[01] Notre Département n°8 nov 19 à fév 2020
[01] Notre Département n°8 nov 19 à fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov 19 à fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (230 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : les services sociaux du Département se réorganisent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 C_Couedou EXPOSITION Plumes et belles dentelles Culture&Co On est passé de gardiens à soignants « Pendant des années, le CPA était plus un lieu de vie qu’un lieu de soin, raconte Annie. On y rentrait pour longtemps, souvent jusqu’à sa mort ». « Il s’agissait de ranger la folie derrière les murs », précise Jean-Yves. Il y a eu jusqu’à 1 500 patients, personnes âgées séniles, enfants, dépressifs... qui vivaient dans une certaine autarcie avec le personnel. La mixité des services ne commence que dans les années 1970. « En 40 ans, nos tâches ont radicalement changé, au début nous faisions surtout le ménage, la vaisselle, le service des repas, avec les patients eux-mêmes » explique Annie. « La douche, c’était le mardi après-midi, se rappelle Jean-Yves, tous les patients passaient à la queue leu-leu. Tout était réglé comme du papier à musique pour faire fonctionner cette ruche. » Tous deux ont fait partie du groupe chargé des activités culturelles. « Nous avons monté une chorale de 80 femmes, vite rejoint par des hommes, se souvient Annie. Nous avons vécu des moments extraordinaires notamment lors de voyages organisés pour des concerts. Cela nous a permis de développer des liens très forts avec les patients. Aujourd’hui quand je croise des anciens dans la rue, ils me sautent au cou ». Jean-Yves explique  : « l’ouverture s’est faite petit à petit, avec le développement de lieux d’accueil de proximité, la recherche sur les pathologies psychiatriques, le développement des médicaments, et le changement de regard de la société. » Avec ses avantages et ses inconvénients… DÉFILÉ CRÉATION Plumes et belles dentelles C’est l’évènement gourmand incontournable de la fin d’année  : les Glorieuses de Bresse auront lieu du vendredi 13 au mardi 17 décembre à Bourg-en- Bresse, Louhans, Pont-de-Vaux et Montrevel-en-Bresse. Ce concours de volailles d’exception a lieu en terre bressane depuis 1862 ! Pour fêter les Glorieuses à sa façon, le musée de la Bresse-Domaine des Planons ouvre exceptionnellement ses portes pour un week-end déplumant les samedi 14 et dimanche 15 décembre, pour le dernier des rendez-vous des « Inédites » proposés par le Département. Atelier créatif, défilé de mode, concert jazz, assiettes gourmandes, visite gratuite des collections du musée, contes pour enfants, espace lecture, bar à chocolat chaud… venez passer un moment gourmand et cocooning entre plumes et belles dentelles. Annie Bridon et Jean-Yves Lacombe ont travaillé une quarantaine d’années, à partir des années 70, au Centre Psychothérapique de l’Ain (CPA). Ils sont les témoins d’une évolution radicale du CPA et de la prise en charge des pathologies psychiatriques dans notre société. [L’exposition « Le Centre Psychothérapique de l'Ain  : des espaces et des Hommes », visible au CPA jusqu’au 20 décembre, retrace 200 ans d’histoire de l’institution. De la création en 1824 par des religieux pour remplacer les « dépôts de mendicité », au regroupement au début des années 2000 et les 30 sites déconcentrés. Gratuit - 04 74 52 27 35] Programme sur www.ain.fr/Musée de la Bresse-Domaine des Planons - 987 chemin des Seiglières, Saint-Cyr-sur-Menthon Samedi  : atelier, défilé, assiette gourmande, réservation obligatoire au 04 37 62 17 11/Dimanche  : visites et contes, réservation obligatoire au 03 85 36 31 22 N°8 Jongler en accord Mettez un musicien guitariste de talent (Lionel Rolland) et un jongleur audacieux (Quentin Brevet) sur les planches et ça vous donne un spectacle de jonglerie musicale très original, à voir cet hiver sur les scènes aindinoises. « J'ai toujours aimé mêler la musique avec d'autres pratiques artistiques, confie Lionel, cela demande beaucoup de concentration, d'attention, d'écoute et d’observation de l'autre. C’est passionnant ! ». « Drôle d’équation ! », le spectacle né de cette rencontre improbable, a bénéficié du soutien du Département via son aide à la création. D’une durée de 50 minutes, il est accessible de 3 ans à... 103 ans ! Jeudi 5 décembre à 19 h à La Tannerie à Bourg-en-Bresse Jeudi 12 décembre à 12 h 12 à la Nef de la Passerelle des Arts à Bellegarde-sur-Valserine (concerts de midi) Vendredi 17 janvier à 20 h à la salle des fêtes de Treffort à Val-Revermont Nov. 2019.- Fév. 2020
« TRUFFE DU BUGEY », LA MYSTÉRIEUSE LA MYST aIEus 111111 » DR Idées menu pour les fêtes  : omelette truffée en entrée, dinde truffée en plat principal, brillat-savarin truffé en fromage, des truffes… au chocolat au dessert ! Explorez les mille possibilités culinaires offertes par la « truffe du Bugey », récemment labellisée « Saveurs de l’Ain » et en vente au marché aux truffes de Saint-Champ. MARCHÉ AUX TRUFFES DE SAINT-CHAMP SAMEDI 21 DÉCEMBRE Ouverture par le chef étoilé Georges Blanc 10 h  : messe avec bénédiction des truffes 11 h  : cloche d’ouverture (ne soyez pas en retard, il n’y en aura peut-être pas pour tout le monde !) 11111111 Jeu-concours Pour les fêtes, le Département et les adhérents Saveurs de l’Ain vous offrent 5 paniers garnis de produits locaux. Répondez à la question suivante sur www.ain.fr/saveursdelain jusqu’au mardi 10 décembre. Un tirage au sort aura lieu parmi les bonnes réponses. DANS LE FESTIVAL DE LA GASTRONOMIE, DE QUELLE VILLE LE LABEL « SAVEURS DE L’AIN » A-T-IL ÉTÉ INVITÉ D’HONNEUR EN SEPTEMBRE DERNIER ? À la pelle À l’époque de Brillat-Savarin, la truffe était très répandue dans le Bugey. Son déclin, et même sa disparition à l’état sauvage, est lié à la 1 re guerre mondiale et au manque de main d’œuvre qui a suivi. La forêt a reconquis du terrain et la truffe a petit à petit disparu. Ce n’est que depuis les années 1970- 80 que des passionnés se sont de nouveau intéressés à la culture de ce champignon, pour laquelle tout est à découvrir… Auprès de mon arbre Pour espérer faire pousser des truffes aujourd’hui, il faut planter un « arbre truffier », plus précisément un plan dont les racines ont été mycorhizées afin d’ensemencer le terrain. Il faut en moyenne 10 ans avant que des truffes se développent. La récolte (le « cavage ») est très variable d’une année sur l’autre. Les quelque cent trufficulteurs bugistes regroupés au sein du Syndicat des trufficulteurs du Bugey sont donc tous des amateurs et des passionnés qui expérimentent patiemment afin de percer les mystères de ce champignon si convoité. Aucun pesticide ou engrais ne peut être utilisé. Une des clefs de réussite semble être la qualité du terrain, ainsi que le travail patient et régulier du trufficulteur sur la terre et l’entretien de l’arbre. Pour garantir une parfaite acclimatation, le Syndicat vient de faire produire un plan 100% bugiste à partir d’essences et de truffes locales. Une nouvelle saveur de l’Ain Dans le Bugey, seule la « truffe noire », la plus savoureuse, est cultivée. Le cavage a lieu de décembre à février, généralement à l’aide d’un chien. Les premières truffes sont vendues au marché de Saint-Champ, réservé aux particuliers, qui se tient depuis 10 ans juste avant Noël. Les prix sont volontairement bas pour faire découvrir la truffe au plus grand nombre  : comptez environ 40 € pour 60 g de truffe pour un plat pour 6 personnes. Le maitre mot du marché est la qualité  : chaque truffe est examinée par la Commission de contrôle qui la classe en fonction de sa taille et de sa maturité. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :