[01] Notre Département n°6 fév/mar 2010
[01] Notre Département n°6 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de fév/mar 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 12,6 Mo

  • Dans ce numéro : collèges... la qualité pour nos enfants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
 : AIDE À LA CRÉATION ÉPATANTE LA GALERIE ! en 2009, le Conseil général a lancé une nouvelle aide à la création culturelle pour les arts de la scène, les arts visuels et l’écriture. C’est ainsi que la compagnie La Galerie a été soutenue pour le spectacle « Léonce et Léna » présenté en octobre dernier à Châtillon-sur-Chalaronne, puis à Villeurbanne. La Galerie n’est pas une compagnie au sens ordinaire. Céline Champinot, qui la dirige, nous la présente plus comme « un cercle d’acteurs, avec un noyau qui varie d’une création à l’autre ». Tous formés à l’école d’art dramatique de Paris, les acteurs se retrouvent à Châtillon pour créer leurs pièces. Leur travail est à la croisée des arts de la rue et du théâtre : « Notre dernière création a une forme hybride : la pièce commence au théâtre, tout le monde monte sur scène, puis se retrouve dans la rue. » « Léonce et Léna » est une pièce écrite par Georg Büchner, auteur révolutionnaire allemand mort à 23 ans en 1830. L’œuvre ressemble à un conte de fée avec pour leitmotiv : « Faisons autre chose » ou comment changer de vie et ne pas accepter son sort. Les acteurs cherchent à se rebeller, mais finalement « Tout est bien qui finit bien, le prince épouse la princesse et l’on n’y peut rien ! ». Le texte et la mise en scène résonnent particulièrement chez les jeunes lycéens. Le succès de cette jeune compagnie est très prometteur. Aide à la création, dépôt des dossiers avant le 5 mars 2010 Plus d’infos : 04 37 62 17 15 TOILETTES SÈCHES C’est bon pour la planète Pour limiter la pollution et le gaspillage d’eau générés par les toilettes, la France vient de modifier sa réglementation sur l’assainissement non collectif et autorise, désormais, les toilettes sèches, c’est-à-dire ne nécessitant aucun apport d’eau. Le principe est simple : soit les urines et les excréments sont stockés dans une cuve, puis mélangés à de la sciure pour produire du compost, soit les urines sont séparées et les fèces sont traitées par séchage pour servir à l’épandage des sols. Si ce système d’assainissement écologique est largement répandu dans les pays scandinaves, beaucoup de Français restent sceptiques… Et pourtant, les toilettes sèches sont faciles d’installation et d’utilisation, ne génèrent aucune odeur et surtout, elles permettent d’économiser 80 m 3 d’eau par an, soit 40% de la consommation totale d’une famille de quatre personnes*. Plus d’infos : 04 37 62 18 09 * Source : Terre vivante 14 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°6 février 2010 PATRIMOINE PRÉSERVÉ Fontaines, fours banaux, clochers ou vitraux d’église, calvaires… les monuments qui témoignent de la vie de nos villages subissent les outrages du temps. Moins prestigieux que les monuments historiques, ils bénéficient d’aide à la restauration plus modiques de la part de l’État. Afin de préserver ce patrimoine riche de notre Département, le Conseil général vote chaque année un montant d’aides aux communes qui souhaitent effectuer des travaux de sauvegarde ou d’entretien. 392 266 euros leur ont été ainsi attribués en 2009. Plus de 300 000 euros ont été également consacrés à la restauration de monuments protégés comme l’aile ouest du cloître d’Ambronay ou la remise en état de la toiture de l’ancien hospice de Châtillon-sur-Chalaronne. Plus d’infos : 04 74 24 48 22
UN TRAVAIL AU LONG COURS SE DÉVELOPPER DURABLEMENT Réunir environnementalistes, artisans, agriculteurs, industriels, spéléologues autour d’une table pour travailler ensemble au service de la planète. Le Conseil général l’a fait avec le comité consultatif pour l’environnement et le développement durable. Lancé il y a deux ans, le comité tire le bilan de son action et se fixe de nouveaux objectifs comme l’explique André Philippon, vice-président délégué au développement durable : « Nous souhaitons un fonctionnement plus interactif. Chaque membre peut nous soumettre des propositions d’actions. Elles seront débattues par l’ensemble des membres au sein de forums, puis par FAUNE, FLORE, PAYSAGE Les espaces naturels sensibles sont très variés dans l’Ain. Ici c’est une fleur, le Sabot de Vénus, qu’il faut préserver. Là, c’est un insecte, l’Agrion de mercure, qui doit perdurer, malgré un chantier routier à proximité. Ailleurs, c’est un paysage typique qui mérite d’être valorisé. Pour optimiser les aides, le Conseil général va établir une carte de tous ces sites ou espèces à préserver avec des degrés de priorités : que ce soit pour la faune ou la flore, comme l’intérêt pédagogique d’un site pour le public. Aboutissement prévu en 2010. l’Assemblée. Pour permettre l’émergence des idées et le suivi des actions retenues, nous allons recruter un animateur. L’objectif des 31 membres de la société civile est d’apporter l’éclairage de chacun dans sa spécialité pour aider les élus départementaux à mener leur politique de développement durable. » Luc Jacquet, poursuit son mandat de président : « Le comité doit jouer son rôle : être consulté avant le vote des politiques départementales et permettre d’unir des volontés pour lutter contre la détérioration de notre environnement, à notre toute petite échelle. » Plus d’infos : 04 37 62 18 01 DR DR EN BREF L’ain sous le soleil d’Alger ? Avec le changement climatique, en 2070, Lyon vivrait sous le soleil de Marseille et d’Alger. Ce scénario de Météo France doit être pris au sérieux. Pour limiter l’impact sur l’économie, le Conseil général se lance dans un plan climat pour réduire les gaz à effet de serre à travers les transports et le bâtiment. L’air de l’Ain et des pays de Savoie va fournir des données sur le CO2 dans notre département et Hélianthe apportera son expertise des énergies renouvelables afin de coordonner les actions lancées. 7 kg En 2008, chaque habitant a jeté 7 kg de produits alimentaires encore emballés sans les avoir consommés ! (source Ademe-Modecom 2009). Comme le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas, le Conseil général a adopté un plan de prévention des déchets sur 5 ans en lien avec l’Ademe (Agence de maîtrise de l’énergie). 80 000 euros par an seront consacrés à des actions de prévention. L’objectif est de faire évoluer les comportements des particuliers comme des industriels pour éviter que nos poubelles débordent. La Chambre de commerce et d’industrie incitera les industriels à consommer moins d’emballages et à innover dans l’écoconception. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :