillance du système n’a été constatée malgré l’augmentation régulière du nombre d’interventions. Cette efficacité peut être attribuée notamment aux services prévision et prévention du Sdis qui interviennent dans tous les lieux fréquentés par du public. Les sapeurs-pompiers vérifient les normes d’équipement et les procédures d’évacuation. Sur le terrain, le Sdis mobilise à bon escient les équipes pour intervenir de manière adaptée à chaque situation d’urgence. Des volontaires en journée Ce sens de l’engagement citoyen est ancré plus fortement dans l’Ain qu’ailleurs puisque notre département est l’un des mieux dotés en sapeurs-pompiers volontaires : 5 332. Ils sont L’immense majorité des interventions sont gratuites. Pour les prestations de service chez les particuliers, lorsqu’il n’y a pas de danger, une participation financière est facturée : • 170 euros pour la destruction de nid d’insectes ne présentant pas de danger pour sur la brèche en soirée et le week-end mais peinent à se libérer la journée, moment où les interventions sont les plus nombreuses. Des communes et des entreprises ont bien compris qu’elles pourraient un jour avoir besoin des sapeurs-pompiers. Elles ont déjà signé une convention de mise à disposition de leurs salariés sapeurs-pompiers volontaires pour les libérer en cas de besoin. D’autres entreprises peuvent faire de même pour renforcer des équipes. En effet, un véhicule d’assistance ne peut partir que si trois sapeurs-pompiers sont à bord. Si ce n’est pas le cas, un centre d’incendie et de secours plus éloigné est sollicité. Et les délais d’arrivée sur l’intervention se rallongent. Entreprises, communes, sapeurs-pompiers volontaires, habitants, chacun peut jouer un rôle dans l’efficacité de notre sécurité civile. Plus d’infos : www.ain.fr/video et www.sdis01.fr … vous protéger, leur priorité ! Le saviez-vous ? l’environnement humain, pour l’ouverture de porte sans danger pour les personnes, et pour l’intervention dans un ascenseur bloqué sans danger pour les occupants,• entre 194 et 308 euros pour l’évacuation de victime d’accident de ski (selon la distance d’évacuation). MÉTIERS Experts du risque... De nombreux sapeurs-pompiers sont formés pour intervenir dans des conditions particulières. C’est le cas des équipes de désincarcération qui libèrent les victimes d’accidents de la route, prises au piège de leur automobile. Les équipes cynophiles et les plongeurs participent à la recherche de personnes disparues. Le Grimp (Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieux périlleux) intervient dans des zones difficiles d’accès. Cette unité a payé un lourd tribut avec le décès de trois de ses membres début 2009. Les équipes de sauvetage-déblaiement et celles spécialisées dans les risques technologiques sont fort heureusement moins sollicitées dans l’Ain. sos pompiers 15, 18, ou 112 ? En cas d’accident sur la voie publique, d’incendie ou de sinistre, appelez le 18 (Sapeurspompiers). L’appel aboutit au centre de traitement d’alerte à Bourg où les sapeurs-pompiers travaillent en lien avec le Samu (Service d’aide médicale urgente), joignable au 15 et installé dans la pièce voisine. Cette complémentarité permet une réponse rapide et adaptée, que vous composiez le 15, le 18 ou le 112 (appel à partir d’un téléphone portable). Sdis 01 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :