[01] Notre Département n°16 mai/jun 2012
[01] Notre Département n°16 mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de mai/jun 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11,8 Mo

  • Dans ce numéro : transport scolaire, service compris !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
L’Éclairage de Patrick Forestier Guy Larmanjat, vice-président du Conseil général délégué au tourisme, aux affaires européennes et transfrontalières et président du Conseil du Léman « Par sa situation géographique, le département de l’Ain est, à l’instar d’autres départements français, une zone de passage entre la Suisse et la France. Mais la géographie ne suffit pas à bâtir un destin commun qui repose d’abord sur une volonté partagée. » Depuis 25 ans, le Conseil du Léman travaille au service de la coopération transfrontalière autour du lac Léman. Le Département de l’Ain est l’un des membres de cette instance de concertation qu’il préside depuis mai 2011, à travers son représentant Guy Larmanjat, vice-président du Conseil général de l’Ain, délégué au tourisme, aux affaires européennes et transfrontalières. Créé le 19 février 1987, le Conseil du Léman est composé pour la partie française des Départements de l’Ain et de la Haute-Savoie et pour la partie suisse des Cantons de Genève, du Valais et de Vaud. Il vise à promouvoir les relations transfrontalières et à initier des projets communs de coopération. En 2012, plus de 375 000 euros permettront de financer des projets dans les domaines de Rendez-vous le 30 juin 2012 18 Notre département, le magazine du Conseil général de l’ain – n°16 mai-juin 2012 l’économie et du tourisme, des transports, de l’éducation et de l’environnement. Ces projets réunissent les Français et les Suisses qui travaillent ensemble pour dépasser les frontières et inventer autour du lac Léman un nouveau modèle de développement fondé sur l’amitié entre les peuples. Le samedi 30 juin 2012, cette amitié francosuisse sera célébrée à Prévessin-Moëns, avec les élus, les porteurs de projets ainsi que l’ensemble des habitants du bassin lémanique. Au programme : tables rondes, jeu de piste, démonstrations sportives, ateliers scientifiques pour les enfants en partenariat avec le Cern, concert des Chorales lémaniques, exposition, concert et bal populaire en fin de journée. Plus d’infos : www.conseilduleman.org Ensemble, depuis 25 ans !
Jupiterimages Démographie médicale l’Ain cherche médecins Fin 2007, une enquête sur l’état de l’offre médicale dans notre département confirmait une faible démographie médicale dans l’Ain en comparaison avec les moyennes régionale et nationale. Après 3 ans, où en est-on dans l’Ain ? Le point avec Denis Perron, vice-président du Conseil général chargé de la prospective, de l’aménagement du territoire et de l’habitat. Depuis 3 ans, quelles ont été les actions menées par le Département pour attirer de nouveaux médecins sur nos territoires ? Dans un premier temps, l’enjeu était de promouvoir notre département auprès des étudiants en médecine de Lyon et les inciter à effectuer leur stage chez un praticien ou leur stage de fin d’internat dans l’Ain. Une aide entre 200 et 600 euros est attribuée aux étudiants stagiaires. Cette mesure incitative a permis d’aider 144 étudiants depuis 3 ans avec à la clé, de potentiels projets d’installations de nouveaux médecins. Certains d’entre eux se sont installés en libéral et des projets d’installations à plus long terme ont été exprimés. Ces résultats sont encourageants et aujourd’hui les demandes de stages augmentent dans notre département. Nous devons désormais aider ces stagiaires à trouver plus facilement des maîtres de stage sur tous les territoires. Les maisons pluridisciplinaires de santé émergent dans l’Ain, comment le Département intervient-il en la matière ? Les Maisons pluridisciplinaires de Santé (MPS) constituent une offre attrayante pour les médecins et une réponse à l’isolement des professionnels de santé en milieu rural. Pour les habitants, elles facilitent l’accès aux soins en regroupant des médecins, kinésithérapeutes, dentistes mais aussi sagesfemmes, infirmiers… Le Département Démarche qualité pour les routes Après la certification ISO 9001 acquise en 2008, la direction des routes du Conseil général appor te aujourd’hui une contribution active à la démarche de l’Agenda 21 initiée par le Département en se voyant attribuer une certification ISO 14001 liée à l’environnement. Celle-ci reconnaît la qualité des actions déjà mises en œuvre et t ra du i t l’e n g a g e me n t c on c r et du Département, qu’il s’agisse du recyclage des matériaux, d’études d’impact ou de préservation de la biodiversité dans les projets d’aménagement. L’obtention de cette certification fin février 2012 confirme donc l’attachement du Conseil général aux valeurs environnementales. finance en partie les études de faisabilité de MPS menées sur les territoires par les collectivités. En trois ans, 11 études ont été conduites. Les aides à l’investissement, dans le cadre de l’aide départementale en faveur des communes, renforcent l’accompagnement des collectivités dans leur projet. Celles de Chalamont, Priay, Pont-de-Vaux ont déjà ouvert leurs portes. Des projets sont en cours sur Tossiat, St-Geny-Pouilly, Bâgé-le-Châtel... Pour faciliter l’accès aux soins partout sur le territoire, de nouvelles pistes sont envisagées comme des rapprochements avec les services médico-sociaux du Département. Sur les MSP d’Hauteville et de Saint-Rambert-en-Bugey, des permanences de puéricultrices, assistantes sociales… pourraient être proposées. Des disparités entre les territoires existent, quelles sont les solutions ? Dans l’Ain, certains secteurs restent en grande difficulté et souffrent d’un manque croissant de médecins. C’est le cas du secteur de Bellegarde-sur-Valserine ou encore de Seyssel, limitrophe avec trois départements. Des situations complexes qui nécessitent un accompagnement adapté et une réponse personnalisée. Pour permettre aux collectivités locales de mener des études plus approfondies, le Département accordera, dans le cadre d’un cahier des charges, une aide supplémentaire allant jusqu’à 5 000 euros. Permettre à chaque habitant d’accéder à une offre de soins de premier recours est un enjeu pour le dynamisme et l’attractivité de nos territoires. Patrick Forestier 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :