[01] Notre Département n°15 mar/avr 2012
[01] Notre Département n°15 mar/avr 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de mar/avr 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12,0 Mo

  • Dans ce numéro : 24 H avec vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Communauté de Communes d’Oyonnax - Philippe Journet plastic vallée Une injection d’optimisme Les 600 entreprises et 23 000 salariés de la Plastic Vallée ne se laissent pas abattre par la mauvaise conjoncture économique. Bien au contraire, ils misent sur l’innovation pour rester compétitifs. « La crise ne doit pas émousser l’esprit d’innover. Plus que jamais, la recherche et développement et l’esprit de création sont essentiels pour se différencier. Il faut aussi penser à l’international et développer la formation », explique Daniel Goujon, Président de Plastipolis, pôle de compétitivité plasturgie. Agir aux côtés des entreprises Les récentes relocalisations sont le signe d’un avenir prometteur pour la Plastic Vallée. « La synergie est la grande force de notre bassin industriel. Plastipolis travaille ainsi avec le PEP (centre technique de S’implanter dans l’Ain Ils l’ont fait, et vous ? la plasturgie), la Communauté de communes d’Oyonnax, Alimentec, la Mission Economique de l’Ain et les centres de formations pour assurer la compétitivité des industries. Depuis plusieurs mois, nous voulons aussi favoriser les collaborations inter-entreprises, par la mise en place de la plateforme Smart Plastic Products. Ce projet, qui favorise l’intégration de fonctions intelligentes dans les produits à haute valeur ajoutée, s’appuie sur plusieurs acteurs de la plasturgie, en particulier les PME. C’est donc bien ensemble que l’on assure la pérennité de la Plastic Vallée » précise Daniel Goujon. Plus d’infos : Plastipolis www.plastipolis.fr - 04 74 12 19 23 Qui mieux qu’une entreprise installée dans l’Ain et qui a réussi son développement peut promouvoir les atouts économiques de notre département ? C’est la logique de la campagne « Demain est déjà dans l’Ain » menée par la Mission économique de l’Ain et le réseau des Ambassadeurs économiques de l’Ain. Depuis juin 2011, 62 entrepreneurs ont rejoint le réseau. Plasturgie, agroalimentaire, mécanique automobile… ils reflètent les savoir-faire de tout le département. De la très petite entreprise au grand groupe leur but est identique : faire connaître le département auprès de leurs sociétés partenaires et de leur réseau professionnel, susciter l’envie à d’autres entrepreneurs de s’implanter dans l’Ain en les orientant vers la Mission économique de l’Ain. Tous disposent d’outils de communication et d’information pour leurs contacts. Leur attachement à l’Ain et leur expérience sont aussi les premiers arguments. Installé dans l’Ain depuis 2008, Bertrand Reynaud, directeur France de PELI PRODUCTS, leader mondial dans la conception et la fabrication de valises haute performance et de systèmes d'éclairage portables avancés, évoque entre autres l'accès aux places mondiales depuis Bourg-en-Bresse et la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée sur place : « Pour mon activité, j’ai besoin de personnel polyvalent et multilingues. J’ai trouvé dans l’Ain toutes les compétences nécessaires ainsi qu’une grande adaptabilité qui nous permet d’être réactifs par rapport aux demandes de nos clients. » Grâce aux Ambassadeurs économiques et après seulement six mois d’existence, ce sont quatre projets d’implantation qui ont été étudiés par la MEA. A ce jour, l’un d’entre eux a déjà pu se concrétiser. Un début qui apparaît prometteur. Plus d’infos : www.ainvestir.fr 22 Notre département, le magazine du Conseil général de l’ain – n°15 mars 2012 « Au-delà de la pudeur » Agricultrice : un métier difficile et trop souvent méconnu du grand public. C’est pourquoi des actions culturelles et artistiques sont organisées dans toute la France pour valoriser la place des femmes dans le monde agricole. Dans l’Ain, les groupes de développement agricole féminins (Gedaf) Bresse/Val-de- Saône et Dombes/Revermont vous porposent une rencontre nationale culturelle à l’occasion de la journée de la femme, le 8 mars, à Saint-Jeansur-Veyle. « Le 7 mars au soir, une pièce de théâtre particulièrement touchante, intitulée Tombouctou ou Riendutout, permettra également de mieux comprendre le métier d’agricultrice, d’une façon originale », témoigne Christophe Greffet, viceprésident du Conseil général. « Parce qu’elle va au-delà de la pudeur naturelle de ces femmes extraordinaires, cette pièce permet de s’ouvrir aux autres... C’est particulièrement important dans un département qui accueille chaque année de nombreux nouveaux habitants et qui ne connaissent pas toujours l’Ain dans tous ses aspects, toutes ses réalités. » Plus d’infos : 04 74 45 47 10 Bienvenue dans l’Ain new york Time square : mobilier de jardin conçu et fabriqué dans l’Ain. Nos entreprises ont du style. Vous aussi, pensez à demain et rejoignez-nous dans l’Ain. mission Économique de l’ain www.ainvestir.fr Insertion_MEA.indd 5 08/07/11 14:24 FERMOB
nucléaire garantir l’information des habitants L’énergie nucléaire est au cœur de l’actualité depuis quelques mois. La sécurité des populations et la sûreté des installations imposent une transparence de tous les acteurs. La commission locale d’information (CLI) de la centrale du Bugey a pour mission d’assurer l’information du public. Rencontre avec son président, André Philippon, vice-président du Conseil général, délégué à l’environnement et au développement durable. Dans cette période de débat sur la production d’énergie nucléaire, comment concevezvous le rôle de la CLI ? Mon souci principal est d’informer objectivement les populations du secteur. Le législateur a imposé le pluralisme dans la composition de ces commissions. Chaque réunion permet aux élus locaux, aux responsables associatifs et aux représentants syndicaux de s’exprimer librement sur le sujet de leur choix. Suite à la proposition d’un membre de la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), j’ai, par exemple, récemment sollicité l’intervention de Roland Desbordes, président de la commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), au sujet du projet d’installation de conditionnement et d’entreposage de déchets activés (Iceda) d’entreposage des déchets. Pour que le public puisse être largement informé, j’ai proposé que la presse locale soit systématiquement invitée à nos débats. Et depuis peu, j’ai souhaité que les comptes-rendus des réunions de la CLI soient publiés sur le site internet du Conseil général. Le projet Iceda est justement un sujet qui retient l’attention. Comment est-il abordé au sein de votre commission ? Iceda sera un site d’entreposage des déchets provenant des installations des centrales françaises. Il nous faut être vigilants sur sa construction comme nous le serons sur son exploitation. Nous ne savons pas à ce jour quelle sera la durée de cet entreposage. Pour marquer l’intérêt que nous manifestons à l’égard de ce projet, j’ai demandé que ce sujet soit inscrit à l’ordre du jour de toutes les réunions des mois à venir. Le tribunal administratif de Lyon a annulé le permis de construire d’Iceda pour non conformité avec le plan local d’urbanisme qui dispose que « sont interdites les occupations et utilisations du sol non liées et nécessaires à l’activité de la centrale nucléaire ». Le juge a ainsi estimé que cette installation entrait dans cette catégorie. EDF a annoncé la suspension des travaux et étudie les possibilités de régularisation. L’actualité quotidienne de la centrale fait-elle l’objet d’un suivi particulier de votre part ? Je suis régulièrement informé des incidents qui se déclenchent sur le site du centre nucléaire de production d’électricité. L’exploitant me contacte au moindre problème ce qui me permet d’entretenir des relations de confiance avec la direction. Je suis également en contact avec les représentants régionaux de l’autorité de sûreté nucléaire. À ce titre, nous avons récemment participé aux inspections post-Fukushima dont les résultats peuvent être consultés sur le site www.asn.fr. Encore une fois, je veille à faire en sorte que, par notre intermédiaire, les habitants puissent obtenir toutes les informations relatives à la sécurité de la centrale. La CLI du CNPE Bugey se réunit 3 à 4 fois par an. Elle compte 56 membres dont 28 élus. Les derniers sujets abordés : Iceda, les inspections après l’accident de Fukushima, la campagne de distribution d’iode, le remplacement des générateurs de vapeur, la loi sur la transparence et la sécurité en matière nucléaire… Contact : Commission locale d’information- 04 74 22 98 32 Mél : cli@cg01.fr 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :