[01] Notre Département n°20 mar/avr 2013
[01] Notre Département n°20 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de mar/avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 21,3 Mo

  • Dans ce numéro : handicap... je construis mon avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
PETIT LOGIS PRÉVENIR LES DIFFICULTÉS La détresse des parents alerte parfois les travailleurs sociaux qui proposent un accueil provisoire pour les soutenir. Dans d’autres cas, si l’enfant est en danger, une décision de justice peut être prise. La Maison de l’enfance d’Ambérieu accueille les enfants de 0 à 6 ans, 24 h sur 24h, 7 jours sur 7. Léa est née prématurément, il y a quelques semaines. Son petit poids et sa santé fragile ont beaucoup inquiété Manon sa maman. À 18 ans, elle ne savait pas à qui demander conseil, sans famille proche. À la Maison départementale de la solidarité, les travailleurs sociaux du Conseil général ont bien perçu cette détresse et ont proposé un accueil à la maison de l’enfance d’Ambérieuen-Bugey, en accord avec elle. L’enfant a été pris en charge aux côtés des 18 enfants présents en ce mois de février. Le « Petit logis » propose une pouponnière pour les bébés (de 0 à 2 ans et demi) et un jardin d’enfants (de 2 ans à 6 ans). Cette prise en charge va permettre aux parents de retrouver confiance, de sortir de leur état de panique puis de retrouver la garde de leur fille plus sereinement. « La situation pour Léa va en effet permettre un rapide retour à la maison, mais ce n’est pas souvent le cas, précise Gérard Dommanget, adjoint de direction de l’établissement. « Des enfants ne retournent pas chez eux, pour des situations graves de maltraitance. Il s‘agit alors d’un placement judiciaire décidé par le Procureur de la République ». Plus d'infos : 04 74 32 32 70 Numéro national Enfance en danger : 119 18 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°20 mars-avril 2013 Safren : un nouveau dispositif à domicile Le Safren - Service d’accompagnement familial renforcé - permet aux parents en difficulté d’être aidés chez eux. Un éducateur vient au domicile des parents en présence des enfants, pour les repas, le coucher, ou les sorties, tous ces moments qui peuvent poser problème. Mais cet accompagnement n’est possible que si les parents sont d’accord pour évoluer dans leurs comportements.
Un marché solidaire Plus d'infos : L’épicerie solidaire de Bourg-en-Bresse permet aux personnes en difficultés d’acquérir des produits alimentaires et d’hygiène à un coût réduit. Les bénéficiaires sont orientés par des travailleurs sociaux et accompagnés dans leur projet (régler une dette, acheter un appareil ménager…). Cette épicerie qui se présente comme une petite supérette a été créée avec les associations caritatives locales en bénéficiant du soutien du Conseil général, de la Ville de Bourg et de la Caf. Depuis 2008, un marché paysan est ouvert à tous, le 2 e vendredi du mois. Des producteurs locaux viennent directement vendre leurs produits : fruits, légumes, fromages de chèvre, volaille, lapins, viandes, confitures, miel et pain. Les utilisateurs de l’épicerie achètent alors leurs produits à moitié prix. Et d’autres clients, aussi appelés les « coopérants » acceptent quant à eux une majoration de 10% pour équilibrer le budget du marché paysan. En 2013, l’épicerie solidaire lance un appel et recherche de nouveaux coopérants. Plus d'infos : Prochain marché le 8 mars 2013, puis chaque 2 e vendredi du mois au marché comté - 11 avenue de l'égalité à Bourg-en-Bresse - 04 74 50 45 02 -10°C DANS L’AIN Habiter mieux, une aide pour se réchauffer « Habiter mieux » est une aide financière nouvelle pour vous permettre de réaliser des travaux chez vous pour bien vous chauffer et diminuer vos factures d’énergie. Cette aide de l'État et du Conseil général concerne les personnes à revenus modestes. Elle leur permet de réaliser des travaux dans leur maison ou appartement dont ils sont propriétaires. Ils doivent être réalisés par un professionnel et entraîner une réduction des dépenses énergétiques d’au moins 25%. Attention, les travaux ne doivent pas être commencés avant la demande d’aide. Huguette et Raymond, jeunes retraités, perçoivent des revenus mensuels de 1 470 euros. Ce qui leur ouvre droit à l’aide « Habiter mieux ». Ils dépensent chaque année environ 1 800 euros de chauffage et prévoient de remplacer leur chaudière à gaz par un modèle à condensation et des radiateurs plus performants pour un devis de 8 382 euros. Leur artisan les a orienté vers le Pact pour établir une demande d’aide. L’aide « Habiter mieux » leur a été attribuée à laquelle viennent s'ajouter d'autres aides de la Région et de la Caisse de retraite pour un montant total de 7 994 euros. Huguette et Raymond n’auront donc que 388 euros à leur charge. Ces travaux vont ensuite leur permettre de gagner environ 340 euros par an sur leur facture de gaz. Un gain qu’ils apprécient à sa juste valeur au cours de cet hiver enneigé dans le Bugey. Prise en charge de la douleur L’hôpital Saint-Jean-de-Dieu (Lyon) et le Réseau-Lucioles lancent une étude auprès des familles dont un des membres est atteint d’un handicap mental sévère. Leur objectif est de mettre en évidence les difficultés de la prise en charge de la douleur dans les établissements médico-sociaux puis de proposer des solutions pour améliorer la situation. www.reseau-lucioles.org ou 04 78 97 48 08 RESEAU-LUCIOLES 37 rue de Bresse 01330 Villars-les-Dombes Pact de l'Ain : 04 74 21 02 01 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :