[01] Notre Département n°9 sep/oct 2010
[01] Notre Département n°9 sep/oct 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de sep/oct 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14 Mo

  • Dans ce numéro : sapeuts-pompiers de l'Ain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Cren/F. Didier : LA VALBONNE SAUTE-MOUTONS c onnaissez vous le point commun entre un militaire de la Valbonne et un mouton Thônes et Marthod ? Ils travaillent tous les deux sur le même terrain ! Le militaire s’entraîne au tir à balles réelles et aux manœuvres. La brebis entretient le terrain et limite les risques d’incendie de broussailles. Ce partenariat « militaro-pastoraliste » a été construit patiemment par le Conservatoire des espaces naturels (Cren) avec le soutien du Conseil général. Nicolas Greff, responsable de l’antenne de l’Ain du Cren : « C’est un mariage original où chacun a trouvé son compte. L’entretien des 1 300 hectares est assuré, la biodiversité, composée de nombreux oiseaux et d’orchidées, est préservée. Mais l’accord est complexe car nous appelons la base chaque jour pour connaître les secteurs où nous devons faire paître nos 550 brebis mères en sécurité. En effet, les tirs à balles réelles sont permanents sur le camp militaire. Nous avons parfois une fenêtre entre 6 h et 8 h du matin pour aller abreuver les animaux et nous assurer que tout se passe bien. C’est une gestion délicate, qui prend du temps, mais il n’y a eu aucun feu de broussailles depuis l’arrivée du troupeau en 2005 ! » Au-delà du contrat passé avec les militaires, le Cren a dû trouver un mode d’exploitation adapté à cette situation particulière. Les débuts ont été un peu difficiles avec des problèmes de parasites notamment et la nécessité de mouvements permanents. Toutes les trois semaines, des parcs doivent être déplacés d’un secteur à l’autre. Aujourd’hui, le troupeau, en bonne santé, produit chaque année 250 agneaux biologiques vendus lors de l’Aïd el Kébir. La production va augmenter, avec la vente de colis pour améliorer l’autofinancement de la ferme qui emploie 1,5 équivalent temps-plein. Forte de son succès, l’expérience de la Valbonne pourrait se reproduire dans 15 autres sites militaires du sud de la France. Plus d’infos : 04 74 34 98 63 POMOLOGIE Des pommes, des poires et des… Si le commerce vous propose une dizaine de variétés de pommes et de poires, le verger Tiocan, dans le Pays de Gex, cultive 150 variétés anciennes de pommes, 40 de poires et 15 de prunes pour sauvegarder des espèces qui ne sont plus produites à grande échelle. Cette association de passionnés a germé pour préserver les racines du Pays de Gex face à une urbanisation galopante. Un verger a été implanté à Péron. Les bénévoles l’entretiennent, le font visiter au public et recherchent les origines de chaque variété. Pierre-Maurice Laurent, président : « Tous les greffons ont été collectés dans les vieux vergers de la région Le nom est parfois 16 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°9 septembre 2010 imprécis, voire inexact, car chaque pomme est connue sous 3 ou 4 noms en fonction des régions. Nous collaborons également avec le musée départemental du Revermont pour faciliter l’identification. C’est un travail de longue haleine ! » Le verger Tiocan est l’une des étapes de la route des savoir-faire du Parc régional du Haut- Jura. Les visiteurs sont accueillis en fonction de la disponibilité des bénévoles. L’association organise les 9 et 10 octobre à Péron la Fête du verger. Plus d’infos : 04 50 79 14 77 (répondeur) Office de tourisme, Collonges : 04 50 59 40 78
CIRQUE PLEIN AU DIAS ! « Être artiste de cirque aujourd’hui, c’est un combat de tous les jours. Si l’on n’a pas la passion, on ne fera pas long feu ! », explique Grégory Dias, jeune acrobate de 25 ans. « Cela fait 3 ans que je suis sorti de l’école du cirque de Chambéry et je n’arrive toujours pas à vivre de mon métier. » Il accumule les cachets avec son spectacle « Jamais 2 sans 3 », mais cela ne suffit pas pour obtenir le statut d’intermittent du spectacle et gagner sa vie. « Avec mes deux compères, également musiciens et artistes de cirque, on a passé plus de temps dans les démarches administratives à trouver de l’argent pour monter notre spectacle et à le vendre, qu’à être sur scène. » Une aberration. Être artiste aujourd’hui relève souvent du parcours du combattant. Plus d’un an de travail Grégory vient de créer la compagnie « Archaïque » basée à Villars-les-Dombes et travaille à la création d’un spectacle solo mêlant acrobaties sur trampoline et mât chinois. Ce spectacle, il en rêve depuis longtemps mais c’est seulement maintenant qu’il a les moyens de le concrétiser : il vient de décrocher des subventions de différentes institutions publiques, dont une aide à la création du Conseil général de l’Ain de 6 000 euros. « Sans cet argent, le spectacle ne pourrait voir le jour. » Construction du trampoline, des décors, des gradins, mise en scène du spectacle, répétition des numéros acrobatiques, création de la lumière et de la musique, préparation des documents de promotion, vente du spectacle… La route est encore longue avant que le spectacle rencontre, enfin, son public. La première du spectacle, Grégory l’envisage l’été prochain à Bourg-en-Bresse, sous le chapiteau de l’Étac (École des techniques et arts du cirque) qui a accepté de faire partie de cette aventure. Il aura alors fallu plus d’un an pour que ce spectacle voie le jour. Reste à convaincre les programmateurs de festivals d’acheter le spectacle pour que Grégory puisse commencer à vivre de son métier… Plus d’infos : Compagnie Archaïque : 06 18 58 94 85 Conseil général/Direction du développement culturel : 04 37 62 17 11 www.ain.fr DR EN BREF proposez vos projets ! Le Département lance un appel à projets « Environnement et développement durable » doté de 70 000 euros pour financer des actions innovantes, reproductibles et exemplaires. Les collectivités, les établissements d’enseignement et les associations de l’Ain ont jusqu’au 18 septembre pour faire parvenir leur candidature expliquant de manière détaillée leur projet au Conseil général. Le Département compte sur cet appel à projets pour amplifier les actions locales, convaincu que tous ensemble, nous pouvons contribuer à préserver l’avenir de notre planète. Dossier de candidature et règlement téléchargeables sur www.ain.fr Paysages de l’Ain Le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de l’Ain organise, avec le soutien du Conseil général, un concours photo « Un lieu, un paysage ». Lancé dans le cadre de la mise en place d’un atlas des paysages de l’Ain, ce concours permettra aux photographes, débutants comme avertis, d’exprimer de façon originale leur perception du paysage et de son évolution. Un jury déterminera les cinq lauréats qui recevront leur prix des mains de Rachel Mazuir, le 3 décembre prochain à Nantua. Les candidats ont jusqu’au 30 septembre pour faire parvenir leur cliché. Règlement du concours sur www.caue-ain.com 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :