[01] Notre Département n°30 mar/avr 2015
[01] Notre Département n°30 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de mar/avr 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : bibliothèques... grandir avec le numérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ILS FONT L’AIN/Ils ont changé de vie Virages à 180° Ils ont tout plaqué pour créer une activité qui les passionne. Un chemin semé d’embûches qui engage toute leur famille dans cette « petite entreprise » mais un choix de vie qui les rapproche de leurs valeurs. Souriceau et Gazoline. Elise Fatet a trouvé sa voie : une activité en accord avec ses animaux, des soins naturels au lait d’ânesse. Un équilibre naturel Difficile de vivre et travailler dans un studio à Bourg-en-Bresse lorsqu’on a toujours rêvé d’être garde dans le Parc national de la Vanoise. Durant 7 ans, Élise Fatet a lutté contre l’appel de la nature à grands coups de défis sportifs le week-end, enchaînant les longueurs de piscine la semaine. Sa soif de liberté s’exprimait à travers ses créations graphiques mais ses peintures exhalaient un équilibre incertain. L’arrivée de Maryse, une ânesse adoptée dans les Alpes de Haute- Provence, l’a poussée sur un chemin montagneux. Elle a fermé sa société de graphisme, terre de création, pour s’installer sur le plateau de Retord, à Lalleyriat, dans l’ancienne tournerie familiale. Aujourd’hui, Elise manie la tronçonneuse pour défricher les terrains prêtés par la commune et prend soin de son troupeau comme de la prunelle de ses yeux : « Dans ce métier, j’ai une grande responsabilité, m’assurer que mes animaux soient en bonne santé. Ils dépendent de moi et j’ai un engagement envers eux. Ce sont mes compagnons du quotidien. » Au mois de mai, quelques ânons 24 Notre département, le magazine du Conseil général de l’ain – n°30 Mars/Avril 2015 Élise Fatet Éleveuse d’ânesses vont naître. Ils partageront le lait maternel, pour permettre la fabrication de cosmétiques naturels au lait d’ânesse, réputé pour donner de bons résultats sur les peaux sensibles, atopiques : « Je m’occupe de la qualité du lait bio qui est l’ingrédient principal de mes produits mais j’ai préféré faire formuler mes crèmes et mon lait pour le corps par un laboratoire suisse. Chacun son métier ! » Plus d’infos : www.essena.fr/06 65 69 81 11
Vincent Brocanteur Chassagneux Vincent Chassagneux déniche des pièces uniques pour des collectionneurs : ici un jeux d’anneaux des années 30 Brocanteur 2.0 Plutôt taiseux et discret, vincent Chassagneux s’enflamme dès qu’on lui parle de ses objets...Tel un collectionneur, il déroule toute l’histoire d’une carte scolaire Vidal-Lablache, d’un cerf-volant de la Première guerre, d’une miniature de train Édobaud ou d’un mannequin de couture Stockman, comme s’il les possédait depuis son enfance. Pourtant son domaine de prédilection jusqu’en 2011, c’était la géologie. Mais à 40 ans, il a laissé son poste de cadre dans l’expertise et la réhabilitation de sites et sols pollués pour se consacrer à la brocante, dans le Revermont : « J’adorais chiner le matériel d’école ancien, notamment les cartes scolaires, ma spécialité. Pour toucher une clientèle française et étrangère, j’ai choisi internet pour valoriser mes produits. » French antic cat, sa société, rayonne aux États-Unis où les amateurs de belles pièces de décoration sont nombreux mais exigeants. Vincent répare, astique, rénove pour donner de la valeur ajoutée et répondre aux demandes de décorateurs d’intérieur : « C’est un métier prenant car il faut savoir tout faire : dénicher la pièce unique, lui donner un lustre moderne, la photographier en détail, la référencer sur le web, puis l’expédier sans dommage ! » Il a troqué les 50 000 km, parcourus chaque année pour son ancien job, pour 5 000 références rangées au cordeau dans son atelier : « J’ai la chance de pouvoir travailler chez moi, pour moi. C’est un luxe de prendre mon café au soleil sur la terrasse. Mon seul regret, c’est de ne pas pouvoir voyager autant que mes objets ! » Plus d’infos : French antic cat frenchanticcat.over-blog.com stores.ebay.fr/frenchanticcat 06 89 94 75 03 Caroline Daeschler a reçu le prix oenotouriste 2014 pour son spectacle « soie et vignes » aux Soieries Bonnet à Jujurieux Mots et vins Caroline daeschler Sommelière Ex-journaliste, Caroline Daeshler a le verbe facile et la bouche gourmande, elle n’a pas la faconde d’une commerciale, plutôt la verve d’une guide-conférencière à la découverte d’un monument. En 15 minutes elle vous donne envie de goûter ses vins même si vous n’êtes pas un adepte des soirées dégustation. Elle exerce le métier de sommelière-conseil. Après avoir passé 15 ans dans les faits divers, les marronniers, et les nouvelles fraîches dans un grand quotidien régional, elle ne voyait plus de perspectives d’évolution dans son entreprise : « Mon conjoint m’a dit « respire, prends le temps ! » et le vin m’est revenu ! J’ai toujours aimé goûter et parler du vin avec mes amis, j’adorais découvrir une région à travers ses caves et ses terroirs. Mais il ne m’était pas venu à l’idée d’en faire ma profession. En 2012, j’ai pris le chemin de Suze-la-Rousse pour me former et acquérir une légitimité. J’avais soif d’apprendre ! » Caroline a changé de rythme : plus de journal à boucler chaque jour, une présence plus régulière à la maison. Elle a dû se passer de l’émulation d’une équipe et trouver la motivation de démarcher, de se faire connaître auprès des professionnels et de développer les ateliers de dégustation : « Je ne regrette rien car j’ai récolté plus de mercis ces six derniers mois qu’en 15 ans de journalisme. Mais j’ai dû tirer provisoirement un trait sur mon indépendance financière. » Caroline aborde le vin sans académisme, elle fait appel aux cinq sens, y ajoute un peu de terroir, un zeste de culture, un soupçon de patrimoine et beaucoup d’histoires à raconter pour faire vivre le vigneron à l’origine du nectar : « Le vin, c’est une rencontre entre un cépage, un terroir, un vigneron qui connaît son métier et de bonnes conditions de dégustation et d’associations. Mon rôle est de faire jaillir l’émotion ! » Plus d’infos : Mots et vins motsetvins.e-monsite.com/06 30 25 05 99 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :