[01] Notre Département n°19 déc 12/jan 2013
[01] Notre Département n°19 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013, 1 euro dépensé = 1 euro utile !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
AXÉ SUR LA PAROLE D R MARCEL HOUSER Irrésistiblement, Max fait penser à Trintignant. Osons le rapprochement entre le psychiatre des hôpitaux et l’acteur de Et Dieu… créa la femme. Au milieu du siècle dernier, il est entré dans le rôle de Max. En réaction à Marcel Marie Joseph, prénom officiel que son épouse Jacqueline (Jacky) découvrira la veille de leurs noces. Un homme et une femme, donc, et trois enfants, cinq petits-enfants, deux arrière-petits-enfants. Max, meilleur acteur de lui-même ? Le « connais-toi toi-même » freudien n’est peut-être pas loin. Toujours est-il que, membre actif du Caméra club bressan, Max nourrit une passion fidèle pour le cinéma. Rapprochement n°1 : l’élégance Jacky, qui fut professeure d’allemand, est artiste. * Ce jour-là, elle se trouve à Oslo, en Norvège. En fringant célibataire occasionnel, exceptionnellement non rasé, son mari nous reçoit chez eux dans ce qui fut sa maison de fonction : médecin chef de service à l’hôpital psychiatrique de Sainte-Madeleine à Bourg-en-Bresse. Le logis est tout sauf bling-bling. Trintignant Jean- Louis et Houser Marcel ont en commun l’élégance (costume, cravate, prévenance), le timbre de voix, le phrasé et l’humilité des vies longues et fécondes. N°2 : la culture Petit séminaire, lettres, philosophie, médecine… Max a beaucoup lu (citant Shakespeare au détour d’une phrase sans fatuité aucune), beaucoup appris (spécialisation en psychiatrie suivie d’une formation de psychanalyste), beaucoup écrit. En 1989, il fonde le cercle Condorcet de Bourg-en-Bresse avec Pierre Debat. Qui note : « Max [est] un passionné de la vie, de l’Homme, de tout » **. N°3 : la longévité Des ouvrages de référence portent sa griffe. À commencer par le manuel de plusieurs générations d’étudiants : Psychologie pathologique théorique et pratique paru en 1972 sous la direction du professeur Jean Bergeret, traduit dans le monde entier, réédité en 2012. De L’érotisme narcissique (1999) à Mon adolescent m’inquiète (2012) en passant par Le fœtus dans notre inconscient (2004), on retiendra que retraite (prise en 1994) ne rime pas chez lui avec farniente. Toujours à l’affiche, Max. N°4 : la difficulté d’être Au festival de Cannes 2012, Trintignant cite Prévert : « Il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple ». Le docteur Houser a aidé les autres à être moins malheureux. Les autres ? Ceux « qui souffrent d’un trouble de la relation aux autres et à euxmêmes ». Des femmes, malades mentales, soignées dans son unité à Sainte-Madeleine. « Dépressives, pour la plupart… C’est compliqué, le diagnostic de la dépression, et la prévention du suicide est un ratage complet ». Des alcooliques « qui sont d’abord des dépressifs qui n’aiment pas le vin mais l’effet du vin ». Et des visiteuses du soir, épouses de notables promptes, de jour, à changer de trottoir en apercevant sa silhouette au coin de la rue… « Ce que j’ai vécu, c’est une transformation considérable des traitements, dans la période d’après-guerre ». L’asile-village de Sainte-Madeleine, par exemple, avec chapelle, cinéma, coiffeur, a marqué une avancée vers des traitements plus humains. Non sans électrochocs : « Je ne les ai jamais prescrits comme thérapeutique de première intention mais ils donnaient de très bons résultats dans certains cas ». Ni doses de psychotropes, qui « ont fait beaucoup de bien aux malades malgré tout ». C’est lui, dont l’approche de psychanalyste est « axée sur la parole », qui le dit. Né en 1930, Trintignant n’est pas sûr d’être un bon acteur. *** Max est de 1929 et se dépeint en « benêt qui regarde le monde et l’humain avec de gros yeux écarquillés ». Le premier fut pilote de course. En 2011, Max a changé de voiture. *http://jacquelineh.com ** « L’Ain, atout cœur », Antoine Rousset, Thierry Moiroux (2001) p.65 *** France Inter, 19 octobre 2012 MAX EN 5 DATES « Un passionné de la vie, de l’Homme, de tout » (Pierre Debat) 1795 : l’aliéniste Philippe Pinel abolit les chaînes des malades mentaux 1929 : naissance « dans un milieu paysan pauvre » du Jura 1952 : Largactil, premier antipsychotique : les malades ne crient plus 1959-1994 : médecin-chef de service à Sainte Madeleine. Expérimente un nouveau type d’hôpital psychiatrique « ouvert, mixte et libre » 2012 : naissance de Charlotte, deuxième arrière-petite-fille 26 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°19 décembre 2012 - janvier 2013
ARRÊT SUR IMAGE/L’Ain sous un autre angle Patrick Forestier 23 NOVEMBRE 2012 - PÉRONNAS MERCI AUX SUPPORTERS ! LES NOMBREUX FANS DU FCBP ont porté jusqu'au bout leur équipe favorite qui a tenu tête à Créteil, leader de National. Autour de tous les terrains, le public départemental fait bloc pour encourager les "locaux". Tour à tour 6e, 12 e ou 16 e homme, le supporter occupe les travées des terrains de la JL Bourg basket, du FCBP, de l'USO et de l'USB. Leurs acclamations ne sont certainement pas étrangères au bon début de saison de nos clubs ! 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :