[01] Notre Département n°5 déc 09/jan 2010
[01] Notre Département n°5 déc 09/jan 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de déc 09/jan 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : promouvoir l'égalité des chances.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LÉtat n’honore plus ses dettes. Depuis les lois de décentralisation, il transfère de multiples missions aux Départements, leur promettant de leur verser le budget nécessaire pour les assumer. Ce qu’il ne fait pas ou très partiellement. Jusqu’à présent, le Conseil général a pu tirer son épingle du jeu en espérant récupérer l’argent dû par l’État aux habitants de l’Ain. Face à l’explosion des dépenses sociales liées à la dégradation du marché de l’emploi et à la baisse des ressources fiscales, notamment les droits de mutation qui s’effondrent avec la crise de l’immobilier, le Département est pourtant confronté à un budget difficile. Réunis en session extraordinaire le 9 novembre dernier, les élus ont fait le choix de l’action, pour être plus que jamais à vos côtés en 2010. Utiliser au mieux les ressources En effet, ce n’est pas le moment de relâcher l’effort sur les investissements qui dynamisent l’économie départementale et donc l’emploi. Ni de tailler dans les dépenses sociales alors que les habitants sont nombreux à être touchés de plein fouet par la crise. Ni de réduire l’engagement sur le développement durable car nous préparons l’avenir de nos enfants. Un budget de protection et de développement Le budget 2010 se veut donc à la fois protecteur pour les plus fragiles d’entre nous et tourné vers les actions qui auront un effet levier sur l’économie et l’emploi. Un choix symbolique concerne l’abandon du projet de construction d’un nouvel hôtel du Département (lire ci-contre). Les fonds d’investissements ont été réservés Budget 2010 : des volontés en actions aux infrastructures majeures comme le pôle multimodal de Bellegarde, la rocade nord-est de Bourg-en-Bresse, la liaison A 404 – RD 1031, et aux établissements d’enseignement comme le transfert du Ceuba (Centre d’études universitaires de Bourg et de l’Ain) et la cité scolaire de Bellegarde. Nos interventions pour soutenir l’activité seront maintenues et mieux adaptées aux enjeux, dans le cadre fixé par le schéma départemental de développement économique et dans le respect du développement durable. Les aides à l’économie ne font pas partie des compétences obligatoires du Conseil général. Pour autant, ses élus ont décidé de s’associer à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour soutenir une économie 8 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°5 décembre 2009 Le Conseil général : « Une collectiv d’action » Guillaume Lacroix EN CHIFFRES c’est la participation des collectivités locales 73% à l’investissement public dans l’Ain. départementale qui souffre. Aider les entreprises de l’Ain, c’est préserver des emplois, éviter des délocalisations et développer de nouvelles zones d’activité. Pour autant, la solidarité constitue, plus que jamais, le cœur de métier du Département. Elle reste en 2010 le premier poste avec plus de 178 millions d’euros de dépenses de fonctionnement et 23 millions d’euros d’investissement. Plus d’infos : www.ain.fr (rubrique vidéo)
ité 146 M € d’investissement au profit de l’activité économique en 2010. PAS DE NOUVEL « HÔTEL DU DÉPARTEMENT » À LA MADELEINE Afin de réserver ses investissements au développement économique et de poursuivre son soutien aux habitants, le président Rachel Mazuir a renoncé au nouvel hôtel du Département, prévu depuis des années, sur le site de la Madeleine à Bourg. Cet aménagement avait été chiffré à plus de 54 millions Getty Images 3 QUESTIONS À Guillaume LACROIX, vice-président du Conseil général, chargé des affaires économiques Le Département, aux côtés de la Chambre de commerce et d’industrie et de la Chambre de métiers, vient d’adopter un schéma départemental de développement économique dans un contexte économique difficile… « Ce qui m’intéresse en tant qu’élu et particulièrement dans ce contexte de crise, c’est que notre département reste à la pointe sur un grand nombre de sujets, qu’il soit un gage d’avenir pour les entreprises et pour l’emploi. Il y a deux sortes d’économie : l’économie boursière et capitalistique à l’origine de la crise, et que je suis le premier à condamner, mais aussi l’économie de proximité, celle qui nous fait vivre tous les jours. C’est cette économie-là que nous nous devons d’accompagner. Comme le dit fréquemment Rachel Mazuir, la force du Conseil général c’est la proximité et c’est dans cet état d’esprit que nous avons travaillé. » d’euros. Les élus ont choisi une solution moins onéreuse pour rassembler à la Madeleine une majorité de services du Conseil général aujourd’hui disséminés sur plus de 13 sites de l’agglomération. Les bâtiments vétustes du Centre psychothérapique de l’Ain seront progressivement réaménagés pour les directions qui sont actuellement hébergées dans les locaux les plus coûteux en loyers. Le coût global des travaux est estimé à 10 millions d’euros, étalés sur plusieurs années. Quelles sont les grandes orientations de ce schéma ? « Nous avons souhaité, avec l’ensemble des partenaires économiques du Département, le construire autour de trois axes. D’abord, il est nécessaire de tenir compte de l’existant. À travers une aide au développement et à la transmission, nous voulons conserver et enrichir notre savoirfaire. Ensuite, il est prévu de miser sur l’avenir par la recherche - développement pour les PME/PMI mais aussi pour les filières d’excellence de notre département. Enfin, il semble nécessaire de s’inscrire dans une vision de développe-ment stratégique des territoires. » Qu’est-ce qui va réellement changer avec cette approche stratégique ? « Le Conseil général ne se comportera plus comme un guichet qui distribue d’office des aides économiques aux territoires. Nous souhaitons jouer un rôle de partenaire avec les communes et intercommunalités pour que le développement économique fasse l’objet d’une stratégie commune. Nous affirmons ainsi que nous sommes une collectivité d’action et pas une collectivité de gestion. C’est le but de ce schéma, premier de son genre, premier dans l’Ain et premier en Rhône-Alpes. » Plus d’infos : 04 74 24 48 10 L’ÉCLAIRAGE de Rachel MAZUIR, président du Conseil général de l’Ain « Je préfère construire 2 collèges neufs ou aménager des routes, plutôt que de construire un nouveau bâtiment pour nousmêmes. Nous avons choisi d’aménager un pôle administratif plus modeste, ce qui me semble juste en ces temps de crise économique et politique. » 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :