[01] Notre Département n°7 mai/jun 2010
[01] Notre Département n°7 mai/jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai/jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (212 x 298) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 20,9 Mo

  • Dans ce numéro : service public départemental, certifié qualité Ain !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ELLES FONT L’AIN/Spécial culture VitAMine C ! Chantal Veuillet | MJC de Bourg-en-Bresse Vous prenez des bouteilles en plastique, vous les remplissez de quelques perles, vous secouez et vous produisez de la musique, un rythme. Au pied des immeubles, cela génère des rires, des regards complices, l’ambiance explose sur scène, l’espace d’un été. C’est une recette réussie de la culture pour tous, testée par Chantal Veuillet, figure de l’ombre de la MJC de Bourg. Depuis plus de 20 ans, elle ose le mélange d’ingrédients simples mais de qualité sans savoir si la mayonnaise va prendre. À sa mine gourmande et à son palmarès qu’elle cache sous des sourires entendus, on devine que Chantal Veuillet sait organiser des rencontres improbables et produire de l’émotion entre les artistes et les habitants des quartiers. Faire venir les Burgiens à Brou le 1er janvier 2000, par un froid de canard, parce que 2 000 jeunes s’étaient bougés pour construire leur vision du futur, ce n’était pas gagné : « Le succès m’a surprise, c’était formidable, les gens se souhaitaient la bonne année sans se connaître. C’était un grand moment d’échange. Pour moi, c’est cela, la culture. S’épanouir, se faire plaisir juste avec un livre, en sortant de chez soi pour voir un spectacle, jeter un coup d’œil à une expo, participer à un atelier et s’ouvrir aux autres. À travers les manifestations dont je m’occupe, Espace d’un été, Le Printemps des 24 Notre département, le magazine du Conseil général de l’ain – n°7 mai avril 2010 écritures, les rencontres des amateurs de théâtre, je veux créer du lien, aller chercher chez eux des gens peu C’était un grand moment d’échange. Pour moi, c’est cela, la culture. habitués à sortir et les amener à voir qu’il y autre chose que la télé. Encore faut-il que nous ayons les moyens de le faire. La culture est en danger ! Si les Départements et les Régions ne peuvent plus intervenir dans le champ culturel demain, ce sera une catastrophe. » Car Chantal Veuillet revendique une culture populaire mais pas populiste : « Ce n’est pas parce que c’est gratuit et dans les quartiers que l’on peut tromper les gens sur la qualité. » Alors Chantal Veuillet lance des bouteilles à la mer, avec des petits mots dedans. On les lui a toujours ramenées, c’est pour elle le sel de la vie.
DR Le droit à La cuLture pour tous ! Claire Marinoni | addim de l’ain Après quelques week-ends passés dans l’Ain, c’est un véritable coup de cœur qui a conduit Claire Marinoni à s’installer dans le département. « L’Ain est à la confluence de beaucoup de choses. D’abord sur le plan géographique, puis sur le plan culturel qui fait de l’Ain le territoire d’une pratique culturelle originale. » Aussi, il y a 4 ans, Claire pose ses valises à la direction de l’Addim où elle met toute son énergie au service de cette association départementale pour le développement du spectacle vivant et de la pratique artistique dans l’Ain. Depuis, elle travaille quotidiennement pour que rayonne cette vie culturelle aux qualités qu’elle aime à rappeler : « À l’image de sa géographie, l’Ain est le lieu d’expression d’identités culturelles variées et d’une diversité artistique peu commune qui fait de notre département le territoire d’une pratique amateur très développée. Le rôle de l’Addim, présidée par Jean-Yves Flochon, est de mettre en cohérence cette vie culturelle, créer des passerelles et faciliter les réseaux notamment entre professionnels et amateurs pour défendre une culture pour tous et de qualité sur l’ensemble du territoire. » À l’origine, ses études l’amènent d’abord à s’intéresser aux questions de formation professionnelle et de ressources humaines. Parallèlement à ce parcours universitaire, elle poursuit des études de guitare classique et de formation musicale au conservatoire régional de Dijon. Une fois encore, la confluence des deux lui donne toutes les clés pour accomplir la mission de service public que lui confie le Département à la tête de l’Addim : « La culture est un droit. Nous devons en garantir l’accès au plus grand nombre sans faire le sacrifice de sa qualité. La formation est l’une des clés pour réussir ce challenge puisqu’elle favorise la transmission. » La richesse de son métier, Claire la puise aussi dans ses rencontres, celles « de gens passionnés, qui ont des idées plein la tête, capables de déplacer des montagnes avec peu de moyen et qui ne se démoralisent jamais. Ils ont seulement besoin d’aide pour concrétiser leur projet. En cela j’essaie d’être le meilleur interlocuteur possible et de bon conseil ». Claire espère encore de belles rencontres et de beaux projets à défendre pour que la culture dans l’Ain puisse dévoiler toutes ses richesses. de Bourg à sao pauLo, jamais sans son aLto lise Berthaud | musicienne Lise sillonne le monde. À 28 ans, cette jeune fille originaire de l’Ain fait partie des étoiles montantes de la musique classique. Que ce soit en musique de chambre ou en soliste, elle est à l’affiche des plus prestigieuses scènes en France et à l’étranger. Elle a joué avec de nombreux orchestres internationaux (le Düsseldorfer Symphoniker, le Sinfonia Varsovia, l’Orchestre philarmonique de Sao Paulo…) et sous la direction des plus grands tels qu’Emmanuel Krivine. Un fabuleux destin ? « Non, un parcours classique de musicienne », précise Lise. Née à Bourg-en-Bresse de parents enseignants, elle passe son enfance à Sainte-Euphémie. Elle débute à 5 ans les cours de violon à l’école de musique de Villefranche-sur-Saône et se consacre exclusivement à la pratique de l’alto dès l’âge de 12 ans, un instrument qu’elle considère comme « le roi de la musique de chambre ». C’est une virtuose : en 1997, elle obtient une médaille d’or au Conservatoire national de Région de Lyon puis, un an plus tard, réussit le concours d’entrée au Conservatoire national supérieur de Paris. Sa nomination, l’année dernière, aux « Victoires de la musique classique » dans la catégorie « Révélation soliste instrumental », lui a valu une forte médiatisation dans l’Ain qui a touché ses parents. « Mes parents sont fiers de mon parcours. Ils se sont beaucoup investis pour que je puisse vivre ma passion. Il leur fallait sans cesse « courir » pour m’emmener, trois fois par semaine, à mes cours de musique et de solfège, ils ont dû aussi parfois se sacrifier pour me payer des instruments, des stages… » L’avenir, Lise l’envisage sereinement. Son agenda est plein pour l’année à venir… Malgré cette vie trépidante, Lise aime à revenir dans l’Ain pour voir sa famille et ses anciens amis du lycée du Val de Saône, à Trévoux. Sa prochaine halte dans le département est prévue le 11 mai, pour un concert au Théâtre de Bourg-en-Bresse. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :