[01] Notre Département n°11 mar/avr 2011
[01] Notre Département n°11 mar/avr 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mar/avr 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Ain

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8 Mo

  • Dans ce numéro : vie locale 100% sport !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Phovoir.fr MARAUDE DE LA CROIX ROUGE À la rencontre des plus démunis Bourg-en-Bresse, 19h, - 3°C : Serge, Jacky, Eddy et Lisa arrivent à la délégation locale de la Croix rouge et se préparent pour la maraude quotidienne. Chargement du camion en vêtements chauds, en couvertures, en produits d’hygiène et en nourriture. 19 h 15 : coup de fil au 115, le numéro de veille sociale, pour savoir si d’éventuelles personnes en détresse psychologique et médicale ont été signalées à Bourg ou dans les communes avoisinantes. Comme Serge, Jacky, Eddy et Lisa, ils sont une trentaine de bénévoles de la Croix rouge à sillonner, tous les soirs, de début novembre à mi-avril, les rues de Bourg-en-Bresse à la rencontre des sans-abris et des plus démunis. 19 h 30 : les voilà partis. Direction la gare SNCF, l’église Notre-Dame, la basilique du Sacré Cœur, la Tannerie, l’église de Brou, le Champ de Foire, les parkings de supermarchés de la ville… Le circuit est bien établi et les étapes sont fixes. « Notre mission n’est pas simple » explique Serge, responsable local de la maraude : « on se doit d’orienter les personnes rencontrées vers un hébergement social car en période de grand froid, il est interdit de laisser un sansabri dehors. On veille à ce qu’elles aient le ventre plein, du savon, du dentifrice… mais surtout, on essaye de leur donner un peu de chaleur humaine. En cas de détresse vitale, on appelle les pompiers. » DON DE SOI, ET VOUS, QUE DONNEREZ-VOUS ? 12 Notre département, le magazine du Conseil général de l’Ain – N°11 mars 2011 23 h : dernière halte à la gare SNCF. 23 h 30 : retour au local de la Croix rouge et bilan de la soirée. Ils sont épuisés mais fiers d’avoir pu aider, comme chaque soir, une dizaine de personnes. « On amène du réconfort, on est fondeur d’espoir. Moi, précise Serge, je suis jeune retraité, j’ai du temps à donner, tant que je pourrai m’engager et partir en maraude, je le ferai car la précarité, aujourd’hui, personne n’est à l’abri… ». Plus d’infos : 04 74 23 25 65 En cas d’urgence et d’accueil des sansabris faites le 115 (appel gratuit 24h/24) www.croixrouge.fr Dans l’Ain, plusieurs associations se mobilisent pour le don du sang, d’organes et de tissus. Elles sensibilisent et interpellent celles et ceux qui peuvent donner un peu « d’eux » pour aider les malades. Le don de sang, de plasma, de plaquettes, de moelle osseuse, sauve quotidiennement de nombreuses vies partout en France. Lundi 31 janvier 2011, la cérémonie « Don de soi », organisée par le Conseil général, a rendu hommage aux associations du département, à leurs bénévoles ainsi qu’aux donneurs du département. A cette occasion, Jacky Bernard, vice-président chargé de la cohésion sociale, a remis à une trentaine de personnes de l’Ain, un diplôme récompensant leur fidélité en tant que donneurs de sang. En Rhône-Alpes, 74% des dons sont des dons de sang. On compte environ 42 500 prélèvements par an dans l’Ain. Vous aussi, vous voulez donner votre sang et sauver des vies ? Il vous faudra remplir quelques conditions : être en bonne santé, avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kg, remplir les conditions médicales et respecter un délai de 8 semaines entre chaque don de sang. Plus d’infos : www.dondusang.net
PROTECTION DE L’ENFANCE LE TEMPS RETROUVÉ... C haque année, près d’une centaine d’enfants, d’adolescents et de jeunes mères, sont accueillis à la Maison départementale de l’Enfance de l’Ain, placée sous la responsabilité du président du Conseil général. A Bourg-en-Bresse, Ambérieu-en-Bugey et Saint-Martinde-Bavel, ils retrouvent, le temps de leur séjour, les bases d’une vie plus sereine où l’on joue, apprend, rit et surmonte les difficultés. Il est 11 h 30, la cloche de l’école sonne et Lydia, 8 ans, comme beaucoup de ses camarades, rentre à la Maison pour déjeuner. Depuis septembre, elle vit dans le groupe des scolaires à la Maison de l’enfance de Bourg-en-Bresse. Une séparation provisoire avant de retrouver le foyer familial dans quelques mois. C’est le juge des enfants qui a ordonné son placement, le temps pour sa famille de retrouver une situation stable. Pendant son séjour à la Maison, tout le personnel de l’établissement s’attache à lui apporter une prise en charge adaptée à ses besoins. « Les éducateurs mais aussi les maîtresses de maison, le personnel en cuisine, les administratifs… chacun d’entre nous a son rôle à jouer dans l’éducation des enfants », explique Christiane Witz, directrice de la Maison départementale de l’Enfance. L’organisation des services d’accueil cherche à offrir aux enfants des règles et un rythme de vie au plus proche d’une vie de famille « ordinaire », en leur offrant des conditions d’hébergement sécurisantes, réconfortantes et conviviales. « Le quotidien dans chaque groupe est aussi synonyme d’exigence et de partage et pose la difficulté d’une prise en charge individuelle dans un environnement collectif », ajoute Christiane Witz. Les éducateurs veillent à préserver des temps et des espaces individualisés pour chaque enfant. Cela peut passer par des choses simples comme pouvoir décorer sa chambre, disposer de temps libre, commander son gâteau d’anniversaire préféré aux cuisiniers… et à travers ces moments exprimer son identité. Malgré un cadre et des rythmes de vie bien établis, des activités peuvent s’improviser : les crêpes-parties, sorties en ville, jeux... viennent occuper les après-midi d’hiver. La place des parents Parallèlement à ce quotidien retrouvé, la Maison de l’Enfance s’attache à reconstruire le lien avec la famille. C’est bien souvent dans des circonstances douloureuses, d’urgence ou de crise que le travail avec les familles va devoir s’instaurer. Les parents conservent l’exercice de l’autorité parentale et sont informés de toutes les décisions à prendre pour leur enfant. Ils sont impliqués et sollicités régulièrement. Au sein de chacune des structures d’accueil, et selon leur configuration, des Trois lieux d’accueil À Bourg-en-Bresse, la Maison de l’Enfance est organisée en cinq groupes mixtes pour un accueil par tranche d’âges, de la naissance à la majorité, parfois au-delà. Un centre maternel permet également d’accueillir les jeunes femmes mineures enceintes ou les mères d’un enfant de moins de 3 ans en difficulté. À Ambérieu-en-Bugey, les deux groupes du « Petit logis » accueillent les enfants de la naissance à 5 ans. À Saint-Martin-de-Bavel, le « Grand logis », installé dans une grande maison de village, accueille les enfants de 6 à 18 ans. espaces aménagés sont mis à disposition et préservent l’intimité familiale tout en permettant l’intervention d’un professionnel en cas de besoin. La Maison départementale de l’Enfance travaille à plusieurs projets visant à renforcer l’installation d’une vie familiale stable. La reconfiguration du Centre maternel, la mise en place d’un espace de rencontre parents-enfant à Bourg-en-Bresse ou encore l’expérimentation d’un SAFRen (service d’accompagnement familial renforcé par l’intervention des professionnels au domicile des familles) à Ambérieu-en-Bugey, sont autant d’actions en cours de réflexion dont la mise en œuvre débutera dans les prochains mois. Plus d’infos : www.ain.fr 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :