[01] Notre Département n°14 déc 11/jan 2012
[01] Notre Département n°14 déc 11/jan 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de déc 11/jan 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : le budget 2012 garde le cap du service public !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
EN COUVERTURE BUDGET 2012 L’AIN GARDE LE CAP DU SERVIC Au moment où le gouvernement réduit tout, le Conseil général maintient le cap du service public de proximité dans son budget 2012. D’un montant de 705 millions d’euros, il met l’accent sur la solidarité, le développement économique et la jeunesse avec un plan de construction de nouveaux collèges sans précédent. Il s’attache ainsi à favoriser la réussite des jeunes et à promouvoir l’égalité des chances dans notre département. Lisa, 10 ans, prend son petit déjeuner en écoutant le flash info : « Dis maman, c’est quoi la crise de la dette souveraine ? Est-ce qu’on peut devenir comme les Grecs ? Est-ce qu’à ton boulot, l’argent va manquer pour tout payer ? ». Ces questions, les habitants de l’Ain se les posent au même titre que cette future collégienne. Chacun d’entre nous, face à la crise européenne, s’interroge sur ses répercussions nationales mais aussi locales, sur notre vie quotidienne en terme d’emploi, d’accès aux soins, de solidarité, et redoute l’avenir. C’est à cet enjeu que les élus du Département ont dû répondre lors du vote du budget 2012 de la collectivité, début décembre. Ils ont fait le choix de garder le cap, dans un contexte économique et financier très tendu, en programmant des investissements pour l’avenir de la jeunesse et le maintien d’un service public de proximité. Le Département fait les frais du plan d’austérité Cependant, bâtir le budget du Conseil général n’est pas facile pour répondre aux besoins d’une population qui croît de 8 000 personnes chaque année. En effet, après la réforme de la fiscalité décidée par le Gouvernement, le Département ne maîtrise plus aujourd’hui que 15% de ses recettes, c’est-àdire le produit de la taxe sur le foncier bâti. L’Etat fixe les taux ou le montant des autres sources de financement de la collectivité. Résultat : il gèle ses dotations au Département au nom de la politique d’austérité. Il compense de moins en moins les dépenses sociales pourtant en hausse avec la crise économique. Il supprime la taxe professionnelle, jusqu’alors très dynamique dans l’Ain, au profit d’une péréquation nationale nettement moins favorable. Le Conseil général, face à cette menace d’asphyxie, doit donc trouver des solutions pour ne pas pénaliser les habitants de l’Ain, qui ont plus que jamais besoin de ses services de proximité. 8 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°14 decembre 2011/janvier 2012 Crédit photo : Patrick Forestier 5 contructions de collèges prévues d’ici à 2018 Le Conseil général ne baisse pas les bras et a voté un budget 2012 de plus de 700 millions d’euros affichant des priorités claires : la jeunesse et les collèges, la solidarité, l’aide aux communes, le développement économique mais aussi le désendettement (lire l’encadré). Un pari sur l’avenir formalisé dans l’Agenda 21, en cours d’élaboration avec les habitants. Maîtrise des dépenses et stabilisation de la dette La collectivité doit montrer l’exemple. Elle a demandé un nouvel effort à chacun de ses services pour maîtriser les dépenses de fonctionnement, déjà parmi les plus faibles des Départements français. La stratégie financière permettra également de stabiliser le plus rapidement possible le montant de la dette, même si le rachat des emprunts toxiques est aujourd’hui impossible. De cette façon, les grandes masses sont réservées pour financer les grandes priorités.
E PUBLIC DE PROXIMITÉ ! 10 millions d’euros d’emprunts en moins pour se désendetter L’Éclairage de Rachel Mazuir, président du Conseil général Les emprunts d’hier sont les hausses d’impôts d’aujourd’hui « Les emprunts structurés contractés jusqu’en 2007 par la précédente majorité sont des emprunts toxiques. C’est-à-dire que les taux d’intérêts sont indexés sur des taux de change. Les premières années, les frais financiers sont bas, mais rapidement ils explosent. C’est le cas dans l’Ain, où ces emprunts représentent désormais 42% de l’encours de la dette et nous coûteront 9 millions d’euros en frais financiers l’an prochain. Ils deviennent le 4 e poste de dépenses du budget, c’est énorme. Le choix d’augmenter l’endettement pour ne pas augmenter les impôts dans les années 2000, réduit aujourd’hui nos marges de manœuvre ». +6,6% c’est la hausse de la participation du Conseil général au budget des sapeurs-pompiers Pacte de solidarité La crise poursuit ses dégâts sociaux. Le Département reste en première ligne pour aider ceux qui en ont le plus besoin. L’action sociale représente le premier poste du budget avec 215 millions d’euros, en progression de 4%. Enfance, seniors, personnes handicapées, revenu de solidarité… : pas de coupes dans les enveloppes essentielles. Un coup d’accélérateur est même donné à l’insertion et à l’aide sociale à l’hébergement. 22 millions d’euros seront débloqués pour la construction de nouveaux logements sociaux et 3,5 millions d’euros spécifiquement pour les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées. 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :