[01] Notre Département n°7 mai/jun 2010
[01] Notre Département n°7 mai/jun 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de mai/jun 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (212 x 298) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 20,9 Mo

  • Dans ce numéro : service public départemental, certifié qualité Ain !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
TRIBUNE/Les groupes politiques ont la parole groupe « l’ain à gauche » Le Conseil général, acteur premier de la solidarité En ce début 2010, les statistiques expriment avec violence les conséquences économiques et sociales de la crise de la finance mondiale. Loin d’être derrière nous, celle-ci se traduit par une explosion de la pauvreté et de la précarité sur nos territoires. Le taux de chômage frise les 10%, supérieur de 22% à son niveau de 2007. En 2010, ce sont 600 000 nouveaux chômeurs en fin de droits qui vont se trouver sans aucune ressource. Parallèlement, les inégalités explosent : les écarts entre les citoyens les plus pauvres et les plus riches se creusent et le chômage frappe d’abord les plus fragiles. Selon l’OFCE, 240 000 personnes de plus vivent sous le seuil de pauvreté depuis 2007. En 2009, on compte dans l’Ain 18% d’augmentation des bénéficiaires du RSA socle (ex-RMI). La multiplication des réformes nationales n’ayant pour effet que d’accroître le nombre de situations d’urgence et le sentiment de précarité, c’est aux Départements qu’il incombe aujourd’hui de stabiliser l’environnement de nos concitoyens. Malgré une période également difficile pour les collectivités locales, nous prenons le relais d’un État démissionnaire et la solidarité demeure, plus que jamais, notre priorité première. Le Conseil général de l’Ain y consacre cette année plus de 215 millions d’euros, soit près de la moitié de son budget total et une augmentation de 25 millions d’euros (+ 12%) depuis 2008. Par une politique volontariste, nous redonnons sens et contenu à l’action sociale dans le département ; nous réaffirmons notre détermination à construire un département plus solidaire, un territoire pour tous. les élu(e)s du groupe l’ain à gauche www.ainagauche.fr groupe id Quelles recettes pour la « simplification territoriale » ? Après des interrogations multiples sur le devenir de leurs ressources suite à la disparition de la taxe professionnelle, les collectivités semblent moins inquiètes après les explications amenées sur le remplacement de celles-ci. Le calcul en reste cependant complexe et il faut bien relire la copie pour comprendre et être capable d’expliquer ce changement. Il n’en reste pas moins qu’en termes de simplification administrative et surtout en matière fiscale, la France ne sait pas faire simple et c’est franchement regrettable. En ce qui concerne par contre les transferts de l’État aux Départements, si sur l’aide à la perte d’autonomie il reste un delta important qui n’est pas couvert, il est intéressant de rappeler que lors de la mise en place de cette mesure aucune recette n’était inscrite. Pour les autres mesures l’État essaie d’abonder selon ses moyens avec certes un décalage qu’il va falloir combler. D’autres départements ont obtenu gain de cause et l’Ain dont les finances sont fragiles doit agir de la sorte afin de restaurer les équilibres. Jean chabry Daniel Juliet Gérard paoli Michel perraud 22 Notre département, le magazine du Conseil général de l’ain – n°7 mai 2010 groupe d’union républicaine Avis d’abus de communication Depuis 2008, la majorité laisse exploser les dépenses de fonctionnement qui asphyxient le budget départemental. Au moment où la crise économique et sociale frappe la France, l’exécutif manipule les habitants de l’Ain à travers une campagne de communication bien orchestrée. Si la majorité départementale se prévaut d’être aux côtés des habitants pour les aider à surmonter leurs difficultés, pourquoi met-elle en difficulté le service public ? Pourquoi endette-t-elle le Département depuis son accession ? Au lieu d’investir pour améliorer la vie quotidienne des habitants, elle préfère la gestion de façade : beaucoup de dépenses de communication au détriment de ses administrés. En ce domaine, depuis quelques mois, nous assistons, pratiquement au quotidien, à un véritable gaspillage des finances départementales. Alors que les places en crèches et en maisons de retraite restent insuffisantes, alors que les communes et les associations voient leurs aides départementales baisser, voire disparaître, les espaces publicitaires réservés au Conseil général, eux, ne manquent pas. Et que dire de cette banderole au message mensonger sur les grilles de la Préfecture, qui relève de l’affichage sauvage aux termes de la loi Barnier ? Nous aimerions bien connaître le coût de cette opération de séduction. Entre démagogie et poudre aux yeux, les chiffres sont sans appel : à ce rythme, l’Ain est en train de rejoindre à grands pas la liste des départements en difficulté. Lui qui comptait parmi les valeurs sûres des territoires les mieux gérés. Mais ça, c’était avant 2008… le groupe d’union républicaine http://unionrepublicaine01. wordpress.com
les décisions du conseil/Compte rendu de l’Assemblée c’est voté Réunis en session, les élus ont adopté, notamment, les mesures suivantes : économie Filière bois : action ! Le Département a décidé de soutenir la filière bois à la hauteur de 550 000 euros par an, durant 4 ans. Les premières actions, sur les 23 mesures adoptées, se mettent en place. Un fonds local d’encouragement au reboisement, dans des zones durement touchées par les parasites, est opérationnel sur le Haut- Bugey. La communauté de communes du lac de Nantua mutualise les aides à reverser. Deuxième action en cours : le regroupement de propriétaires forestiers sous forme d’Association syndicale autorisée. L’objectif est de faciliter une exploitation collective de zones forestières. Un projet d’ASA est lancé dans le Pays de Gex. Trav’eaux ! Adapter les réseaux d’eau potable aux évolutions démographiques et améliorer l’assainissement collectif pour protéger les milieux aquatiques, tels sont les deux enjeux de la politique de l’eau menée par le Département. Cette année, le Conseil général y consacre plus de 10 millions d’euros. Parmi les nombreux projets communaux ou intercommunaux, Briord, Saint-Maurice-de-Gourdans, Chazey-Bons ou Bourg-Saint- Christophe font évoluer leur alimentation en eau potable. L’Abergement-de-Varey, Druillat, Seyssel, Contrevoz, Châtillon-la-Palud, Tenay ou Vonnas vont bénéficier de fonds importants du Département et de l’Agence de l’eau pour mettre aux normes leurs dispositifs d’assainissement. Ferme à spectacles Le Département vient de signer une convention de mise à disposition de la ferme du Clou (Saint-Cyr-sur-Menthon), du 1er avril au 31 août 2010, afin que la communauté de communes de Pont-de-Veyle organise des manifestations dans ce lieu patrimonial, en lien avec les associations locales. Cette mise à disposition est consentie à titre gracieux par le Département. Écoles en travaux Pour améliorer l’accueil des enfants dans les écoles, le Département soutient financièrement les travaux menés par les communes. Par exemple, Péron agrandit le groupe scolaire de « Champ Fontaine » ; Le Conseil général a voté une aide financière de près de 102 141 euros pour la réalisation de ce projet. Saint-Trivier-sur-Moignans va percevoir 13 770 euros pour installer une pompe à chaleur dans l’école primaire. Guerre et paix Résistance à l’oppression, paix, liberté et respect de la personne humaine : ces valeurs prennent tout leur sens lorsque les collégiens visitent la maison des enfants d’Izieu ou le musée départemental d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Nantua. Afin qu’ils puissent découvrir ces hauts lieux de mémoire de notre département, le Conseil général consacre une enveloppe annuelle de 45 000 euros pour prendre en charge les frais de déplacement des classes. En juin 2010, 5 931 élèves, de 3 e pour la plupart, ont bénéficié de ce dispositif. Viaduc de Cheignieu la Balme Le Département commence les travaux de sécurisation du viaduc de Cheignieu-la-Balme. 730 000 euros seront nécessaires pour consolider les piles de l’ouvrage et réaliser une dalle étanche, évitant ainsi les infiltrations qui fragilisent la structure. Ce chantier devrait s’achever en fin d’année. Ça roule ! Des communes et communautés de communes effectuent des aménagements sur des routes départementales. Il est de la compétence du Conseil général de financer la réfection de la couche de roulement, c’est-à-dire le revêtement de la chaussée. Oyonnax vient ainsi de bénéficier de 100 000 euros de travaux pour des aménagements de sécurité sur la RD 13, rue Michelet. Saint-André-de-Bouchoux fait de même, pour un montant de 63 000 euros sur les RD 17 et 26 dans la traversée du village. Arboretum à Thoissey Pour valoriser les 70 essences d’arbres présentes dans le parc municipal de Thoissey, la commune va aménager un arboretum. Scolaires et familles seront invités à découvrir la richesse de la nature en pleine ville. Le Conseil général apporte une contribution de 1 366 euros à ce projet pédagogique. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :