[01] Notre Département n°9 mar/avr/mai 2020
[01] Notre Département n°9 mar/avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de mar/avr/mai 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : les Aindinois dans la transition écologique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Getty Images pont jacques chirac - instruction en cours Dynamité en 1944, puis reconstruit en 1946, le pont de Fleurville ne répond plus aujourd’hui aux besoins de mobilité (limitation aux véhicules de 26 tonnes, circulation alternée, trottoirs insuffisants, corrosion importante, pièces métalliques fragilisées…). La construction d’un nouvel ouvrage, en amont du pont actuel, a donc été décidée. D’une longueur de 272 mètres, cet ouvrage, futur pont Jacques Chirac, comportera deux voies routières de 3,50m, un trottoir de 3 m pour les modes doux et un trottoir de service d’1m. Le projet est actuellement en cours d’instruction auprès des services de l’État pour obtenir une autorisation environnementale. Les travaux débuteront en septembre prochain. Jusqu’à la mise en service du nouvel ouvrage prévue au printemps 2022, le pont actuel fait l’objet d’une inspection détaillée complète chaque année et d’une surveillance renforcée grâce à des capteurs de déformations. pont de seyssel - les travaux se poursuivent Le pont à haubans de Seyssel, reliant l’Ain et la Haute-Savoie, a été mis en service en 1987. Hors, il présente des signes de vieillissement naturel (corrosion, altération des joints de trottoirs, système de récupération des eaux pluviales abimé...), auxquels s'ajoutent des phénomènes de gonflement interne du béton. Les Départements de l'Ain et de la Haute-Savoie ont donc engagé des travaux de rénovation en profondeur. En 2019, les fissures ont été colmatés. Le pylône a été emmailloté dans des tissus composites en fibre de carbone. Les consoles du pylône ont été reconstruites et divers travaux d’entretien ont été menés. La remise en peinture de l’ouvrage, débutée l’année dernière, côté Haute-Savoie, reprendra en mars et devrait s’achever en octobre. des ponts sous haute surveillance N°9 Projets Dans l’Ain, tous les ponts sont visités par des agents spécialisés à des fréquences variant entre 1 et 3 ans, selon l’état de l’ouvrage. Pour les ponts ayant une portée supérieure à 10 mètres s’ajoutent des inspections détaillées périodiques. Celles-ci sont effectuées par des entreprises spécialisées et concernent 254 ouvrages. Ces inspections font l’objet d’un relevé précis des dégradations observées. Également, tous les 6 ans, des visites aquatiques permettant de déterminer l’état des appuis et des fondations de l’ouvrage sont réalisées par des plongeurs. Environ 130 000 € par an sont dédiés par le Département à cette politique de surveillance des ponts. Mars - Mai 2020 1 261 c’est le nombre de ponts dans l’ain Sur les 1 261 ponts que compte le département de l’Ain, 200 font l’objet d’une convention avec les Départements limitrophes, avec la SNCF ou avec APRR. L’objectif est de déterminer le gestionnaire du pont, de fixer les responsabilités de chacun et le financement des constructions, des réparations et des entretiens spécialisés. Des visites régulières engendrent chaque année des réparations plus ou moins lourdes. Le Département consacre annuellement 1,2 M € pour l’entretien spécialisé de ses ouvrages et 2 M € pour les réparations lourdes. À cela s’ajoute une dotation particulière pour des opérations de démolition et de reconstruction d’ouvrage dont le montant est beaucoup plus élevé. L'opération de reconstruction du pont de Fleurville par exemple, qui démarrera en 2020 est estimée à 19 M € TTC.
SébastienTournier/CD01 À l’heure où la forêt amazonienne disparait au profit de la production d'huile de palme, l’Ain prend soin de ses forêts qui couvrent un tiers du territoire. Elles s’étendent même de près de 1% par an. Pourtant, elles alimentent les scieries pour la construction, l’ameublement, les matériaux isolants et le bois de chauffage. C’est simplement le fruit d’une gestion raisonnée comme le confirme Jean-Yves Flochon, vice-président du Département et maire de Ceyzériat  : « quand les enfants du Conseil municipal junior replantent, ils préservent notre qualité de vie pour des loisirs en forêt, ils pérennisent les 6 000 emplois directs de ce secteur d’activité. Depuis 10 ans, et les premières actions du Livre Blanc de la filière bois, la forêt aindinoise se développe pour alimenter l’économie en bois local sans jamais perdre de vue la biodiversité qu’elle préserve. » Replanter Parmi les nouvelles actions, des aides à la replantation, au dégagement de semis et au complément de régénération ont été testées l’an passé au profit des propriétaires forestiers publics et privés. La commune de Corveissiat en a bénéficié sur une parcelle de 3 hectares d’épicéas malades qui ont été coupés pour fabriquer des palettes. Pierre Curvat, adjoint au maire  : « l’aide financière nous a permis de replanter des douglas et des érables, des espèces plus adaptées au changement climatique. Cela faisait des décennies que cette lande était inexploitée. Le technicien de Territoires Les jeunes du Conseil municipal de Ceyzériat ont participé aux travaux de replantation JEUNES POUSSES D’AVENIR ! Bresse-Dombes Le Département, 1er partenaire des collectivités locales l’ONF (Office national des forêts) nous a conseillés. Par exemple, pour les coupes d’affouage, nous laissons les plus jolis arbres. Cela m’a également permis d’expliquer au Conseil municipal qu’une forêt, ça s’entretient, même si c’est un espace naturel ! » Intelligence collective Une bonne gestion de la forêt bénéficie également à la qualité de l’eau et à la biodiversité. L’Agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse (CA3B) l’a constaté autour du captage de Bourg-Péronnas, en forêt de Seillon, en travaillant avec le CRPF (Centre régional de la propriété forestière). Cette action permet aux propriétaires de parcelles, souvent morcelées, de croiser des professionnels qui expliquent la gestion sylvicole. Aimé Nicolier, vice-président de la CA3B à la ruralité, l'agriculture et la forêt  : « nous avions déjà des actions individuelles sur le territoire de la CA3B, mais les enjeux de la forêt dépassent largement nos frontières. Nous avons choisi l’intelligence collective en nous associant avec le Département, deux intercommunalités voisines en Dombes, la Région mais aussi les professionnels du bois pour mettre en place des actions qui répondent aux besoins. La consommation de l’intégralité des crédits en 2019 nous montre que l’objectif est atteint. » Plus de 1000 hectares de travaux forestiers ont ainsi été financés. [Fibois01  : 09 62 08 83 41] 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :